fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ce que je ne peux pas avoir, mini fic

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Mer 2 Mar - 22:49

Voici la première moitié d'une toute ch'tite fic que je voudrais dédier à Cybelia, qui a permis notre réunion à toutes (wouaaais!!! Mr.Red ). Comme d'aucunes le savent, je ne suis pas super fière de cette production dans laquelle j'ai essayé d'innover sans forcément faire mouche... Bah, j'espère que vous passerez tout de même un bon petit moment, et que vous prendrez cela comme une mini-oeuvre sans prétention...

A Cyboulette, donc!


Ce que je ne peux pas avoir
01/03/05
Par la Halfeline


-Il est arrivé hier soir. Quand je l’ai vu passer les deux grandes portes coulissantes qui, jusqu’alors, ne s’étaient ouvertes que sur des étrangers, le cœur m’a… comme manqué. Je ne sais pas si vous avez déjà éprouvé la saveur, la spécialité de l’instant où on retrouve enfin le visage qu’on connaît, et a fortiori qui nous est cher, au beau milieu d’une foule d’anonymes. Enfin, c’était vraiment un instant en suspension… Je voulais lever le bras pour lui faire signe, ouvrir la bouche pour l’appeler mais quelque chose en moi le refusait, comme s’il cherchait à conserver cette inertie. Peut-être que je voulais le mettre au défi, aussi, et voir s’il parviendrait également à me retrouver de son côté… Enfin, bon, il a mis très peu de temps à me repérer. J’ai vu ses yeux s’éclairer brusquement et il s’est mis à cavaler parmi les autres voyageurs, en slalomant entre eux avec sa valise à roulettes, c’était assez épique ! Alors, du coup, j’ai été débloqué et je suis rapidement passé par-dessous la barre qui ménage l’accès des arrivants, et je me suis précipité à sa rencontre. Vous voyez, on dit de nos fans, mais… on n’est pas plus reluisants quand on adore quelqu’un ! … Finalement, il a laissé tomber sa valise et m’a carrément sauté dans les bras. J’ai ri parce que, d’ordinaire, c’est moi l’expansif… Il s’est agrippé à moi comme s’il y avait des alligators par terre, et je crois même qu’il y a une grand-mère qui n’a pas trouvé ça très décent. Enfin, nous avions d’autres choses à nous préoccuper, à ce moment-là. Je riais doucement, en essayant de le soutenir contre moi sans choir sur un passager innocent, mais lui ne disait rien. Il avait le visage enfoui dans ma nuque, et son cœur battait très vite. Je ne pouvais pas bien l’étreindre parce qu’il avait un gros sac à dos, et puis, il faut dire qu’il n’est pas aussi léger qu’il en a l’air quand on le voit en costume ! Enfin, je crois qu’il s’est passé peu de temps avant qu’il ne remette pied à terre, pour finir… Et j’ai enfin pu voir un sourire rayonnant, communicatif, et presque innocemment goguenard sans raison ; le sourire qui m’est toujours resté de lui. Il m’a simplement dit qu’il était content de me revoir, et j’ai répondu que moi aussi. On s’est sur le champ tirés de l’aéroport. En partant j’ai vu une jeune femme brune qui nous souriait avec un drôle d’air… vous voyez, un mélange d’ironie et de gaieté. J’ai remarqué qu’elle avait un appareil photo en bandoulière, j’espère que ce n’était pas une journaliste ! … Bref, tout ça pour dire qu’on a pris la bagnole et qu’on a filé chez moi. On a beaucoup bavardé sur le chemin. On a parlé amis, boulot, société… L’enthousiasme nous rendait excités comme des puces, et je crois qu’on a eu de la chance de ne pas croiser de flics. En rentrant, après qu’on ait installé ses affaires dans ma chambre, je lui ai proposé de manger un morceau, mais il a répondu qu’il n’avait pas faim. Il n’était qu’environ 19h, d’ailleurs, donc on s’est décidés à boire un petit coup avec des cacahuètes et des chocolats, et ce genre de cochonneries. Enfin, de toute façon, on n’a pas vraiment eu l’occasion de se sustenter grandement, enfin pas de… « basses nourritures terrestres », si vous voyez l’idée. En fait, une fois posés, l’enthousiasme s’est dilué… il n’est pas tombé proprement dit, il s’est plutôt, c’est ça, dilué pour se transformer en… béatitude bienheureuse. … C’est là qu’il a commencé à se faire câlin, ou peut-être que c’était nous deux, je n’en sais rien… Là encore, d’habitude c’est moi qui initie le contact tactile. Il s’est retrouvé dans mes bras, doucement, à me raconter à voix basse tout ce qui ne se dit pas dans un aéroport. Son cœur battait normalement, cette fois, je le sentais là, sur le côté de ma poitrine. Je ne parvenais pas à formuler de réponse décente, et je me contentais d’acquiescer, ou de le serrer un instant plus fort, mais … ma bouche n’arrivait pas à former de mots appropriés. J’ignore si c’est à cause de cela mais il a fini par m’étreindre plus fort, et il y a eu un profond soupir dans sa respiration ; là c’est mon cœur qui s’est mis à jouer au marteau-piqueur. Si vous saviez… si vous saviez ce que c’était vraiment la manière dont on s’est… offerts l’un à l’autre. C’était comme si on voulait forcer la communion en nous serrant l’un dans l’autre. Ses membres étaient fermement crispés, et pourtant ça n’enlevait rien à la tendresse de l’instant… presque au contraire, d’ailleurs, ça lui donnait de l’intensité. … Mes bras et ma tête luttaient contre une résistance intangible, pour l’avoir plus près encore de moi. Un peu comme si… comme s’il avait fallu rattraper en quelques minutes des kilomètres et des mois de séparation. Ce qui me faisait plaisir, c’était de me sentir accueilli avec autant de fébrilité que la mienne… plus ça va, plus je réalise la rareté des échanges où l’estime et l’affection sont à ce point poussées à l’unisson. … Il était juste entre mes bras, là… chaud, lourd, et tendre… comme un enfant qui n’a plus aucune peur. Enfin, pas vraiment un enfant mais… vous voyez… peut-être plutôt comme si nous étions des enfants tous les deux. … Alors je lui ai dit. … Je lui ai dit qu’il fallait qu’il sache quelque chose et… je l’ai dit. Il a commencé par me répondre… … il a commencé par me répondre qu’il m’aimait aussi, et il a voulu reposer sa tête derrière mon épaule, mais je lui ai dit non, qu’il se trompait, qu’il ne comprenait pas ce que je voulais lui dire. … Je commençais à m’affoler, à dire vrai. … Il a semblé perplexe l’espace d’un instant. Ensuite ces yeux verts qui avaient été si joyeux et lumineux à son arrivée, et qui à présent étaient plus sombres dans la pénombre, sont progressivement devenus incrédules, puis se sont immédiatement baissés. Il a osé à nouveau un coup d’œil hésitant. L’expression qu’il avait à ce moment-là est vraiment indéfinissable, et je n’ai pas pu la voir longtemps. … Il s’est retiré de mon étreinte, qui était devenue inerte, et à ce moment précis… j’ai cru mourir. Réellement. Je sais que des tas de gens ont déjà dû vous dire ce genre de chose, mais je vous assure que dans ce cas-là… c’était ça. C’était une sensation de mort. Complète.
Le silence se fit.
-Pensez-vous que la douleur que Billy ait pu provoquer en vous soit plus réelle que celle du reste du monde ?
Dominic Monaghan releva les yeux vers le Dr Melfi, sans tourner sa tête qu’il avait penchée vers les lacets de sa basket droite, relevée sur son genoux gauche.
-Oui. Oui, je le pense, et après ? Encore un témoignage de mon égocentrisme juvénile hypertrophié, c’est ça ? Oh, et puis que le reste du monde aille se faire foutre ! Il est bien le cadet de mes soucis pour le moment !
Dominic décroisa et recroisa les jambes, les mains crispées sur le bras du fauteuil. La psychiatre resta silencieuse quelques secondes, attendant de voir si le jeune homme allait reprendre son récit de son propre chef.
-Qu’est-il arrivé, ensuite ?
-Ensuite ? reprit Dom avec un ton presque acide. Il m’a dit tout net qu’il pensait que ce serait mieux pour lui de rester à l’hôtel ce soir-là. Comme si… s’il avait soudain peur que je lui saute dessus, ou je ne sais quoi. Il a pris son sac à dos, et il est sorti en lançant qu’il m’appellerait aujourd’hui.
-Et… ?
-Pas un coup de fil, rien. Et pourtant, je n’avais que ça à attendre de la journée. Si ça se trouve, il est déjà reparti direction l’Ecosse, pendant qu’on parle bien gentiment.
-Avez-vous essayé de le contacter vous-même ?
-Vous êtes folle ? Après ce que je venais de commettre, ç’aurait été la dernière des choses à faire !
-… Qu’avez-vous ressenti lorsque Billy est reparti ?
-De la honte, répondit immédiatement l’acteur, les yeux rivés sur un point de la moquette claire. De la honte, et de la colère. Je m’en voulais comme jamais ça n’avait été le cas de ma vie, et pourtant vous êtes bien placée pour savoir qu’il y a déjà eu de bonnes occasions. Je vous en voulais aussi. Je me maudissais d’avoir suivi vos conseils sur l’honnêteté nécessaire à la conservation de la pureté d’une relation, et autres belles conneries de ce genre. … Alors qu’au fond, je crois que j’ai pris la décision moi-même, n’est-ce pas ?
Le visage du docteur ne se rida que d’un pâle et très bref sourire en réponse à l’interrogation du jeune homme.
-J’ai pleuré sur mon plumard comme un ado en perdition la nuit dernière.
Dominic détourna à nouveau les yeux.
-Et je me suis masturbé, comme un ado en perdition.
Aucune émotion ne transparut sur le visage du médecin, et pourtant, Monaghan redressa ses pieds en tailleur sur le fauteuil avant de lancer en la considérant avec un défi à peine dissimulé :
-C’est dégueulasse, hein… s’exciter tout seul de désespoir à cause de son meilleur ami quand on approche des trente berges.
-Vous faites à plusieurs reprises allusion à une régression de votre part. Ne pensez-vous pas que le problème soit moins le retrait de votre ami qu’un retour avec le conflit de l’interdit par lequel nous sommes tous plus ou moins traumatisés ?
-Mais qu’est-ce que vous racontez ?
-Êtes-vous certain que Billy refuse davantage cette relation que vous, dans l’état actuel des choses ?
-Ca me paraît évident, non ? Vous n’allez quand même pas réussir à me démontrer que c’est moi suis en fuite, sur ce coup-là !
Le Dr Melfi ne répondit pas immédiatement, laissant à l’acteur le temps d’analyser ses paroles.
-Je ne suis pas sûre d’avoir tout cerné dans le départ de Billy : a-t-il tout emporté avec lui ou a-t-il laissé les affaires qu’il avait installées ?
Dom reposa à terre ses pieds nus chaussés d’une marque douteuse.
-Il les a laissées. Ca vous fait rire si je vous dit que j’ai dormi blotti contre une veste ?
-Il vous serait profitable de vous affranchir de dignité superflue avec vous-même autant qu’avec votre public… Enfin, Dominic : il vous a laissé une part de lui ce soir-là. Il ne s’est pas enfui comme un voleur ! Je pense que vous auriez dû prendre ce geste comme un témoignage de confiance et une promesse de retour de sa part !
-Ou comme la précipitation dans son besoin soudain de quitter mon foyer ?
-Peut-être ! Peut-être cette pulsion impérieuse s’est-elle fait ressentir en lui mais vous ne devez pas vous borner à l’interpréter de manière négative et à le blâmer tandis que vous vous flagellez avec une certaine complaisance, reconnaissez-le au fond de vous !
Il y eut cette fois une longue pause. Dom tentait de laisser les paroles de sa psy envahir pleinement sa conscience, le réconforter, le rassurer d’une nouvelle étincelle d’espoir un peu réprobatrice. Les mots et les idées semblaient retenus par une toile d’araignée invisible dans son esprit. Le conflit intérieur qui nichait en lui depuis la veille s’en trouvait brusquement ravivé, comme une plaie dont on a gratté la croûte sans attendre de guérison. Lorsqu’il releva les yeux vers le Dr Melfi, ceux-ci étaient à présent empreints de fragilité, nuancée d’abattement.
-Ce type a un tel pouvoir sur moi…
Elle sourit un peu tristement, avec la « neutralité bienveillante » du psychiatre modèle.
-Oui, je l’ai remarqué.
-J’ai maintenant le sentiment que… tout ce qui m’importe, c’est d’obtenir sa reconnaissance et son estime… et que, je me contrefous du reste ! J’ai l’impression que le seul souhait qui m’anime c’est… qu’il me renvoie la même affection que je lui porte. Ce fut le cas, longtemps, et je n’avais aucune raison d’en douter… à présent que j’ai changé les données… l’entièreté n’est plus là, vous comprenez ?
-Le but de chaque homme sur cette Terre… être reconnu par l’autre ; et, a fortiori, gagner plus que son admiration et s’attirer de l’amour de sa part.
-Mais cette quête me torture, à présent ! Et je ne peux m’en prendre qu’à moi-même ! Maintenant que j’ai probablement brisé toute la cohésion qui nous liait, Billy et moi, je me retrouve… vide.
Dominic semblait interroger silencieusement la quarantenaire brune qui lui faisait face, toujours si posée, toujours si raisonnable et irréprochable. La maîtrise de l’existence humaine.
-Cette passion dévorante qui vous attache à votre ami ne doit néanmoins pas vous couper du reste du monde, et vous ôter tout intérêt pour lui. Loin de moi l’idée de vous lancer à la figure des clichés de journalistes étrangers à votre nature intrinsèque mais… vous avez jusqu’à présent considérablement réussi dans votre vie ; vous disposez de bien plus que la plupart des hommes de votre âge, Dominic, et vous faites envie à beaucoup, eux qui ne savent pas ce qui habite réellement vos inquiétudes.
-Ca vous pouvez le dire. J’ai une armée de jouvencelles à moi tout seul qui se déshydratent devant des photos de moi sur leurs PCs…
-Encore le grand égocentrique… sourit Melfi avec tendresse. Enfin, notez tout de même la richesse de votre existence, même en-dehors de Billy.
Dom commença à secouer la tête, mais la psychiatre garda la parole :
-Je sais que celui-ci met en sommeil le reste de votre entourage, mais je tenais juste à vous faire remarquer que vous avez jusqu’à présent su éviter les écueils de l’échec, sans que votre récompense ne vous tombe toute cuite dans le gosier, si vous me pardonnez l’expression. Pourquoi ce soudain défaitisme ? Est-ce parce qu’il vous semble que l’issue de ce nouveau désir ne tient pas, cette fois, qu’à vos capacités personnelles ?
-Sans doute… Probablement aussi parce qu’il s’agit des sentiments que l’être que j’ai jamais eu de plus cher nourrit à mon endroit, que ceux-ci se trouvent brusquement en équilibre instable. …et je me sens si insignifiant, et presque si minable dans toute cette histoire… … J’ai parfois l’impression que… je veux toujours ce que je ne peux pas avoir.
-C’est assez schématique mais, Freud pensait qu’il n’y avait pas de désir sans interdit. Je perçois chez vous un constant refoulement de votre volonté d’ordinaire si acérée. Vous avez déjà fait un premier pas fort louable. Ne vous repliez pas maintenant sur votre morbidité. Allez jusqu’au bout dans la cassure de cette palissade qui vous aliène. Avez-vous peur de ce que vous pourriez trouver derrière ?

_________________


Dernière édition par le Sam 3 Fév - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nasty
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 241
Localisation : Loin, loiiiiiin... Enfoncée dans mon lit avec Lij ^^
Emploi : Chercheuse de PDE

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Mer 2 Mar - 23:33

Viole-le dans un p'tit coin sombre !
... *Elijah se passe une main lassée sur le visage, rouge de honte*
C'était pas une façon de commencer une review, ça, si ? -_-'

Enfin, toujours est-il que j’aime beaucoup cette petite introspection de Dom, on ressent vraiment les mots, qui sont exprimés de façon naturelle (même si je le verrai encore moins ‘structuré’ dans son récit, après tout ça…) : j’aime bien que ça commence par ça, on se demande un peu où on débarque et… j’ai eu l’impression que Dom me tapait la discut’ (lol), ce qui n’est point désagréable Laughing , mais si c’est terriblement triste, cette histoire. Ensuite, j’aime bien la psy (Melfi… Melfi… nom de Dieu, j’vais me prendre la honte si je te demande d’où ça vient ? –pas un perso de JDR ?- ), elle a bien tout cerné (ce qui est rare… roooooh, t’es méchante. Ui.), elle est assez helpful…
Mimi. ^^
*se jette sur Melfi*
Pour le dialogue, après, je trouve Dom vraiment in-character, cette provocation qui sert à cacher les blessures plus profondes, je trouve ça très Monaghanien comme comportement. En plus, ses actions sont bien décrites, on l’imagine bien, le chéri sur son fauteuil, qui remue pas mal. Laughing
Et…
SUIIIIIIIIIITE !! *cri hystérique*

J’aime bien ce OS, au final. C’est pas ton summum, mais il est vraiment sympa, et ça change pas mal, ce qui est très agréable ! Mici… ^^

Nasty, avoir mal à la jambe pour rien, c’est con.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Sam 5 Mar - 0:27

IYIYIYIYIYIYI!!!!! (*était totalement hystérique lorsqu'elle a lu la review de Nasty le lendemain matin juste avant de partir au chagrin (ça m'a donné du coeur à l'ouvrage! ^^)*)

MERCHIIIII!!!!!!! Merchi d'avoir pris sur ton temps si restreint et donc précieux pour me mettre une petite feedback! Very Happy Je suis vraiment contente! ^^

Citation :
Viole-le dans un p'tit coin sombre !
... *Elijah se passe une main lassée sur le visage, rouge de honte*
C'était pas une façon de commencer une review, ça, si ? -_-'
Mais si, mais si... Laughing Laughing Laughing
Et après ça se dit traumatisée... Rolling Eyes

Citation :
les mots, qui sont exprimés de façon naturelle (même si je le verrai encore moins ‘structuré’ dans son récit, après tout ça…)
Certes! Enfin j'ai dû organiser un minimum pour tenter de garder un semblant de teneur littéraire, quoi...

Citation :
j’ai eu l’impression que Dom me tapait la discut’ (lol), ce qui n’est point désagréable
Tu m'étonnes! Mr.Red Tiens, je suis contente si ça t'as donné cet effet:! ^^ Je n'avais pas vraiment songé à cet aspect de ce pov un peu "novateur" si j'ose dire.

Citation :
Melfi… Melfi… nom de Dieu, j’vais me prendre la honte si je te demande d’où ça vient ? –pas un perso de JDR ?-
Exact! Tiens, tiens, comment ça se fait que tu sais ça, toi...?
Et en fait, à dire vrai, le nom de cedit perso était lui-même repompé sur... la psy de Tony Soprano! Wink Voilà, tu recolles les morceaux.. Smile

*vient soudainement de repenser au carpaccio de boeuf et aux frites, et ne sais absolument pas pourquoi*

Citation :
elle est assez helpful…
Mimi. ^^
*se jette sur Melfi*
Lol! C'est mignon! ^^

Citation :
je trouve Dom vraiment in-character, cette provocation qui sert à cacher les blessures plus profondes, je trouve ça très Monaghanien comme comportement. En plus, ses actions sont bien décrites, on l’imagine bien, le chéri sur son fauteuil, qui remue pas mal.
Ooooooooooooh!!!!!! *couine* TROP contente que tu me dises ça!!!! (*en fait... espérait particulièrement qu'elle ferait ressentir cela à sa Nasty pour laquelle elle a un immense respect d'analyse*) Et les gesticulations sur le fauteuil, j'y ai porté une attention particulière en pensant à toi, tu sauras! ^^ Je me suis dit "Aha! Peut-être Nasty remarquera-t-elle que je me suis bien appliquée à retransmettre cette caractéristique domienne dont nous discutâmes!" Smile Smile
Tu verras, dans la deuxième moitié qui devrait être faite dans le week-end sans trop de soucis, a priori (je sais que j'ai parfois un peu tendance à vouloir trop promettre là-dessus pour avoir l'impression de faire plaisir et que ça peut me péter parfois à la gueule...), il y aura un autre petit clin d'oeil pour toi. Like a Star @ heaven

Merci encore en tout cas! Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nasty
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 241
Localisation : Loin, loiiiiiin... Enfoncée dans mon lit avec Lij ^^
Emploi : Chercheuse de PDE

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Sam 5 Mar - 0:46

Citation :
IYIYIYIYIYIYI!!!!!
Oui, moi aussi je t'aime. Laughing Et j'aime ta fic, pendant qu'on y est. et j'aime le slash. Wink
*très contente que sa mini-review de rien du tout ait pu avoir cet effet-là sur sa petite Half -m'énerve, j'ai de plus en plus de mal avec les majuscules... J'en mets plus sur les noms -_-' *grogne*- préférée*

Citation :
mettre une petite feedback!
*essaie de suivre, avec un petit air perdu* C'est plus review ?
...
Ah, les jeunes, ça veut toujours tout réformer. Rolling Eyes

Citation :
Et après ça se dit traumatisée...
Exactement ! Nan mais, c'est quoi cette façon de traiter Billou ?
...
Moi, au moins, je propose une méthode...
...
*gros blanc* *regard en l'air* *tente de demander à Half de reconnaître les oiseaux pour détourner son attention*

Citation :
Enfin j'ai dû organiser un minimum pour tenter de garder un semblant de teneur littéraire, quoi...
Oui, c'est sûr que ça peut mieux se comprendre comme ça. Wink

Citation :
Tu m'étonnes!
*imagine bien la fan hystérique se jetant sur Dom* Parle-moi !! T'as des problèmes dans ta vie ? Tu te sens bien ? *prend sa tension* Depuis combien de temps t'as pas vu Billou ? *prend la température* Ne crois-tu pas que cette amourette monstrueuse est un moyen de te voiler la face pour ne pas voir ton véritable amour ? *embrasse Dom sur le front*
60€ la consultation ! ^^ Payable en 10 autographes sans noms.

Citation :
je suis contente si ça t'as donné cet effet:!
Bah vi, un Dom à domicile ! C'est-y pas génial, même si non-préparé et voulu ?

Citation :
Tiens, tiens, comment ça se fait que tu sais ça, toi...?
Alors là, ne me demande pas, parce que je te répondrai que je n'en ai aucune idée... Ca m'est venu, comme ça (de la même manière que "ampoule à décanter" en plein milieu d'un exo sur les isomères en physiques), alors... Je peux pas expliquer. -_-'' T'as du en parler sur le forum, à un moment ou à un autre.
Oki, en tout cas, pour le recollage ! ^^
(et mmmmrrr pour le carpaccio)

NOM DE DIEU !! *vient d'avoir une crise cardiaque parce qu'ol fait noir et que son chat fait rien qu'exprès de lui faire peu en apparaissant de nul part*

Citation :
(*en fait... espérait particulièrement qu'elle ferait ressentir cela à sa Nasty pour laquelle elle a un immense respect d'analyse
*toute rose* C'est vrai ? Ca c'est gentil !! ^^

Citation :
Aha! Peut-être Nasty remarquera-t-elle que je me suis bien appliquée à retransmettre cette caractéristique domienne dont nous discutâmes!"
Aha ! Peut-être Nasty n'avait-elle pas oublié son cerveau ce jour-là ? *commande des sifflements d'admiration*

Ouaaaaaais pour le clin d'oeil !! *une chance sur deux que je ne le vois pas, qui parie ?* ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Sam 5 Mar - 1:17

Citation :
Oui, moi aussi je t'aime. Et j'aime ta fic, pendant qu'on y est. et j'aime le slash.
C'est beau l'amour.
^^
*serre sa Nast contre son coeur*

Citation :
*essaie de suivre, avec un petit air perdu* C'est plus review ?
Si, cela était une tentative minable de la Halfeline qui utilise des synonymes dans le but d'éviter la répétition... Rolling Eyes

Citation :
*imagine bien la fan hystérique se jetant sur Dom* Parle-moi !! T'as des problèmes dans ta vie ? Tu te sens bien ? *prend sa tension* Depuis combien de temps t'as pas vu Billou ? *prend la température* Ne crois-tu pas que cette amourette monstrueuse est un moyen de te voiler la face pour ne pas voir ton véritable amour ? *embrasse Dom sur le front*
60€ la consultation ! ^^ Payable en 10 autographes sans noms.
EXPLSDR! Mr. Green
Et tu les revends sur le forum après, c'est ça? ^^ Mais non, c'est pas assez bien ça, ma Nast, faut lui demander un paiement en nature! Razz

Citation :
Ca m'est venu, comme ça (de la même manière que "ampoule à décanter" en plein milieu d'un exo sur les isomères en physiques), alors... Je peux pas expliquer.
*se pète de rire toute seule*

Oh, le vilain matou!

Citation :
Ouaaaaaais pour le clin d'oeil !! *une chance sur deux que je ne le vois pas, qui parie ?* ^^
Mais si! Mais si! Tu verras.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nasty
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 241
Localisation : Loin, loiiiiiin... Enfoncée dans mon lit avec Lij ^^
Emploi : Chercheuse de PDE

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Sam 5 Mar - 1:28

*a du mal garder les yeux ouverts, va donc aller se coucher dès qu'elle aura fini le mess*

Citation :
C'est beau l'amour.
N'est-ce pas ? *Nasty, traumatisée depuis qu'elle a vu Karl Urban dans son rôle de Cupidon dans une série... Seigneur, z'étaient obligés de le teindre en blond ??! Vont me détruire toutes mes références de mâââle, déjà que je suis sur les hobbits*

Citation :
cela était une tentative minable de la Halfeline qui utilise des synonymes dans le but d'éviter la répétition...
*frappe légèrement sa Half pour l'emploi de "minable" et "Halfeline" dans la même phrase*
Oki. C'est juste que feedbacks, ça sonne... anglais.
Parce que review...?
... -_-' Me le suis appropriée, Lij -_-'

Citation :
t tu les revends sur le forum après, c'est ça?
Exactement. (bon... c'était aussi une pitoyable tentative de faire référence au "Fan" des parodies Matrix... OUi, je sais, on dirait pas comma ça -_-')

Citation :
ma Nast, faut lui demander un paiement en nature!
Je tiens à laisser sa virginité à Billy, quand même ! Rolling Eyes

Citation :
Tu verras.
Bien ! *a hâte*

Natsy, l'aoriste, c'est mal, surtout quand on essaie de s'en souvenir à cet heure-là... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Sam 5 Mar - 16:15

Citation :
Vont me détruire toutes mes références de mâââle, déjà que je suis sur les hobbits*
Lol! J'ai réalisé qu'en ce qui me concerne, le processus est déjà bien abouti, après avoir visionné le making of des dieux du stade que nous avait mis Gâ-L... Laughing

Citation :
Oki. C'est juste que feedbacks, ça sonne... anglais.
Parce que review...?
MDR! ^^ C'est bon de retrouver Lij, même s'il n'est qu'un vil muffle.

Citation :
(bon... c'était aussi une pitoyable tentative de faire référence au "Fan" des parodies Matrix... OUi, je sais, on dirait pas comma ça -_-')
Mais j'avais remarqué, my love, j'avais remarqué! ^^

Citation :
Je tiens à laisser sa virginité à Billy, quand même !
Ben, il y a des moyens de contourner les formalités...
Half?
Vi mon carré de chocolat suisse aux noisettes?
On ne va pas s'étendre su le sujet...
*mode Renaud* Ah bon...

Citation :
Natsy, l'aoriste, c'est mal,
Heu... *shame* ... le quoi...? Embarassed

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nasty
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 241
Localisation : Loin, loiiiiiin... Enfoncée dans mon lit avec Lij ^^
Emploi : Chercheuse de PDE

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Sam 5 Mar - 23:11

SHIIIIIIIIIIIT !!
Putain, j'aime pas ce connard... *pleure* Mais pourquoi ce forum supprime les mess quand on fait précédents ?
POURQUOAAAAAA ? *cogne violemment sur le site*

Citation :
après avoir visionné le making of des dieux du stade
Quelle horreur... *frisonne en imaginant les gros paquets de muscle repoussants*
... Nast ? Tu sais qu'après une telle déclaration, des dizaines de filles te dévisageraient comme une tarée ?
*boudeuse* Tu veux dire... les filles qui passent leur temps à m'envoyer des chaines d'amûr ? Rolling Eyes
(n'empêche, faudra qu'on m'explique un jour pourquoi je réçois des mails de gens que je ne connais pas me proposant au choix : porno, diplômes sur Internet gratuits sans efforts, et jeux de hasard... What the fuck ?!? )

Citation :
C'est bon de retrouver Lij, même s'il n'est qu'un vil muffle.
Mouuuuaaais... Ce p'tit crétin devrait être ignoré, même s'il lui arrive d'avoir des fulgurances pour réussir à atteindre le clavier par des moyens indicibles, et à exprimer ses idées d'Amerloc de mes deux.
Tu devrais rajouter "na", ça ferait encore plus dans le ton.
-_-'

Citation :
j'avais remarqué!
*air de pouffe primaire à qui un quelconque Brad Pitt vien d'avouer qu'il adooooore sa coupe de cheveux (air viril)*
*grands yeux* C'est vraiiiii ? ^^

Citation :
mon carré de chocolat suisse aux noisettes?
On ne va pas s'étendre su le sujet...
*mode Renaud* Ah bon...
EXPLSDRR !! Laughing 😆 Laughing

Citation :
le quoi...?
Oh, rien, un temps grec qui remplace le passé et qui se décline en quatre types de conjugaisons différentes... *gros soupir*

Nasty, la Mauvaise Education... c'est très contre les bonnes moeurs Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Sam 5 Mar - 23:46

Citation :
Putain, j'aime pas ce connard... *pleure* Mais pourquoi ce forum supprime les mess quand on fait précédents ?
POURQUOAAAAAA ?
Poor Nast... :(

Citation :
Quelle horreur... *frisonne en imaginant les gros paquets de muscle repoussants*
C'était assez ça... :? Le plus dur à supporter étant une véritable colonne sculptée turgescente comme une vessie de porc, savonneuse et mouillée.
...
:puker:

Citation :
... Nast ? Tu sais qu'après une telle déclaration, des dizaines de filles te dévisageraient comme une tarée ?
*boudeuse* Tu veux dire... les filles qui passent leur temps à m'envoyer des chaines d'amûr ?
PTDRRRR... Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

Citation :
Mouuuuaaais... Ce p'tit crétin devrait être ignoré, même s'il lui arrive d'avoir des fulgurances pour réussir à atteindre le clavier par des moyens indicibles, et à exprimer ses idées d'Amerloc de mes deux.
Oserais-je ajouter qu'avec la découverte d'une chanson d'Aldebert, j'ai eu une inspiration de petite songfic où il n'aurait pas un rôle très... reluisant?
En fait, ce qui m'a surtout fait penser à lui c'est:
De ses yeux de cocker il te raconte, blessé, qu'il sort d'une grande histoire, enfin...
Qu'il a besoin d'chaleur, qu'il est pote avec un dauphin...

...
He. Smile (*tête abrutie*) Tu me pardonnes, Lijoujou? ^^
...
Dois-je ajouter que je projette de l'écrire à la loupiote à pile dans mon lit si, comme c'est plus que vraissemblable, je n'arrive pas à la faire ce soir? Non parce que sinon, après, je serai vraiment débordée...

Citation :
C'est vraiiiii ? ^^
Certes! ... ouh pardon: *projette la mâchoire en avant* Ah yes, totally aware...

Citation :
Nasty, la Mauvaise Education... c'est très contre les bonnes moeurs
TRES! SmileSmileSmile
On se demande bien pourquoi tu l'avais commandé avant même sa sortie... Rolling Eyes

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nasty
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 241
Localisation : Loin, loiiiiiin... Enfoncée dans mon lit avec Lij ^^
Emploi : Chercheuse de PDE

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Dim 6 Mar - 0:01

Citation :
Le plus dur à supporter étant une véritable colonne sculptée turgescente comme une vessie de porc, savonneuse et mouillée.
...
Sympathique.
Perso, j'dis pas qu'un peu de muscles, c'est mal (Dom n'est pas mal dans son genre, décidément... *fait la moue* Et moi, alors ? Moi, j'fais des pompes sur des rochers, tout ça, je suis bien aussi. Lij.
Oui. C'est pas que tu m'embêtes, hein, faut pas s'dire ça, mais... -_-' Ca fait plaisir. *tend son classeur de Physiques à Elijah* Tiens, range, ça t'occupera.), mais quand il y en a trop, ça devient... beurk... *air dégoûté*

Citation :
j'ai eu une inspiration de petite songfic où il n'aurait pas un rôle très... reluisant?
Hof, tu sais, c'est pas ça qui va me choquer plus que ça. Après le Dom pyschopathe petit salaud, le Lij sans rôle reluisant...
J'EN AI MARRE DE PASSER DERRIERE DOOOOOOOOM !!
Derrière ? Vraiment ?
... -_______-''' Me faut des clopes... -_-'' *essaie de libérer ses chakras*
Sinon, euh... Tu pourrais me passer la chanson d'Aldebert dont tu parles ? Et "le bébé" ? (c'est bien ça, le titre ?) Et celle sur la rentrée ? Et...
*violent coup de saïs de la part de Lij qui commence à les maîtriser*
(ça, c'est l'intérêt de la présence de mon chéri dans les mess : il censure)

Ca colle très bien, en plus, les paroles Laughing
Le dauphin est mort... dans un accident de voitures *se pète de rire toute seule*

Citation :
Dois-je ajouter que je projette de l'écrire à la loupiote à pile dans mon lit si, comme c'est plus que vraissemblable, je n'arrive pas à la faire ce soir?
*applaudit* Très bonne idée *ton de commentateur télé* Quelle abnégation, quel courage devant l'adversité du temps qui s'écoule inexorablement... ^^

Citation :
Ah yes, totally aware...
EXPLSDRR !!

Citation :
On se demande bien pourquoi tu l'avais commandé avant même sa sortie...
LOL !! Laughing Laughing
*bave un peu* Gaeeeeeeeeeeel...
*se reprend* Désolée -_-'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Dim 6 Mar - 0:23

Citation :
Perso, j'dis pas qu'un peu de muscles, c'est mal (Dom n'est pas mal dans son genre, décidément...
Viiiiii exact! J'approuve! Persiste et signe! Je m'appelle Jacques Brel! ... Ah non, c'est pas ça, enfin tant pis! VIVE LES MUSCLES DE DOM!! *danse une petite ronde avec Nasty*
*Elijah en arrière-plan dégoupille une grenade*

Citation :
*fait la moue* Et moi, alors ? Moi, j'fais des pompes sur des rochers, tout ça, je suis bien aussi.
Mais oui, Lij, mais oui... *fais un petit câlin très chaste et moral* Pourquoi tu crois que c'est à toi que Nasty fait des guilis? Tu sais, elle est parfois un peu bourrue et quelque peu autoritaire mais je t'assure que tu comptes beaucoup pour elle, tout ça... *donne Lij à Nasty*

Citation :
mais quand il y en a trop, ça devient... beurk... *air dégoûté*
*opine vivement du chef*

Citation :
J'EN AI MARRE DE PASSER DERRIERE DOOOOOOOOM !!
Derrière ? Vraiment ?
... -_______-''' Me faut des clopes... -_-'' *essaie de libérer ses chakras*
Complètement EXPLSDRRRR!!!! *roule par terre à l'image de la scène*

Je t'ai déjà envoyé le bébé. Tu me dis quand je continue. Smile

Citation :
Ca colle très bien, en plus, les paroles
*mode ranger* Ben oui, je m'disais aussi...
En plus, cette idée c'est de la basse vengeance envers une certaine communauté. Enfin, tu comprendras tout ça quand tu liras... (à moins que tu ne piges déjà ce que les circonvolutions tortueuses de mon cerveau malade ont en tête après avoir écouté la chanson mais faudrait qd même avoir une sacrée empathie!

Citation :
*ton de commentateur télé* Quelle abnégation, quel courage devant l'adversité du temps qui s'écoule inexorablement... ^^
MDR! Merci de me soutenir! ^^

Citation :
*bave un peu* Gaeeeeeeeeeeel...
C'est vrai qu'il est pas mal! Je l'adore avec ses lunettes, moi! Le "petit journaliste"... ^^ *adore la diva* "Meeercic'esttrop!"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nasty
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 241
Localisation : Loin, loiiiiiin... Enfoncée dans mon lit avec Lij ^^
Emploi : Chercheuse de PDE

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Dim 6 Mar - 0:53

Citation :
Persiste et signe! Je m'appelle Jacques Brel!
*s'explose de rire et roule par terre en se tenant les côtes*
Ne traverserais-tu pas une certaine crise identitaire, Scilia ? (m'enfin, je m'appelle la Halfeline !! Voilà, t'ai soigné, ça fera 600 €... *se dit qu'il faudrait vraiment qu'elle laisse tomber ses références à la con des BDs de sa môman*)

Citation :
VIVE LES MUSCLES DE DOM!!
OUAAAAAAIS !! *sautille partout et décide de se trouver un poster du chéri en pieds, en reliefs et... de préférence mouvant* *a vraiment des problèmes avec ses hormones, en ce moment*
*grands yeux* Quel homme... Laughing (very british... *marmonne avec son accent lamentable*)

Citation :
*Elijah en arrière-plan dégoupille une grenade*
PTDR !
*imagine trop le Lij sadique (quoique, j'aime pas la suite de photos que j'avais vu un jour de mon chéri tenant des armes à feu... ça m'avait... presque fait mal... Pour moi, y a que les bonnes vieilles armes de corps à corps qui fonctionnent... Laughing Laughing *se souvient avec nostalgie de son premier voyage à Londres, à 11 ans, et de sa visite avec des mecs d'une armurerie, l'un deux lui expliquant "et tu vois, c'est tordu, comme ça, ça fait encore plus de dommages internes quand on la retire du corps"* *traumatisée*)*
j'me rends compte que je me suis encore étalée pour ne rien dire ^^""

J'adore le truc que tu m'as envoyé !
OUAIS, la religion rend con !!
N'est-ce pas, Lij, mon petit ancien chrétien à moi... Rolling Eyes

Citation :
fais un petit câlin très chaste et moral*
C'est c'qu'on dit, ouais... ^^

Citation :
je t'assure que tu comptes beaucoup pour elle
Mais vi, très exactement ! (*air choqué* Je ne suis PAS bourrue !) T'es mon petit chéri que j'adore, quand même. C'est pas parce que je gagate sur les autres que tu ne peux rester mon amûr dans mon coeur... Rolling Eyes

Pour le sujet de la réécriture... Euh... J'avoue que je n'ai pas vraiment d'idées -_-'
Désolée... *aimerait bien pouvoir relever le défi*

Citation :
Merci de me soutenir!
Ben faut bien, quand même, faut toujours aimer sa Half ^^

Et pis Gael... L'est bien mimi, ce p'tit chéri, quand même... (même s'il a fait traverser une légère crise à ma mère parce qu'elle s'est rendue compte que tous ses chéris avaient des cicatrices dans la zone de la bouche ou du menton Rolling Eyes mais ceci est une autre histoire) *se prend d'affection* Vivement son film avec Viggo ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Dim 6 Mar - 1:13

Citation :
*grands yeux* Quel homme...
OUAIS d'abord! Mad Voilà le mâle! Et pis c'est tout! Et toutes ces poupées glonflables enflées au body building pour aller se jeter les unes sur les autres pour choper la baballe, j'appelle ça l'homo néandertalensis, moi, messieurs dames! En vérité, je vous le dit! L'humanité se DOIT de reconnaître Dominic Monaghan comme l'übermensch de notre temps! Elle doit...
...
Pourquoi penser à la langue de Dom me donne-ce envie de carpaccio de boeuf au parmesan?

Citation :
quoique, j'aime pas la suite de photos que j'avais vu un jour de mon chéri tenant des armes à feu... ça m'avait... presque fait mal...
Ah ça... :? C'est baaaad, Lij! Si tu veux prouver je ne sais quoi, ou compenser quelque chose, concentre-toi sur ton innocence toute nue, comme le disait le grand-père de Kirikou! *air solennel*
*Elijah, asousterré*

Citation :
"et tu vois, c'est tordu, comme ça, ça fait encore plus de dommages internes quand on la retire du corps"* *traumatisée*)*
Lol! Tu me rappelles: "Britanny, traumatized for life" Laughing Laughing

Citation :
OUAIS, la religion rend con !!
N'est-ce pas, Lij, mon petit ancien chrétien à moi...
Je songe d'ailleurs à mettre ça sur mon classeur de philo...

Citation :
(*air choqué* Je ne suis PAS bourrue !
MDR! ^^ Ce n'était que de la basse citation de FourmiZ (tu me diras, y a plus bas comme citations...)

Citation :
T'es mon petit chéri que j'adore, quand même. C'est pas parce que je gagate sur les autres que tu ne peux rester mon amûr dans mon coeur...
Aaaaaah, ben voilà qui fait plaisir... ^___________^ *toute rose*

Citation :
Pour le sujet de la réécriture... Euh... J'avoue que je n'ai pas vraiment d'idées -_-'
Désolée... *aimerait bien pouvoir relever le défi*
Comme ça tu auras le choc... Smile

Citation :
même s'il a fait traverser une légère crise à ma mère parce qu'elle s'est rendue compte que tous ses chéris avaient des cicatrices dans la zone de la bouche ou du menton mais ceci est une autre histoire)
Lol!

Citation :
Vivement son film avec Viggo !
Heu... C'est du trip ou c'est en projet???? Shocked Shocked Shocked
*imagine le pain béni pour slasheuses

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nasty
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 241
Localisation : Loin, loiiiiiin... Enfoncée dans mon lit avec Lij ^^
Emploi : Chercheuse de PDE

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Dim 6 Mar - 23:36

Citation :
Voilà le mâle!
Exactement ! On devrait le citer en exemple pour toutes les pouffes qui, si elles ne peuvent reconnaître la fluffiness des chéris comme Billou, peuvent au moins admirer la beauté d'un tel homme.
Conclusion : bavons sur Dom, c'est bon pour la moralité. Rolling Eyes

Citation :
Et toutes ces poupées glonflables enflées au body building pour aller se jeter les unes sur les autres pour choper la baballe, j'appelle ça l'homo néandertalensis, moi, messieurs dames!
D'aboreuuuuuuuuuuuh ! *s'endort sur la touche* *se réveille et saute partout avec un air guerrier*
Et pis en plus, c'est moche, c'est moche... Rolling Eyes (oui, bon, on a les arguments que l'on a, hein -_-') *soupire*

Citation :
Pourquoi penser à la langue de Dom me donne-ce envie de carpaccio de boeuf au parmesan?
Parce que tu as des fantasmes spéciaux tels que : découper sa langue en fines tranches et assaisonner avec du fromage ? Faudrait que t'en passes un bout à Billy, sinon il va pas apprécier que l'on profite sans lui... Rolling Eyes

Citation :
C'est baaaad, Lij
En effet. Surtout que Monsieur se la jouait bad boy(d) et qu'en plus d'être baaaaad, c'est vraiment ridicule... Rolling Eyes

Citation :
concentre-toi sur ton innocence toute nue
C'est ce qu'il faut que je fasse. Toutafé.
*a pas le courage d'aller revoir les photos parce que ça fait trop mal (ne comprend pas les pouffes américaines qui s'extasiaient sur lui alors qu'il faudra le réprimander)*

Citation :
*Elijah, asousterré*
MDR ! J'adore l'expression !! Laughing Laughing

Citation :
Tu me rappelles: "Britanny, traumatized for life
LOL !
Mon DIeu... Rolling Eyes (en tout cas, on n'a pas les mêmes choses de traumatisants, parce que Dom et Billou m'expliquant "why lube is our friend", personnellement... je leur aurais juste demandé de réécrirer le discours sur un bout de papier pour pouvoir le publier, avec signatures...)

Citation :
Je songe d'ailleurs à mettre ça sur mon classeur de philo...
Toutafé ! Bonne idée ^^

Citation :
C'est du trip ou c'est en projet????
Me semble que c'est en projet... Enfin, ça fait quand même longtemps que je l'avais lu, mais me semble qu'ils devaient tourner un film ensemble... Sur un quelconque truc espagnol...

Nasty dont la maman a squatté l'ordi all day long -_-''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Sam 12 Mar - 22:33

Bon, ben voilà la deuxième moitié, les gens. Ce qui fait que je vais enfin pouvoir faire mes 4 reviews en attente...

Je sais pas trop ce que ça donne, en revanche... :? Je dois dire pour ma défense que, tout du long, j'ai eu un cantique religieux en tête, comme d'aucuns le savent, ce qui n'a pas forcément beaucoup aidé... -____________-'

Vous me direz ce que vous en pensez. J'ai peur que ça ne soit pas terrible, là encore... Enfin Wolf m'avait demandé des camions-citernes de tendre, alors j'espère qu'à ce niveau-là au moins ça ira... Laughing



Dominic resta silencieux. Melfi n’avait-elle pas raison ? Quitte à avoir commis une bêtise, autant l’accomplir correctement, et tout miser sur le risque. Dans tous les cas, se disait le jeune homme, sa relation ne serait plus jamais la même avec celui qui avait été si étroitement son Billy, son double, son alter ego.
-Nous allons en terminer ici pour aujourd’hui, déclara doucement la psychiatre.
Dom se leva, repris son chapeau feutre et comme elle le raccompagnait à la porte, il lui serra fermement la main.
-Merci d’avoir accepté de me voir aujourd’hui… et désolé de vous faire terminer un peu tard. J’en avais vraiment besoin, vous savez. Je n’abuserai pas de votre dévouement.
L’analyste lui sourit avec sérieux et sympathie.
-Bonne soirée, Mr Monaghan.


Dominic sortit du cabinet, et descendit dans le parking souterrain pour retrouver sa voiture. Il déballa une sucette au citron qu’il fourra dans sa bouche pour occuper ses dents et sa langue tandis qu’il conduisait. Tout en remontant du côté de la banlieue pavillonnaire, Dom regarda les lumières des magasins éclairer les trottoirs et les passants. Il se demandait si tous ces anonymes avaient des histoires aussi destructrices que la sienne, derrière leurs masques de normalité satisfaite. Et puis, les boutiques se raréfièrent et les badauds devinrent de moins en nombreux, jusqu’à disparaître tout à fait. Dom alluma l’autoradio, mais l’éteignit ensuite rapidement après avoir fait le tour de quelques stations diffusants des musiques toutes plus creuses les unes que les autres. Il soupira en mordant lentement dans le sucre aromatisé sur sa langue. Il arrivait chez lui. Il remonta la petite descente de goudron qui menait jusqu’à sa maison, entre le jardin et la piscine, et arrêta sa voiture à sa place habituelle. Il en sortit et, tout en la fermant d’un geste machinal de la clé électronique, dégaina son téléphone portable. Allait-il trouver le courage de l’appeler ? Billy répondrait-il ? Tout à fixer anxieusement le numéro fatidique qui s’affichait sur l’écran bleu turquoise, il sursauta vivement en entendant trop près de lui un timide :
-Bonsoir.
Billy était assis sur le perron, blotti dans un coin de l’entrée dans un unique blouson trop léger pour la fraîcheur tenace de la soirée. Il était si tassé qu’on le distinguait à peine dans cet angle de mur. Dominic, partiellement remis de sa surprise, rangea prestement son cellulaire dans sa poche, et sa sucette dans son cellophane et lança tout de go :
-Ah, Billy ! Qu’est-ce… qu’est-ce que tu fais là ?
-Est-ce que je peux… entrer ? demanda l’Ecossais en se relevant.
-Oui… Oui, bien sûr, entre ! Comment ça se fait que tu es là à attendre ? On se les gèle, dehors ! lança Dom en introduisant rapidement la clé dans la serrure.
-Le taxi m’a déposé en-bas en fin d’après-midi, et tu avais éteint ton téléphone. Et en fait, la plupart de mes fringues sont encore chez toi, je te rappelle…

Le maître des lieux ouvrit la porte.
-Ah… et je suppose que tu es revenu les chercher, c’est ça ?
Les deux acteurs rentrèrent à l’intérieur, Billy soulagé de se retrouver à l’abri du froid. Lorsque son acolyte eut fermé la porte, il interrogea en le regardant par-dessus son col relevé :
-Dominic, tu… pour ce que tu m’as dit hier soir…
-Ouais ? lança l’Anglais en s’enfuyant du vestibule.
Billy leva les yeux au ciel et le suivit dans la grande salle de séjour allumée d’où il entendit, venant de la cloison suivante.
-Tu veux un café pour te réchauffer ?
Sans répondre, l’Ecossais le pista, déterminé, jusqu’à la cuisine, se demandant s’il finirait par le coincer quelque part. Lorsqu’il le retrouva, Dom s’affairait déjà à préparer la boisson. Billy resta planté à sa place, ne le lâchant pas des yeux, et répéta :
-Dom, ce que tu m’as dit, hier soir… est-ce que ça signifiait bien ce que j’ai compris ?
-Ca dépend, qu’est-ce que tu as compris que ça signifiait ? relança le cadet avec un pauvre sourire bouffon.
-Dominic Monaghan, je t’en prie, pesta calmement Billy avec la grimace de celui qui n’a plus de patience en réserve.
Dom s’arrêta alors pour considérer enfin sérieusement son interlocuteur. Reprenant courage, l’Ecossais reprit :
-Dis-moi simplement si tu le pensais réellement… ou si on oublie tout ça.
Le plus jeune se gela. On y était : la balle était dans son camp. Que répondre à cette question qui exigeait sans réplique un choix ? Choix dont l’issue déterminerait sans doute son avenir dans le cœur de l’être qu’il chérissait le plus profondément. Est-ce qu’il le pensait réellement ? Que oui, là n’était pas le problème. Mais s’il répondait par l’affirmative, n’était-ce pas écarter sa dernière chance de salut et enterrer l’affection de Billy ? « On oublie tout ça ». Cela signifiait-il qu’il lui offrait une dernière échappatoire ? L’absoudrait-il réellement, s’il se rétractait ? Il s’était pourtant promis d’avoir du cran et d’aller jusqu’au bout en quittant le cabinet du Dr Melfi ! Il la revoyait. « Avez-vous peur de ce que vous pourriez trouver derrière cette palissade ? ». Pour le moment, oui, il tremblait de peur intimement. Deux mots passèrent dans son esprit en ébullition. « Crise intérieure ». Quitte ou double ? Il était persuadé que, quoi qu’il réponde, il ferait le mauvais choix. Et pourtant il fallait prendre une décision ! Il fallait prendre une décision ! Aucun son ne sortait de sa bouche ; il en aurait pleuré. Et lorsqu’il retrouva le regard de Billy, il vit que lui aussi était au bord des larmes, malgré son visage dur. Les lèvres de Boyd s’ouvrirent légèrement pour déclarer, d’une voix blessée, où l’accent fragile jurait avec la fermeté de ses traits :
-Arrête ça, Dom. Je te demande seulement la vérité. Seulement ça.
Alors, en l’espace d’un instant, il n’y eut plus aucune pensée dominatrice chez Dominic. Il cessa brusquement tout calcul pour s’en remettre tout entier à la prière de Billy, où dût-elle le mener.
-Oui. Je le pensais.
Ce furent les seuls mots qui bondirent hors de sa bouche. Rien de grandiloquent, rien de trop personnel et donc cassable en mille morceaux par la moindre parole. Billy le fixa encore quelques secondes de ses iris pistache tandis que lui retenait son souffle, sentant son cœur battre dans ses tempes. Puis l’Ecossais sortit enfin de son immobilité pour faire le tour du bar d’un pas décidé. Monaghan eut un tressaillement de recul, croyant un instant que son compagnon allait lui allonger une beigne dans les règles de l’art.

Mais il n’en fut rien. Il ne se passa rien, et cela surpris presque le jeune homme chapeauté. Billy était contre lui, le front appuyé sur son épaule, ses mains maladroitement posées sur le formica, de part et d’autre de lui, sans le toucher. Dom resta d’abord sans bouger, son corps semblant grésiller un peu partout, le souffle légèrement emballé. Et puis, comme Billy se serrait un soupçon davantage près de lui, il laissa ses bras l’enlacer, pour découvrir qu’il était très froid par-dessus sa veste. Un réflexe le fit resserrer son étreinte, et Boyd osa alors lier ses mains autour de sa taille.

Il restèrent ainsi un petit moment, bercés par les gargouillis de la cafetière que Billy ne tarda pas à débrancher d’exaspération, sous le discret ricanement de son camarade. Dom avait l’impression d’avoir la tête vide, ce qui était passablement perturbant pour lui. La seule chose sur laquelle parvenait à se fixer sa conscience était Billy dans ses bras, Billy niché dans son cou ; Billy qui, à présent, relevait précautionneusement la tête vers lui, n’ouvrant les yeux qu’un bref instant avant de se glisser sous l’abri de son chapeau pour toucher ses lèvres des siennes. Dominic, lui, dut lutter pour contenir son souffle court. Ce n’était pas vraiment un baiser. Ils avaient juste goûté le contact. Lorsque l’aîné réinitia un toucher, Dom y répondit, avec la retenue et la pure tendresse convenue. Les inquiétudes et les dilemmes s’étaient pour l’heure évaporés. Deux soupirs soulagés se firent entendre dans leurs souffles, alors que leur attachement nouveau commençait à se creuser une petite place. Bill souriait lorsqu’il quitta la bouche câline de Dominic. Dom y fit écho, devinant que son complice favori avait senti le piquant acidulé du citron pendant leurs premier échange un peu plus amoureux.

Monaghan, à présent confiant, prit alors les mains de Billy pour les frotter gentiment dans les siennes.
-Tu as dû avoir très froid, mon pauvre… chuchota-t-il en essayant de réchauffer le plus rapidement possible les petits doigts glacés.
-Ca va mieux, maintenant, sourit de plus belle l’Ecossais en réponse.
Une vague d’admiration et de désir vint se briser contre Dom à la vue de ce sourire qu’il aimait tant, qu’il rêvait, qu’il gravait dans ses souvenirs pour les jours de peine. Il entendit Dom soupirer à nouveau et le sentit bientôt l’embrasser sur la tempe, la mâchoire, le haut du cou. La bouche seulement partiellement découverte glissant sur sa peau, semant des petits baisers chastes et en même temps inexplicablement affamés fit frissonner l’ancien interprète du plus jeune Hobbit, tiédissant son ventre et amollissant ses jambes. Il s’offrit, sa respiration flageolant légèrement à son tour. Il avait plusieurs fois inventé ce moment par le passé. Il se sentait comblé par un destin qui n’était finalement pas aussi barbare qu’il le croyait. A présent, Dominic l’embrassait à nouveau, toujours aussi doucement, comme s’ils avaient tous les deux besoin d’apprécier tous les plaisirs d’ordinaire passés outre. Billy finit par y mettre fin.
-Je veux pouvoir m’allonger près de toi, lança-t-il tout bas.
Dom sembla avoir un instant d’hésitation.
-D’accord.


Ils migrèrent rapidement jusqu’à la chambre où les affaires de l’invité étaient installées. Alors que le propriétaire refermait précautionneusement la porte, Billy alla allumer la lampe de chevet, grimpa de suite sur le lit couvert d’un épais édredon de patchwork, et resta assis sur ses talons, attendant que Dom vienne le rejoindre. Celui-ci s’avança à petits pas prudents. Voir Billy sur son lit, lui tendant la main avec un sourire rempli de tendresse, remuait quelque chose en lui ; son cœur cognait fort dans sa cage thoracique. Comment se faisait-il que cette seule vision propulse plus d’émotions dans son être que tous les ébats réglés, sûrs et sans maîtrise requise auxquels il s’était adonné à ce même endroits avec des brouettées de filles ? Il avait l’impression que prendre la main de Billy à cette seconde relevait de l’exceptionnel, du privilège quasi-religieux interdit au commun. Son aîné l’entraîna à-côté de lui, et le serra dans ses bras, très fort. Dom ne pouvait pas voir qu’il souriait sur son épaule, mais il entendait le ronron bienheureux qui faisait vibrer sa gorge tandis qu’il l’étreignait en retour, tapotant encore un peu timidement son dos. Dom aimait ce son cocasse et attendrissant, et repoussa bientôt doucement Billy pour ouvrir la fermeture de son blouson et glisser sa main par-dessous, pour aller caresser tendrement son échine par-dessus son sweat. L’intéressé lâcha un rapide soupir d’approbation avant de se mettre en tête de se débarrasser complètement de sa veste qui, désormais, l’encombrait. Dominic l’embrassa tandis qu’il l’aidait à passer le vêtement par-dessus ses épaules. Une fois libéré, Bill se pelotonna pleinement contre lui pour apprécier la sensation de ses mains à la fois familières mais aussi inconnues, d’un certain point de vue, coulant lentement sur son dos, ne lui procurant que bien-être.

Chose étrange, bien que les baisers qu’il échangeait avec Dom s’en tiennent à une douceur particulière, Billy sentit petit à petit en lui l’envie de découvrir Dominic grandir. Le faisant rouler légèrement sur le dessus-de-lit, entraînant la chute du chapeau noir, il prit un long moment pour le contempler et caresser son visage. Ses yeux au vert foncé par la faible luminosité étaient empreints d’intensité tandis qu’il scrutait un Dom frémissant un peu, et caressait les mèches claires dévoilées qui brillaient sous la lueur jaune de la lampe. Billy commença par déposer un petit baiser sur son front, avant de descendre le long de son visage. Lorsqu’il alla se loger dans le creux de son cou, Dommie remua légèrement, tendu comme un ressort. L’Ecossais s’y attarda longtemps, savourant chaque parcelle de peau plus tendre, avant de glisser ses doigts jusqu’aux boutons du col de Monaghan. La poitrine de celui-ci se soulevait à un rythme rapide. Ses yeux s’étaient clos lorsqu’il avait été captivé par les baisers légers et précis de Billy. A présent que celui-ci quittait son cou pour s’aventurer sur le haut de son buste, Dom les rouvrit. Boyd se redressa un instant et lui sourit ; il était intérieurement tout aussi bouleversé que son double, mais avait toujours su garder son sang-froid mieux que lui.
-Est-ce que… tu préfères que j’éteigne ? interrogea Dominic, tout fasciné qu’il était par le minois penché sur lui.
-Non. Il est tant qu’on arrête de se voiler la face, tu ne crois pas ? répondit malicieusement Billy avant de l’embrasser.

_________________


Dernière édition par La Halfeline le Jeu 19 Mai - 1:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gred
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1330
Date de naissance : 16/08/1981
Age : 36
Emploi : Chasseuse de doudoux

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Lun 9 Mai - 23:12

Kikoo!

Je voulais juste te laisser un petit mot parce qu'en fait, j'ai relu cette fic hir soir sur MDS. J'cherchais qqchose à me mettre sous la dent, de préférence D/B et puir j'suis retombée sur celle-ci!

Je l'avais bcp aimé quand tu l'avais postée et la relecture a eu un petit gôut différent mais tjs agréable!

Ah, comment je le voyais le Dominou chapeauté dans ce bureau, racontant ses déboires à Melfi, avec son petit air triste, son pied sur un genou, et une de ses mains tripotant son revers de pantalon et puis, quant tout gêné il remue un peu sur sa chaise et qu'il change de jambe... *gagatise*

Dans la deuxième partie, ce que je préfère est le moment fluffy devant la porte de chez Dom. Celui-ci qui prend son portable pour téléphoner à son Bill alors qu'il est près de lui. Et la petite voix timide de Billou , frigorifié, qui attend depuis plusieurs heures, et qui mijote entre espoir et peur d'avoir bien compris ou non ce que lui a dit son copain! (je t'en avais déjà parlé dans l'autre review)
Le moment dans la cuisine, quand Dom fuit, je le voyais trop! C'est tout à fait comme ça que je l'imaginerai réagir!

Et puis, j'ai eu un petit rire tout attendri sur le passage de la cafetière. Je sais c'est pas super important mais ça me parle, parce que je serai capable de réagir comme ça. Quand qq chose me touche trop au niveau des émotions, je me réfugie dans le matériel pour essayer de reprendre pied. Alors, j'imagine bien le Billou, submergé par l'émotion de l'étreinte de Dom, par ce qu'il vient de lui dire, mais très agacé par cette satanée cafetière qui lui gâche ce si beau moment!

J'adore cette petite fic! ^^

Au fait, j'ai lu vos échanges entre Nasty et toi, et je m'immisce un peu; Pour moi, un beau mâle c'est Dom. Et moi aussi, je trouve ça assez dégoûtant le trop plein de muscles! *repense au petit corps parfait de l'Anglais* :fou:

Poutoux Half! ^______^
Gred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gredoune.livejournal.com/
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   Dim 22 Mai - 23:25

Bon, je recommence ma réponse puisque, par je ne sais quel opération du Saint-Esprit (car, c'est sûr, c'est lui!), tout ce que j'avais fait est parti en fumée. Donc, Gredoune, je m'excuse de ne pas avoir répondu plutôt mais il a vraiment dû se passer quelque chose de pas très catholique avec l'envoi du message... :? (comme je vadrouille souvent avec plusieurs fenêtres ouvertes en même temps, ça expliquerait que je ne l'aie pas remarqué...).

Citation :
Je voulais juste te laisser un petit mot parce qu'en fait, j'ai relu cette fic hir soir sur MDS. J'cherchais qqchose à me mettre sous la dent, de préférence D/B et puir j'suis retombée sur celle-ci!
Eh bien je suis très flattée que tu aies jeté ton dévolu sur l'une de mes production! Very Happy

Citation :
racontant ses déboires à Melfi, avec son petit air triste, son pied sur un genou, et une de ses mains tripotant son revers de pantalon et puis, quant tout gêné il remue un peu sur sa chaise et qu'il change de jambe... *gagatise*
Viiii!!!! C'est tout à fait ça!!! Je suis contente parce que j'ai l'impression que vous êtes plusieurs à avoir été exactement sensible à l'attitude corporelle que je voulais faire passer, inspirée un peu des interviews... Smile

Citation :
Celui-ci qui prend son portable pour téléphoner à son Bill alors qu'il est près de lui. Et la petite voix timide de Billou , frigorifié, qui attend depuis plusieurs heures, et qui mijote entre espoir et peur d'avoir bien compris ou non ce que lui a dit son copain! (je t'en avais déjà parlé dans l'autre review)
Oui, je me souviens que tu avais déjà eu un petit coup de coeur pour ce passage à ta première lecture, mais ça ne me fait que plus plaisir que tu prennes la peine de m'en reparler, je vois que ça t'a vraiment plu et je suis contente ^^.

Citation :
Et puis, j'ai eu un petit rire tout attendri sur le passage de la cafetière.
AAAAAAw, je suis très contente, étant donné que c'est moi-même un petit détail que j'avais bien aimé. Un moyen de relâcher un peu la pression émotionnelle et de veiller à ce que l'éclosion des sentiments n'enlèvent pas le réalisme de la scène. Smile Eh puis c'est tout simplement rigolo, non? ^^

Citation :
Au fait, j'ai lu vos échanges entre Nasty et toi, et je m'immisce un peu; Pour moi, un beau mâle c'est Dom. Et moi aussi, je trouve ça assez dégoûtant le trop plein de muscles! *repense au petit corps parfait de l'Anglais*
WOUAAAAAAIS!!!!! Viens grossir avec nous les rangs des adoratrices du corps Domien! *jette des fleurs sur Dom* *danse une petite ronde avec Nasty et Gred*

Bon, il est temps que j'aille me coucher, moi! Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce que je ne peux pas avoir, mini fic   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce que je ne peux pas avoir, mini fic
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel ordre pour les FastPass ??
» Coming Out
» Dreads
» Disney Digital Copy
» Pokemon HeartGold/Soulsilver

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 5 : Les fics...Parce que la catharsis des unes fait le rêve des autres! :: Les feux de la rampe :: Scènes coupées-
Sauter vers: