fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Atelier 23 : octobre 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Atelier 23 : octobre 2009   Ven 16 Oct - 22:02

Avis à la population : j'ouvre l'atelier d'écriture un peu en avance ce soir, car je dois aller faire du bowling avec des allemands à 20h45. Vous êtes libres de vous y mettre dès que vous le souhaitez, bien entendu. Pour ma part je commence, et tâcherai donc de rendre vers la demi.

Je rappelle la chaîne :

Half->Ruika->Anathema->Gred->Tite Fraise->Mailine->Half

A vos claviers !

Edit : Ben vous savez quoi les gentes... heureusement que les Allemands étaient là, sinon j'aurais oublié le décalage horaire et vous aurais envoyé vos choses à 10h du soir... -___-' C'est dingue ce que le hasard goupille bien les choses, parfois...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Ven 16 Oct - 22:40

Pairing : House/Wilson

Thème : Et alors ?

- Et alors ?
- Non mais tu te rends compte de ce que ça signifie ? En pleine réunion !
Malgré la boiterie de House, Wilson devait trotter derrière lui pour empêcher la conversation d’avorter. Son collègue et ami avait tendance à toujours s’en tirer à trop bon compte !
- Je t’en prie, ne me dis pas que tu trouvais un quelconque intérêt aux élégies de Cudy concernant la santé du service, je ne te croirai pas, répliqua le médecin hirsute dont le ton dégagé ne donnait pas tout à fait le change à son empressement.
- Non, mais je n’avais pas non-plus besoin qu’on me distraie de cette façon-là.
- Oh, je suis sûre que la petite décharge d’adrénaline que ça a dû t’occasionner aura pimenté ta journée.
- Non mais tu penses vraiment que je suis si enferré dans la routine et mort au fond de moi que le fait qu’on m’ait fait du pied va me trotter dans la tête jusqu’à ce soir, quand j’y repenserai en serrant mon oreiller à nounours ? Tu manques pas d’air ! s’écria Wilson, outré.
- C’est toi qui vois… Je ne savais même pas qu’il y avait des nounours sur tes oreillers. Maintenant si tu n’y vois pas d’inconvénient, il faut que je contrôle les dossiers des cannetons afin d’éviter que l’un d’eux ne me tue un patient de plus cette semaine, dit l’autre en se retournant pour ouvrir la porte vitrée de son bureau.
- House… soupira l’oncologue en le suivant à l’intérieur, peu disposé à se laisser traiter de la sorte sans au moins en faire toute une histoire.
- Oh, Wilson, ce n’était même pas du pied ! Je t’ai fait de la béquille ! protesta Gregory House sur un ton victimaire.
- Et alors ? Ca ne change rien au fait que tu m’aies mis dans une situation très embarrassante, pour ne pas parler d’attouchements.
- Et alors ça change tout, Wilson. C’est le dernier plaisir d’un infirme. Tu ne peux pas reconsidérer la chose sous ce jour-là et descendre un peu de tes grands chevaux de juif offensé ?
- Oh ! Mais tu sais ce que tu peux en faire, de ton infirmité ? s’étrangla l’autre médecin, au comble du courroux.
- Non, mais j’imagine que tu ne vas pas tarder à me faire un dessin… maugréa House en fuyant toujours de son pas claudiquant vers la salle de diagnostic.
Pour toute réponse, Wilson lui claqua vivement le derrière et, face au yeux ronds et déjà sourdement menaçants de son collègue ronchon qui s’était figé, prêt à se jeter sur lui pour le rosser d’importance à coups de canne, il s’enfuit de toute la vitesse de ses deux jambes valides, non sans lui lancer à travers à vitre un sourire triomphant… et quelque peu joueur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anathema
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 231
Date de naissance : 09/12/1991
Age : 25

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Ven 16 Oct - 22:45

Tiens, moi qui me demandais justement comment tu gèrerais le décalage. ;D

Minus/Cortex

Regard de travers

"- Dis Cortex, tu veux faire quoi cette nuit ?
- La même chose que toutes les nuits Minus ! Tenter de conquérir le Monde !
- Oooh... Tu es sûr que tu ne veux pas faire autre chose plutôt ?"
La plus courte sur pattes des souris blanches regarda l'autre d'un air très étonné. Déjà, que l'autre réplique à cet échange traditionnel. Et ensuite, qu'il le fasse avec un ton déçu, las. Minus était toujours enjoué. Il se devait de l'être ! C'était comme ça que les choses étaient, tout simplement, lui était très intelligent, l'être le plus brillant au monde, et Minus était joyeux, plein d'énergie et bondissant. Il n'avait pas le droit d'avoir une attitude aussi molle, presque abattue.
Alors, parce qu'il était sidéré, son cerveau légendaire ne lui délivra pas d'autre réplique que : "hein ?".
Le grand dadais en lâcha un soupir et s'expliqua.
"- Et bien, peut être que, pour une fois, on pourrait faire une pause. Une nuit pour s'amuser, plutôt que tenter de conquérir le monde".
Le rongeur se sentit l'obligation, devant l'air incrédule de l'autre, de s'expliquer plus avant. "Je t'invite" dit-il simplement. Et, après l'avoir amené près de l'entrée de la cage, lui saisit la queue et s'en servit pour crocheter la serrure.
Puis il s'empara de sa main et l'entraîna à travers le labo ACME, dans les rues, jusque dans les sous sols d'un restaurant.
"Tiens" offrit-il en lui tendant un gros bout de gruyère millésimé, puis il le fit asseoir à une table faite d'allumettes qu'il recouvrit d'un bout de torchon pour faire la nappe et... disparu.
"Minus ? Minus !! Mais où es-tu donc passé ?" Cortex commençait à perdre patience. Il ne comprenait rien, il ne maîtrisait pas la situation et détestait ça. Et puis, tout au fond de lui, très très au fond, il avait peur pour Minus. Il était vraiment bizarre. Enfin, encore plus que d'habitude. Ou plutôt, d'une façon différente. Il était presque... sérieux.
Et pendant que le court sur pattes se perdait en conjectures à propos d'hypothétiques hypnoses, possessions et enlèvements par des extra-terrestres, la victime de ces imaginaires sévices était tranquillement en train de siphonner une bouteille de vin du cellier, et d'en rapporter fièrement deux dés à coudre pleins, qu'il posa sur la table.

En fait, c'est quand, quelques minutes à peine après le début de leur diner, quand, ayant renoncer à allumer une bougie (Cortex étant intervenu juste à temps pour prévenir l'incendie), Minus mit un genoux à terre et ouvrit la bouche pour lui parler de Cortex comprit et cessa de lui jeter des regards de travers. Son ami regardait juste trop la télé. Et il était trop romantique. Il voulait, simplement, faire ça dans les règles du mélo du lundi après midi.

Pardon pour les multiples édits : je sais pas me relire ce soir.


Dernière édition par Anathema le Ven 16 Oct - 23:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruika
Lilitu à la lanterne
avatar

Nombre de messages : 680
Date de naissance : 03/04/1989
Age : 28
Localisation : *en mode "Sauvons la Lanterne"*

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Ven 16 Oct - 22:56

Pairing : House/Chase
Thème : Noeud autour du cou
J'ai essayé Half, de toutes mes forces, et ça a donné cette chose étrange, dont je ne sais absolument ni que penser ni que faire. Alors voilà, je la livre tel quel, mais pas tout à fait convaincue pour tout avouer.

Face à la glace, Chase ajustait son col de chemise pour venir y glisser sa cravate. Son premier jour à Princeton Plainsboro, sa rencontre avec House, le début de la fin. Il ajusta la position du petit pan au niveau de sa ceinture, droit, fier, mais les yeux dans le vague. Les humiliations, sa docilité forcée, ce besoin de le forcer à le voir... différemment. Mécaniquement, il remonta les mains vers son col, croisant les deux parties de la cravate, la plus grande sur la plus petite. Les fois où il avait laissé le vieux cynique jouer de son corps, avant et après son renvoi, avant et après le début de sa relation avec Cameron, espérant, toujours, des sentiments qui ne venaient pas. Le long morceau glissa en dessous du plus petit, machinalement, sans qu'il n'y prenne garde, par la force de l'habitude. L'habitude des humiliations mentales, physiques. L'impossibilité de parvenir à son but, à se faire aimer. Sans se brusquer, il fit glisser cette fois-ci le grand pan de la cravate en dessous du plus petit. Et puis, essayer de stopper la concurrence en pleine course, essayer de s'attacher Cameron, pour la détacher d'House. Tentative pathétique de connaître l'ennemi. D'un geste sec, il ramena le long pan sur le plus petit, avant de former le nœud et de l'y glisser. Et toujours, encore et encore, simuler des humeurs, des sentiments, des comportements. Être le Chase qu'ils connaissaient. Et se perdre dans cette relation physique, qui ne menait à rien. Fermement maintenant, presque avec colère, figé dans sa droiture et le regard glacial, Chase tira sur la cravate pour serrer la boucle. Et s'enfermer dans la mascarade, définitivement. Une relation charnelle avec un vieil aigri, une relation faussée avec une jeune gourde. Il ajusta le nœud autour de son cou, avant de replacer le col de la chemise. Et se laisser passer la corde au cou, à défaut d'autre chose.


Dernière édition par Ruika le Sam 17 Oct - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://buddhaformattie.livejournal.com
Ruika
Lilitu à la lanterne
avatar

Nombre de messages : 680
Date de naissance : 03/04/1989
Age : 28
Localisation : *en mode "Sauvons la Lanterne"*

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Ven 16 Oct - 23:01

Ana ! Quel bonheur ! Ce que tu as fait du pairing que je t'ai proposé me plaît beaucoup ! Je suis aux anges !

Citation :
Et il était trop romantique. Il voulait, simplement, faire ça dans les règles du mélo du lundi après midi.
Cette réplique de fin est grandiose, généralissime !

J'aime beaucoup quand Cortex s'inquiète de voir bouger l'ordre établi des choses, les quelques détails comme le gruyère ou la table ou encore même les dés à coudre...

Merci beaucoup d'avoir accompli ce pairing avec brio Salut

(Par contre, fais attention, les nombreuses fautes d'orthographe rendent certains passages un peu périlleux)

Half, quant à toi, ce petit bout humoristique était tellement digne de House et Wilson que je les voyais totalement agir sous mes yeux comme si j'avais regardé un épisode de la série. J'aime quand Wilson n'hésite pas à se rebiffer, comme l'officiel coup de la canne ou ton texte à toi ^^ C'était sympa comme tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://buddhaformattie.livejournal.com
Gred
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1330
Date de naissance : 16/08/1981
Age : 36
Emploi : Chasseuse de doudoux

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Ven 16 Oct - 23:40

Thème : Cravate
Pairing : Percy/Oliver (HP)


J'ai pris plus d'une heure à écrire mais je n'avais aucune idée précise au départ et, ensuite, je me suis rendue compte qu'il me faudrait plus de temps pour la finir. ^^' Enfin, la voici. Je n'ai pas encore eu le courage de la relire. Je le ferai demain.
_____________________________________________________________
Percy fronça les sourcils. Son tour de garde prenait fin mais il n’avait aucune envie d’aller dans la pièce réservée aux Préfets. Il savait que Penelope l’y attendait pour avoir une énième conversation. "Comment sauver son couple", vingtième édition. Cela faisait maintenant presque un mois et demi qu’ils ne faisaient que tourner autour du pot. Tous deux savaient que la rupture était imminente, et si Percy était prêt à l’accepter, Penny avait plus de mal. Elle semblait vouloir s’accrocher à quelque chose qui n’existait plus. Si, au départ, l’adolescent l’avait laissée faire, il la trouvait, au fil des jours, de plus en plus agaçante avec ses demandes de preuves d’amour et ses cadeaux. Comme si l’on pouvait reconstruire un sentiment amoureux à coup de présents et de mots doux…
Il soupira en remarquant qu’il ne lui restait plus que cinq minutes avant la fin de sa ronde. Il se dirigea, le cœur lourd et lentement, vers le couloir où se trouvait la pièce commune. Pour se donner du courage, il enfouit sa main gauche dans sa poche, et serra le bout de tissu qui s’y trouvait caché. Depuis qu’il l’avait retrouvé sous le lit de l’autre garçon, trois semaines plus tôt, l’étoffe ne l’avait plus quitté. Il ne comprenait pas trop pourquoi il ne la lui avait pas rendue, surtout lorsque son ami l’avait cherchée pendant toute une soirée dans leur dortoir, mais il s’en servait maintenant comme d’une sorte de porte-bonheur, de grigri… ou… plutôt de doudou… Il sourit, amusé. Il n’en avait plus eu besoin depuis Monsieur Lunettes, un castor à lunettes que son père avait sauvé d’un stock de peluches moldus qui avait été enchanté. Arthur Weasley avait réussi à débarrasser la peluche du sort indésirable et l’avait donnée à l’adoption au petit Perceval qui ne l’avait plus quittée jusqu’à son entrée à Hogwarts. Depuis, il trônait dans un coin de sa chambre, poussiéreux mais pas oublié. Percy se demanda si la cravate n’irait pas avec la couleur chocolat de la peluche…
Quand, enfin, il se trouva face au portrait endormi qui ouvrait sur la pièce, il soupira. Il savait que derrière la porte, dans la salle commune, l’attendait Penny. Pour une nouvelle discussion. Elle allait lui parler pendant des heures des nouvelles méthodes qu’elle avait trouvées avec ses copines pour sauver leur couple.
Il sursauta en sentant une main se poser sur son épaule. Il suivit le bras des yeux et se retrouva confronté au regard rieur qu’il connaissait si bien. Un doigt sur ses lèvres, l’autre jeune homme fit signe au Préfet-en-Chef de rester silencieux. Le gardien l’attrapa par le coude et, toujours sans un mot, le guida dans le couloir. Ils marchèrent plusieurs minutes, en silence, jusqu’à une porte derrière laquelle se trouvait une vieille remise. Il y avait tellement de salles dans Hogwarts que la moitié d’entre elles n’était pas utilisée. La pièce était assez grande et servait, leur semblaient-ils, à entreposer de vieilles tables de classe qui n’étaient plus utilisées.
Percy resta près de la porte tandis qu’Oliver, de plusieurs sorts, allumait les différentes torches qui se trouvaient là. Le rouquin ne dit rien pendant que le gardien continuait de s’affairer. Bientôt, il transforma une table en canapé et il s’y assit, en souriant. Percy le regardait faire, les sourcils toujours froncés. Qu’avait son ami en tête ?
« Oliver, finit-il par s’exclamer. Que fais-tu ? Et… Que faisais-tu dans les couloirs alors que l’heure du couvre-feu est passée ? »
Wood haussa les épaules.
« - Je reviens d’un entraînement de Quidditch…
- C’est bizarre… Je suis persuadé que Harry et les jumeaux étaient encore dans la salle commune quand je suis parti pour ma ronde. Ils sont dans l’équipe, non ?
- Disons que l’entraînement n’était pas réellement réglementaire…
- Oliver ! » s’écria le jeune Weasley.
Le dit Oliver rit. Percy secoua la tête. Son ami savait bien qu’il n’arrivait jamais à rien lui reprocher. Il y avait quelque chose chez Wood qui l’empêchait de le sermonner ou de lui mettre une sanction. Ce charme avait toujours opéré sur lui, sans qu’Oliver ne fasse rien de spécial. S’il en profitait parfois – ne savait-il pas qu’il lui était interdit de s’entraîner tout seul, dans le noir, sur le terrain de Quidditch, pour des mesures de sécurité ?-, il faisait toujours en sorte de remercier Percy d’une manière ou d’une autre. Oliver n’oubliait jamais de lui apporter des plumes en sucre, ses friandises favorites, ou de rester avec lui à discuter de choses qui n’intéressaient que le Weasley alors que tous l’avaient déserté depuis longtemps.
Le visage de Percy s’adoucit. Oliver était réellement un bon ami. Il se détendit et plaça ses bras autour de lui. Ils étaient pourtant si différents. Lui, il était l’intello prétentieux et arrogant, à cheval sur le règlement, et que les autres élèves avaient appris à craindre et à éviter. Oliver était le sportif populaire, qui aimait bien contourner certaines règles, surtout au Quidditch, toujours très entouré. Toutes les filles de leur âge et même plus jeunes étaient folles de lui. Quant au Préfet, il n’avait que Penelope. Pourquoi vouloir la quitter alors que la jeune fille paraissait être la seule à lui trouver du charme ?
« Tu vas rester planter là longtemps ? »
La voix d’Oliver le sortit de ses pensées moroses.
« Viens t’installer près de moi. »
Percy hocha la tête et se dirigea lentement vers le sofa. Il s’y assit, près de son ami, vérifiant le plus discrètement possible que le bout de tissu qu’il cachait dans sa poche n’était pas visible.
« Y’a un souci avec Penny ? »
Percy leva la tête vers son ami et se sentit fléchir. D’un coup, il eut envie de se jeter dans ses bras et de pleurer. Quelle petite nature il faisait ! Il n’allait pas sangloter pour si peu ! Et surtout pas dans les bras du si populaire joueur de Quidditch de l’école… Il ravala la boule dans sa gorge qui le gênait et hocha la tête. Une main un peu maladroite lui tapota l’épaule.
« J’suis désolé, Perce… Si tu veux en parler… »
Le Préfet haussa les épaules. Que dire ?
Il sentit le regard d’Oliver sur lui, et put constater la gravité et l’inquiétude qui s’y reflétaient. Il n'avait jamais vu l'autre garçon aussi sérieux, à part lorsqu'il mettait en place des techniques pointues au Quidditch. Il se souvint des fois où le gardien avait essayé de les lui expliquer. Les conversations étaient toujours ponctuées par des fous rires. Percy sourit à ce souvenir. Automatiquement, Oliver lui répondit. D’un coup, toute la tension, que l’évocation de sa petite amie avait provoquée, avait disparu.
Oliver l’écouta, sans l’interrompre, puis lui apporta des conseils. Bientôt la conversation dériva sur d’autres sujets comme leurs projets pour l’année suivante.
Les heures passaient mais Percy ne le voyait pas. Pour la première fois dans toute sa vie scolaire, il n’avait pas respecté l’heure du couvre-feu et il s’en fichait. Il accepterait de prendre une retenue après une si merveilleuse soirée…

Le lendemain, il se réveilla, groggy et courbaturé. Il ouvrit les yeux et, bien qu’il ne portât pas ses lunettes, il sut qu’il n’était pas dans son lit.
« Bonjour », murmura une voix près de lui.
Percy sursauta. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait.
« Tiens, tes lunettes. »
Il les posa prestement sur son nez et se tourna vers son mystérieux interlocuteur. Le sourire de l’autre adolescent était aussi lumineux que ceux qu’il lui avait lancés durant la soirée. Il n’avait donc rien rêvé !
« Il semblerait qu’on se soit endormis ici, tous les deux. Il est sept heures passées, on a encore le temps de rentrer au dortoir pour changer de vêtements.
- T-Tu es réveillé depuis longtemps ? » croassa Percy.
Il vit quelque chose qui n’était pourtant pas habituel chez Wood, le gardien rougit.
« - Un… hum… Un petit moment déjà. Tu… Tu dormais paisiblement alors je-je n’ai pas voulu te réveiller. Je suis dé…
- Pourquoi ?
- Quoi ? »
Percy ne comprenait pas pourquoi il avait dû poser la question mais il sentait que c’était important. Le rougissement d’Oliver s’accentua.
« Je… je ne crois pas que ça… ça t’intéresse. J’ai même peur que… que ça te dégoûte. En fait… tu… »
Le reste de la phrase fut perdu dans un marmonnement incompréhensible pour le Préfet.
« - Je quoi ? »
Il crut un moment que le gardien n’allait plus rien dire. Ce dernier se leva et mit de la distance entre eux. Finalement, plus courageux qu’il ne le pensait, Oliver se lança :
« - Tu me plais ! Beaucoup… beaucoup trop, même… Et pas… pas comme un copain… j’comprendrai si tu ne veux plus me parler, je…
- Oliver ! » s’écria Percy, abasourdi.
Il se leva à son tour et toucha le coude de Wood pour que celui-ci se retourne.
« Si c’est une blague, elle n’est pas réellement de bon goût…
- Non, non, Percy. Je… Tu… je t’aime bien… beaucoup… enfin…
- Moi aussi ! »
Le rouquin avait presque crié et, sous le regard d’Oliver, il rougit. Wood sourit d’un coup. Il semblait aussi heureux que s’il portait la coupe de Quidditch.
« - C’est vrai ? »
Percy hocha la tête. Il eut à peine le temps de se rendre compte qu’ils venaient tous deux de se déclarer qu’Oliver entourait sa taille de ses bras et l’embrassait. Le baiser d’abord maladroit et plutôt brouillon devint plus sage. Oliver posa un bisou sur le front de son nouveau petit ami et soupira d’aise.
« Tu sais pas à quel point ça me fait plaisir ! A chaque fois que je te voyais avec elle…
- Y’a plus rien, Oliver. Elle et moi, c’est qu’une question d’une bonne discussion pour que ce soit terminé.
- D’accord. »
À nouveau, le gardien couvrit la bouche du Préfet de la sienne et le baiser enivra Percy plus vite qu’un verre de Firewhisky. Il sentit les mains d’Oliver se balader sur son corps et son esprit ne s’alarma que lorsqu’il perçut l’étoffe être sortie de sa poche. Ils se détachèrent rapidement alors que Weasley essayait de récupérer son trésor.
« Ma cravate ! » s’exclama Oliver, en notant les tous petits O et D brodés dessus par un sort expert de sa mère.
Percy rougit encore plus, mais le rire heureux d’Oliver lui fit plaisir.
« Si tu veux la garder, ça me va… Tiens, j’ai même une idée. »
D’un coup de main rapide, il détacha celle si bien nouée de Percy, puis passa la sienne autour du cou de son petit ami.
« Je garde la tienne et tu auras la mienne. Personne ne le verra mais on le saura tous les deux… »
Percy ne répondit pas, se contentant d’embrasser l’autre adolescent. Il se sentait bien plus heureux que la veille au soir.
Ils ne sortirent de la remise qu’une demi-heure après, en retard pour le petit-déjeuner. Ils prirent tout de même le temps de revenir dans leur dortoir pour changer de vêtements. Chacun se regardant dans un miroir, ils se souriaient tout en attachant leur cravate, d’un nœud bien serré pour Percy mais plus lâche pour Oliver.
Percy sourit. Monsieur Lunettes ne profiterait pas de cette cravate mais, elle continuerait à être son nouveau doudou. Il sentit un baiser rapide posé sur sa tempe et émit un petit gloussement qu’il n’aurait jamais cru pouvoir sortir de sa bouche.
Il suivit rapidement Oliver. Il savait qu’il allait devoir affronter Penelope mais, cela ne l’angoissait plus car, ce soir, après sa ronde, dans leur nouveau lieu à eux, il retrouverait Oliver…

_________________


Dernière édition par Gred le Dim 18 Oct - 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gredoune.livejournal.com/
Anathema
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 231
Date de naissance : 09/12/1991
Age : 25

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Ven 16 Oct - 23:48

Je suis vraiment ravie que ça ait répondu à tes attentes !
Ta satisfaction me comble ;D Et pour les fautes d'orthographe, je m'excuse vraiment, elles étaient horribles. Je n'avais vraiment pas les yeux en face des trous ce soir.
J'ai trouvé ton texte à toi plein de force, poignant malgré une brièveté qui ne le rend que plus cinglant. Le changement d'attitude de Chase est très bien rendu au fil du texte. En cela, j'admire la façon dont tu as sut utiliser le fait qu'il s'habille. Très bon texte.

Half, les persos sont très bien rendus, le texte délicieusement drôle, la situation devait valoir le coup d'oeil. Les chamailleries de ces deux là sont toujours un bonheur.
Et Wilson ! ;D J'adore les Wilsons combattifs et espiègles, pleins de caractère finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anathema
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 231
Date de naissance : 09/12/1991
Age : 25

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Sam 17 Oct - 0:02

Oh Gred ! C'est vraiment génial. Ces deux là sont adorables, bien écrits, la situation sonne juste... Et l'histoire est bien développée, c'est un plaisir à lire.
Merci ;D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Dim 18 Oct - 0:23

Je suis vraiment contente si vous avez retrouvé les personnages et si ma petite scène vous a plu, les filles, merci pour vos commentaires Smile.

Ana, ton Minus/Cortex était trop mimi !! J'ai adoré le Minus qui prend les choses en pattes et nous fait un petit remake de Ratatouille juste pour son cher Cortex aigri. La description de toute l'installation était particulièrement sympa ^^. Fais juste gaffe, dans le petit paragraphe final, tu as mis deux fois "quand".

Ruika, mais ton texte était génial ! Ah vraiment, je l'ai trouvé très réussi dans sa concision ! J'avais un peu peur, en te proposant le House/Chase, que tu trouves le pairing sans intérêt autrement que pour le crack, d'où ma précision, mais tu as réussi à nous en faire un bel angst de première classe, ma parole ! Les flash-backs venaient au fur et à mesure, bien à propos. Et tu as fort bien utilisé ce prompt ambigu. Non vraiment, je suis une femme comblée sur ce coup-là, et tu peux être contente de toi !

Et Gredou, tu as bien fait de prendre le temps qu'il fallait pour écrire ton texte, car nous bénéficions du coup d'un vrai petit one shot... et très mignon !! cherry On a vraiment l'impression d'un petit passage de Harry Potter, au milieu du reste de l'histoire. J'aime bien la façon dont tu as opposé Percy et Oliver pour finalement les lier à la fin par ce fameux échange de cravates. ^^

Tu n'as presque pas laissé d'erreur. J'ai juste noté par exemple :
Citation :
la rupture était éminente
=> imminente

En tout cas bon boulot tout le monde ! C'est rare que je sois en mesure de lire tous les textes d'un atelier pour une question de fandoms, mais là j'en aurai bien profité ! Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruika
Lilitu à la lanterne
avatar

Nombre de messages : 680
Date de naissance : 03/04/1989
Age : 28
Localisation : *en mode "Sauvons la Lanterne"*

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Dim 18 Oct - 11:07

Ana, merci beaucoup pour tes compliments, j'avoue que personnellement, je ne sais toujours pas quoi en penser, mais je suis contente que tu le trouves cinglant, c'était le but, je suppose ^^

Citation :
=> imminente
Aaah >< J'ai bêta son texte et j'ai loupé cette faute >< LA HONTE >< Je vais me faire seppuku sérieux...

Half *rougit* merci pour ton enthousiasme, ça me fait plaisir que ça t'ait plu, parce que sur ce coup, j'avais vraiment peur de te décevoir. Je suis vraiment pas bonne en crack, je suis incapable de faire de l'humour, et pour moi, c'était impossible de voir du Chase/House romantique et fluffy ^^' Donc bon, sur le moment, j'étais perdue, mais semblerait que je me sois bien dépatouillée ! ^^
(A noter aussi, que, tu m'as gentiment offert une porte de sortie avec le pairing FOB... mais ma pauvre Half, tu m'as donné le seul pairing FOB que je ne peux pas supporter ^^ C'était gentil quand même )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://buddhaformattie.livejournal.com
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Dim 18 Oct - 13:52

Citation :
pour moi, c'était impossible de voir du Chase/House romantique et fluffy ^^'
Je suis d'accord...

Citation :
mais ma pauvre Half, tu m'as donné le seul pairing FOB que je ne peux pas supporter ^^ C'était gentil quand même
Arrrghl ! Je suis vraiment désolée ^^'''. Comme quoi quand on essaye de toucher à ce qu'on ne connaît pas... En tout cas ce n'était pas voulu, mais comme ça tu n'as pas été trop tentée et tu nous a pondu un très bon petit texte sur le pairing principal Wink .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Latitefraisedesbois
Eblouissante jouisseuse
avatar

Nombre de messages : 349
Date de naissance : 16/05/1991
Age : 26
Localisation : Ici, ailleurs et autre part...

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Mar 20 Oct - 16:03

JE SUIS DÉSOLÉE!!! *s'auto-flagelle*
J'ai complètement oublié (comme vous avez pu le remarquer -_-''') cet atelier...
Je suis absolument débordée et dépassée en ce moment, et j'oublie tout...
Le mieux c'est que je ne m'inscrive plus aux ateliers jusqu'à avoir retrouvé ma tête. (ce serait bien que ça arrive avant les vacances... S'il vous plait grand dieu du solfège donnez moi une oreille absolue et une jolie voix)

Désolée... *s'en va sur la pointe des pieds et sans avoir eu le temps de lire quoi que ce soit*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Latitefraisedesbois
Eblouissante jouisseuse
avatar

Nombre de messages : 349
Date de naissance : 16/05/1991
Age : 26
Localisation : Ici, ailleurs et autre part...

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Lun 2 Nov - 2:12

C'est peut-être un peu (beaucoup) trop tard, mais bon...

Thème : pourquoi pas moi?
Pairing : original

______________________


Je t’ai vu à cette fête, qui me regardait. Je t’ai vu t’approcher, me dire « salut, ça va ? ». Comme si tu me connaissais. Comme si on était potes.
J’ai pensé que tu te foutais sûrement de moi.J’ai sécoué la tête, désolé, je me suis cassé.

Je t’ai recroisé à l’arrêt de bus. Je t’ai tout de suite reconnu, avec ta gueule de d’Artagnan. Les cheveux longs, le visage maigre, les yeux brûlants, les gestes vifs. Elegant, viril, sec.
Je me suis planqué derrière mon bouquin. Mauvaise pioche, tu aimes lire.

C’était les fleurs du mal, je le lis depuis un an, maintenant. En boucle.
Tu t’es approché, tu as tourné la tête pour voir le titre du livre, et tu as dit : « Baudelaire, ça pète ! »
Puis : « Et... Mais c’était toi le type à la soirée de Mathilde ! J’ai voulu te parler, tu t’es barré... »
Je suis devenu tout pâle : tu te moquais encore de moi !
« -ça va, tu te sens bien ?
-C’est bon, t’es pas obligé.
-Obligé de quoi ?
-Me parler...
-Hein ? T’es dingue ou quoi ? Pourquoi je serai obligé ? »

Tu avais l’air sincèrement perplexe. Moi, j’aurais pu te donner des millions de raisons. D’abord, je suis moche parce que j’ai les cheveux bouclé et des lunettes. Puis, je suis con : les fleurs du mal, c’est le seul bouquin que je peux lire sans m’endormir. C’est pour ça que c’est le seul bouquin que je lis, d’ailleurs. Je suis pas drôle, non plus : je comprends jamais les blagues des autres. Enfin, je suis maladroit.
Je t’ai pas dit tout ça, évidemment, j’ai juste rougi, je me suis replongé dans mon livre.

T’as rien ajouté, mais tu m’as filé ton numéro. Avec ton nom au-dessus. C’était pas d’Artagnan, c’était Antonain. Un nom moche pour un gars beau. Peut-être que t’étais un bébé moche, un bébé qu’on peut appeler Antonain sans scrupules ? ça arrive parfois. Les enfants laids qui deviennent beaux. Le contraire aussi ; d’ailleurs, j’étais pas si mal foutu quand j’étais môme.
Tu es parti. Démarche parfaite, souple, mesuré. Ton nom. Ton numéro. Dans ma main.

Pourquoi moi ? Pourquoi je t’intéresserais ?

J’ai mis un mois à trouver le courage de t’appeler. Un mois pour composer ce putain de numéro que je connaissais par cœur, à force.
J’avais par l’air con, au bout du fil. Tu savais même pas mon nom !
« -Heu, salut, c’est Marco. ...
-Qui ?
-On s’est croisé à la fête de Mathilde... Et à l’arrêt de bus...
-Aaaah ouais, t’es le type des fleurs du mal !
-Heu ouais. »
Long silence.
« -Tu veux qu’on aille prendre un café ? Bar de l’arnaque, c’est près de chez moi, dans une demi-heure ?
-... Ok. »

Je me demandais encore : pourquoi moi ? Mais ça s’est bien passé, même si je tremblais comme un dingue, même si j’ai jamais autant transpiré de ma vie. J’avais troqué mes lunettes pour des verres de contact, t’as dit que c’était dommage, t’aimais bien le côté « intello à côté de la plaque » que me donnait les lunettes... Je savais pas trop comment le prendre, j’ai haussé les épaules.
Puis on a parlé – enfin, au début, tu as parlé. De tout, vraiment. De la musique de Bob Dylan que tu adores – j’ai dit que j’aimais bien et je me suis juré de louer des disques à la médiathèque -, de l’escrime que tu pratiques, des livres que tu as lu.... Puis, je me suis décoincé, et je me suis raconté, aussi. J’avais jamais pensé, avant, avoir des trucs à dire. Des trucs interessants sur moi, je veux dire. Mais en fait, une fois lancé, c’est très facile, et puis on ne peut plus s’arrêter. Tout y est passé : les dimanches matins passés à la campagne à observer les oiseaux, les tournois d’échec, le lait chaud au miel les soirs d’orages, ma mère qui s’appelle Amandine et qui m’aime pour deux vu que mon père s’est barré, mon amour pour la pluie et la chanson française, Brel, Ferré, et puis les autres, encore, encore, encore... On est resté là, tranquilles, à parler, jusqu’à 3 h du matin...

Tu m’as raccompagné chez moi. Puis, c’était comme dans un film, sauf que je t’ai pas proposé de monter boire un dernier verre. Tu t’es juste penché, très rapidement, et t’as effleuré la commissure de mes lèvres avec les tiennes. Puis tu m’as regardé, penaud, hésitant. Moi je comprenais rien, alors j’ai dit :
-Mais pourquoi moi ?
Tu as ris très fort, et d’Artagnan m’a répondu :
-Pourquoi pas toi ?


Dernière édition par Latitefraisedesbois le Lun 2 Nov - 2:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Latitefraisedesbois
Eblouissante jouisseuse
avatar

Nombre de messages : 349
Date de naissance : 16/05/1991
Age : 26
Localisation : Ici, ailleurs et autre part...

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Lun 2 Nov - 2:26

Half : j'ai juste adoré ! C'était super drôle, et ce qui était vraiment génial c'est que ne lisant, je voyais house et sa tête un peu tordue et j'entendais sa voix ironique, ahah, vraiment bravo !

Anathema : hou, vous me faites rire ce soir ! :p Bravo, parce que le pairing était des plus difficiles, franchement j'aurais pas su quoi faire là dessus... Mais tu t'en es super bien tirée, et j'ai adoré ton Minus. (par contre j'avoue n'avoir que de vague souvenir de cette série, donc je ne sais plus très bien comment est le minus original...)

Ruika : ... franchement, waouw. C'est super court mais chaque mot est à sa place, on ressent chase, on le reçoit en plein coeur. Le coup de la cravate : très bien trouvé et parfaitement utilisé. J'ai aussi aimé comment tu traitais cameron :p.

Gred : j'aurais tendance à dire que ceci est mignon, et évidemment ça m'a fait glousser comme une fille. Mais quand même : pauvre Pénélope. :p J'ai bien retrouvé percy, complètement anxieux, et j'ai adoré comment olivier lui a "déclaré sa flamme".C'était très mignon et garçonnesque... Bref, bon moment passé à te lire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gred
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1330
Date de naissance : 16/08/1981
Age : 36
Emploi : Chasseuse de doudoux

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Lun 2 Nov - 13:34

Tu as bien fait de poster, Fraisouille, j'ai beaucoup aimé. Ton narrateur et son D'Artagnan sont vraiment adorables, tous les deux ^^.

Merci pour ta review. Oui, je sais, pauvre Penelope... mais si Oliver est heureux :p.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gredoune.livejournal.com/
Anathema
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 231
Date de naissance : 09/12/1991
Age : 25

MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   Lun 2 Nov - 23:25

Ca valait le coup d'attendre dis donc ;D j'ai beaucoup aimé ce texte, c'est très mignon, ton narrateur est très attachant et réaliste.
Ca m'a tout perturbé dans mes couleurs, mon dessin a tourné bleu au lieu de jaune poussière (et mon clavier aussi, ça m'apprendra à peindre en faisant de l'ordinateur).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Atelier 23 : octobre 2009   

Revenir en haut Aller en bas
 
Atelier 23 : octobre 2009
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salon de la Photo : 15 au 19 octobre 2009
» GMAC Bastille octobre 2009
» Nocturne des Coteaux de la Citadelle - Liège - 3 octobre 2009
» La Nocturne des coteaux - Liège - aura lieu le 3 octobre 2009...
» Citation du 6 octobre 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 6 : Soyons Créatifs ! :: Atelier d'Ecriture-
Sauter vers: