fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Requiem pour le petit prince déchu des gros pavés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 29
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Requiem pour le petit prince déchu des gros pavés   Mar 8 Fév - 15:36

Requiem pour le petit prince déchu des gros pavés



T’étais bâti comme un moineau,
Mais sur les barricades
Déjà dans chacun de tes mots
Y avait des pavés en cascade.
Longues la tignasse et les idées,
Jamais sans ton p’tit foulard rouge,
Ah c’était comme ça qu’on t’aimait,
Bien peinard au fond de ton bouge.

Tu portais l’nom d’un chevalier,
N’connaissant pas de roi,
A la noire armure cloutée,
Aimant à s’jouer du grabat.
Tu défendais le jeune et pis
Le trop vilain, sacré bandit !
L’Etat opprime, les flics répriment,
Mais toi, Renaud, tu nous exprimes.

Bien sûr t’en as dit des conneries
Dans ta jeune fougue, banane !
J’te pardonne, amoureux d’Paname,
Comme t’as appris l’écologie.
Mais, prince à casquette de gavroche
Dont la chanson est la seule arme,
Avoir crevé avant d’êt’ moche
Ca aurait conservé ton charme.


Dis-moi, Renaud, comment qu’ça s’peut
Qu’la vieillesse rende plus con qu’avant ?
C’est quoi cette guimauve de mes deux ?
Et il est où l’Mistral gagnant ?

Dis-moi, d’abord, pourquoi « Renaud »
Ca rime p’us avec « p’tit salaud » ?
Pourquoi le gosse des sombres rues
La société elle l’a bien eu ?
Elle l’a bien eu…


T’as un peu mûri, mon gaillard,
Le timb’ moins nasillard,
Mais toujours un enfant colère,
Dans ta voix, balançait des pierres.
Pourtant t’étais plus clairvoyant
Que bon nombre des bien-pensants
Assis sur leur humanité
Fiers de l’exclus d’la cruauté.

Machisme, humanisme et sales dogmes,
Tout ça glissait sur toi
Comme le sang sur les mains d’un Homme,
J’étais fière d’grandir avec toi.
Je suis aussi si fatiguée
Que ton partage me consolait,
Mais peut-être l’as-tu trop été
Et l’arbre a fini par casser.

L’arbre insoumis de ton bon sens
Départi d’illusions
Cachant une farouche innocence
Dont un coup d’trop a eu raison.
Enlisé, l’opium anisé
Rongeant ton cœur putride, éteint,
Même silencieux et supplicié
C’est là qu’fallait viser l’bon coin.


Dis-moi, Renaud, comment qu’ça s’peut
Qu’la vieillesse rende plus con qu’avant ?
C’est quoi cette guimauve de mes deux ?
Et il est où l’Mistral gagnant ?

Dis-moi, d’abord, pourquoi « Renaud »
Ca rime p’us avec « p’tit salaud » ?
Pourquoi le gosse des sombres rues
La société elle l’a bien eu ?
Elle l’a bien eu…


T’avais fêté tes cinquante berges
Quand un matin tragique
On t’a r’trouvé ras comme un derche
Crucifié dans un tabloïd.
J’ai failli vomir mon onze heure
Devant c’qu’est en soi le scandale :
Une figure passée au broyeur.
Merde, c’que j’t’aurais mis comme mandales…

Ca f’sait un moment qu’tu traînais
Volontiers hors d’œuvre.
On bouffe pas là où on a chié
Quand on a une once d’honneur !
Mais là, ma gueule, c’était l’bouquet :
Bon sang mais t’étais dev’nu dingue ?
A quand l’engagement dans l’armée ?
Mais bordel où qu’j’ai mis mon flingue ?

La fillette des obscures ruelles
Aurait pas dû partir
Si elle pouvait soigner l’rebelle
Enfoui profond dans tes souv’nirs.
Mais il semble que tu t’sois maqué
Vec une petite bien mieux roulée,
Désintéressée, spéc’, éprise…
Hein, mais comment ça « j’ironise » ?


Y a même plus assez d’place ici
Pour loger la révolte, le dégoût,
La colère, le deuil et les cris
Qui m’étreignent maint’nant le cou.


Renaud sur les bords, au milieu,
Là tu crains un peu.
It is not because you are vieux
Que t’as le droit d’devenir pleutre.
Mais Renaud, enfin, défends-toi
Si tu vis encore dans sa peau !
Donne-leur un coup d’surin dans l’gras
Ou tu crèv’ras comme un vieux beauf’.


Dis-moi, Renaud, comment qu’ça s’peut
Qu’la vieillesse rende plus con qu’avant ?
C’est quoi cette guimauve de mes deux ?
Et il est où l’Mistral gagnant ?

Dis-moi, d’abord, pourquoi « Renaud »
Ca rime p’us avec « p’tit salaud » ?
Pourquoi le gosse des sombres rues
La société elle l’a bien eu ?
Elle l’a bien eu…



Dis-moi, Renaud. Renaud. PUTAIN RENAUD !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Requiem pour le petit prince déchu des gros pavés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Requiem pour un Massacre (Idi i Smotri)
» Requiem pour un con (Higelin etc...)
» La fin de la E-120 001... "requiem pour une loco d'election"
» [Faulkner, William] Requiem pour une nonne
» Une histoire pour mon petit lapin? (trouvée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 5 : Les fics...Parce que la catharsis des unes fait le rêve des autres! :: Rimailles en pagaille :: En clair et en vers-
Sauter vers: