fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mr. Nobody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mailine
Succube enluminée
avatar

Nombre de messages : 532
Date de naissance : 11/02/1991
Age : 26
Localisation : Dans des épis de blé
Emploi : Ad impossibilia nemo tenetur

MessageSujet: Mr. Nobody   Dim 17 Jan - 19:41

Une fois n'est pas coutume, je voudrais vous parler d'un film de Jaco Van Dormael, avec pour acteurs Jared Leto, Diane Kruger, Sarah Polley et Linh Dan Pham. Certes, je ne suis pas des plus objective, mon oncle étant le réalisateur. Mais, voilà... Voilà, le film en vaut vraiment la peine.

C'est un film à voir. Les critiques sont très partagées, et s'il n'a pas un nombre d'entrées suffisantes, il sera supprimé des cinémas. Je vous cite quand même une critique, une belle, pour mon propre plaisir:

Citation :
Conte fantasmagorique, délire psychanalytique, balade organique, ‘Mr. Nobody’ ne se classe pas et demande que l’on s’abandonne à son charmant pouvoir. Un projet ambitieux pour lequel Jaco Van Dormael mélange astucieusement effets spéciaux et bricolage maison, multiplie les décors, s’adonne à des plans surprenants et repousse les limites des couleurs, de la lumière et du son… Et ce ‘Mr. Nobody’ de s’assumer d’un bout à l’autre en dépassant toujours plus les contraintes inhérentes au genre. Mais ce n’est pas parce qu’il a consacré beaucoup d’énergie et, sans nul doute, d’argent à l’esthétique sophistiquée de son long métrage que Jaco Van Dormael en oublie le coeur de son dessein. Il est avant tout question d’interroger l’existence dans ce qu’elle offre de possibilités. Saisir l’enfance avec émotion, les amours adolescentes avec précaution et les aléas de la vie avec passion : voilà ce qu’accomplit cette ode à l’imagination, intense et singulière. En perpétuel équilibre, ‘Mr. Nobody’ navigue entre les époques et les émotions, et offre une réflexion subtile sur les conséquences de nos actes. Et tandis que le récit déborde et que la narration s’affiche totalement éclatée, le cinéaste belge s’applique à ne pas perdre son public. Ainsi joue-t-il sur l’exaltation des sens, les méandres de la pensée et toutes les tonalités de l’amour. Il l’aime, elle ne l’aime pas. Elle l’aime, il ne l’aime pas. Ils s’aiment mais ne se voient pas. Par-delà ses personnages qu’il aime confronter à leurs sentiments, Jaco Van Dormael affirme son amour pour le cinéma, persuadé qu’il peut libérer cet art de tout carcan pour en faire un espace gorgé de souvenirs et de choix, de mirages et de cauchemars, de doutes et d’envies, de bruits et de reflets.


Enfin, après ces détails, je vais parler du film.

C'est un film qu'on n'oublie pas. Un film particulier, qui passe de la comédie au drame, du surréaliste à l'humour. Peu importe, c'est avant tout un film magique, parce qu'on en ressort changé. C'est un film qui m'a marqué, pour sa douceur, pour sa rêverie.
C'est vraiment un instant magique. C'est l'histoire d'un petit garçon qui doit choisir entre son père et sa mère. C'est l'histoire d'un choix impossible. Et comme il le dit lui-même, tant qu'on n'a pas choisi, tout reste possible. Et de là découle un millier de vies possibles, un millier de possibilités, toute unique, qui dépendent d'un rien. D'un poil qui se dresse, d'une goutte d'eau, un millier de vies qui ne dépendent que de choses infimes.
Les images y sont splendides, la poésie du film reste dans la tête des semaines après son visionnage. La musique est particulière, et, une fois encore, je ne suis pas objective parce que l'auteur est mon autre oncle. Mais, il se trouve que je suis une fan inconditionnelle de sa musique, et que sur ce film, il s'est surpassé. C'est un chef d'oeuvre.

Alors, si vous aimez la vie, si vous aimez la douceur, la beauté autant que la laideur, si vous aimez les petits riens, si vous aimez vous faire transporter, rire et pleurer, sourire et être mélancolique, si vous aimez vivre, tout simplement, allez le voir.

Les critiques en France sont particulièrement mauvaises, à cause surtout d'une petite pique absolument fabuleuse, d'un petit rien que je vous cite pour le sourire qu'il m'a occasionné:

"On buvait, on faisait l'amour. Il ne se passait rien.... un peu comme dans un film français."

Et quelques images, pour la beauté, pour le plaisir et la douceur.

http://storage.canalblog.com/89/76/478740/48575908.jpg
http://storage.canalblog.com/99/97/478740/48576142_p.jpg
http://storage.canalblog.com/45/00/478740/48575891.jpg
http://storage.canalblog.com/63/82/478740/48575829_p.jpg

Courrez au cinéma, allez le voir. Pour que le cinéma ne soit pas qu'un amas de films semblables, soumis à une production qui ne veut faire que de l'argent en oubliant l'art. Allez le voir pour être retourné, dérangé, pour en ressortir plus grand ou plus petit. Allez le voir au nom des frites belges, au nom de l'incertitude, juste pour le voir de vos propres yeux. Ce film est un chef d'oeuvre, aussi beau qu'un roman de Fred Vargas, aussi beau qu'une chanson de Brassens ou de Barbara. On emmerde les critiques, on emmerde le non-sens, alors, au moins, qu'on ne s'emmerde pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gred
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1330
Date de naissance : 16/08/1981
Age : 35
Emploi : Chasseuse de doudoux

MessageSujet: Re: Mr. Nobody   Dim 24 Jan - 11:59

Tu parles bien du film, petite Maline.

Perso, je n'ai pas encore eu le temps d'aller le voir mais ça me tentait bien. Je vais essayer d'embarquer des gens pour le voir avec moi *n'aime pas aller au ciné toute seule*.
Quant à la petite pique sur les films français, ça me donne encore plus envie d'y aller d'un coup ^^.

Au fait, j'ai appris que tu serais bientôt sur Paris ! Il faudra qu'on se voit Smile.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gredoune.livejournal.com/
Mailine
Succube enluminée
avatar

Nombre de messages : 532
Date de naissance : 11/02/1991
Age : 26
Localisation : Dans des épis de blé
Emploi : Ad impossibilia nemo tenetur

MessageSujet: Re: Mr. Nobody   Dim 24 Jan - 18:00

Ouiiiii ! ^^ Oh, ça me fait plaisir que tu sois tentée d'y aller. *trépigne*

Puis, oui, je suis bientôt sur Paris ! Dès que j'ai mes billets, je t'envoie un mp, histoire de confirmer. Hâte de te voir, tiens ! ^______^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mr. Nobody   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mr. Nobody
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 7 : Terminus tout le monde descend ! :: Le Lumignon-
Sauter vers: