fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Manchester, England Englaaaand...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Manchester, England Englaaaand...   Sam 10 Oct - 21:09

Citation :
Et c'est tellement aléatoire que ça doit être vu comme un bénéfice annexe très favorable, mais pas comme un but.
Intéressante manière de le présenter.

Citation :
Ca se résumait en gros à "mais qu'est ce que tu fous dans un lycée ? Avec des vêtements ? Un mp3 dans ton sac ? Va courir à poil dans les bois au lieu d'aller prier le matin bon sang."
Bon ben c'est bien, je vois que tu lui as mis le nez dans son illogisme fondamental... même si, comme tu le dis, ça n'apporte rien... si ce n'est quand même la mise à bas de sa crédibilité devant d'autres personnes encore capables de raisonner. Ca, ça n'est pas rien.

Citation :
Après, l'opposition nature/culture, vaste débat.
Sans doute, mais pas aussi large qu'on pourrait le croire... Pour avoir étudié la question pendant pas moins d'un trimestre, j'ai appris qu'on pouvait tout de même s'appuyer sur certaines clés... mais aussi que l'opposition en question était foncièrement paradoxale, c'est vrai.

Oui, par exemple ces macaques qui s'affamaient plutôt que de déclencher un dispositif qui leur apportait de la nourriture mais envoyait en même temps dans la pièce vitrée voisine une décharge électrique à un congénère, même étranger à la colonie... Incroyable, non ? Combien d'humains en auraient fait autant ? Enfin bref, j'ai du mal à croire en l'existence d'une solidarité semblable chez d'autres animaux que les singes (hors du groupe social, s'entend). Si c'est aux primates que les études dont tu parles font allusion, ça n'est pas si surprenant finalement... Les singes, les grands singes surtout évidemment, se trouvent précisément à la frontière de la nature et de la culture, contrairement à ce que certains humanistes trop fiers voudraient faire croire. Bien sûr, il y a des outils qui comportent parfois un balbutiement d'élaboration, mais il y a aussi certaines aptitudes comme le mensonge, c'est-à-dire une communication volontairement faussée. Enfin, le plus décisif, c'est l'apparition d'habitudes "superflues", presque de "coquetteries" propres à certains groupes isolés (la manière de consommer les fruits, en les râpant par exemple), ce qui dépasse la notion d'instinct propre au domaine naturel.

Enfin, tout ça pour dire que cette empathie animale existe en effet bel et bien en dehors du groupe social, mais que sauf erreur de ma part elle concerne justement les espèces capables d'aller au-delà du strictement naturel. Si tu as d'autres infos, bien entendu, je suis toute ouïe.

Citation :
Enfin, il a du redoubler la 1er : monsieur avait boycotté l'épreuve de SVT du bac parce qu'on y parlait évolution.
...
A un niveau de connerie tel, les bras m'en tombent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anathema
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 231
Date de naissance : 09/12/1991
Age : 25

MessageSujet: Re: Manchester, England Englaaaand...   Dim 11 Oct - 17:02

La Halfeline a écrit:
Bon ben c'est bien, je vois que tu lui as mis le nez dans son illogisme fondamental... même si, comme tu le dis, ça n'apporte rien... si ce n'est quand même la mise à bas de sa crédibilité devant d'autres personnes encore capables de raisonner. Ca, ça n'est pas rien.
Les autres ? Il m'ont reproché de pas respecter ses croyances religieuses et/ou d'avoir une "discussion politique" au lycée et que franchement ça faisait chier tout le monde, c'était pas le lieu pour ça.

Alors, pour ces études, j'en avais vu sur les singes et les rats en effet, mais aussi sur les oiseaux. Par contre, je suis pas sur de pouvoir les retrouver.Embarassed

Citation :
...
A un niveau de connerie tel, les bras m'en tombent.
Bah en même temps, il avait eu le courage d'agir selon ses opinions... (et je l'avais plus eu avec moi en classe l'année d'après, c'était bien).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Manchester, England Englaaaand...   Dim 11 Oct - 19:36

Citation :
Les autres ? Il m'ont reproché de pas respecter ses croyances religieuses et/ou d'avoir une "discussion politique" au lycée et que franchement ça faisait chier tout le monde, c'était pas le lieu pour ça.
Tu rigoles?

*se tire une balle*

Hmm... les rats vraiment? Ca m'étonne beaucoup car, même s'ils font vraiment dans le social au sein de leur colonie, nourrissant et toilettant les vieux et les infirmes en particulier, ils sont en principe très territoriaux et assez agressifs avec les individus étrangers. Il n'y a d'ailleurs qu'à voir tout le boxon qu'il faut mettre en oeuvre pour intégrer un nouveau rat à une cage d'individus qui ne le connaissent pas.
Pour les oiseaux, en revanche, je ne m'y connais absolument pas. Je garde cette piste sous le coude, ça vaudra le coup de l'explorer à l'occasion !

Pour moi, saborder son année pour un truc aussi brillamment gland, c'est pas du courage, c'est de la connerie dénuée de la moindre limite. S'il avait voulu être logique avec lui-même il ne serait même pas allé le passer, le bac, point-barre.
Cela dit je comprends l'avantage que ça a pu constituer pour toi...
(Lilith, heureusement qu'il n'était pas avec nous en Terminale S quand on étudiait les courbes de l'orgasme féminin et sa possible multiplicité...)








Boromir Bon bon, j'en profite pour reprendre juste là où je vous avais laissés :


Ca arrive les journées comme ça. A la fin de la semaine dernière, je ne sais pas si c’était la robe de chaperon rouge que des journées très douces m’avaient permise de porter, mais j’ai eu droit à plein de gentilles attentions ce jour-là. Helen était littéralement aux anges que j’aie dégoté une page d’Astérix sur l’indigestion d’Abraracourcix pour le cours sur le régime alimentaire et la santé. Ca faisait de moi quelqu’un de très bien, apparemment, et j’allais lui permettre de bien étoffer son propre cours, ce pour quoi elle était très reconnaissante (Et moi, sans le vouloir, qui lui répond comme le dernier des héros américains : « I’m just doing my job »… -___-‘). Puis la femme de ménage affectée à notre département et avec qui j’entretiens des rapports très amicaux m’a appelée « ma chérie » en m’encourageant à aller me promener dehors pour profiter du soleil. Enfin, je me suis fait un nouvel ami. Ca s’est passé après le repas, alors que je suis entrée sur la pointe des pieds dans le quartier des profs avec mon petit thé. J’avais pris la résolution de socialiser. Il y avait là installés deux groupes de deux personnes, l’un masculin, l’autre féminin. Lequel choisir ? Poussée par une grégarité idiote, par le souci du qu’en-dira-t-on ou je ne sais quoi, je m’installe avec les deux femmes en pleine conversation. Hélas, même après un bon moment, je n’ai pas l’air de les intéresser tellement… et je me contente de lire bêtement la Newsletter de l’école posée sur la table basse. Finalement, l’une des nanas décolle, ce qui permet aux messieurs de rappliquer. Ils translatent à-côté de nous et un prof assez âgé, crinière et barbe blond terni, engage tout de suite la conversation, m’assurant sans tarder que j’avais très bien fait de venir dans la salle des profs, parce que les assistants étaient trop timides et que, même si c’était plus facile, il ne fallait pas rester reclus dans son bureau. Celui-là, il a vraiment vu que je venais sans savoir où me mettre, et que j’avais fait mauvaise pioche en choisissant ces dames qui n’en avaient guère cure. A ce moment-là, un immense sentiment de reconnaissance m’a envahie, parce que j’ai vraiment eu l’impression qu’on venait à ma rescousse dans une situation assez fâcheuse, du moins ridicule. Nous avons fort bien palabré et sur bien des sujets : le théâtre, le système éducatif privé, les origines mythologiques de mon prénom... Apparemment, je parlerais mieux que les assistants précédents – des élèves me l’ont aussi fait savoir par la suite – ce qui me surprend vraiment parce que j’ai l’impression d’être si frustrée parfois quand je veux exprimer un certain flot d’idées avec un certain débit et que je suis obligée d’ânonner pour les mettre en forme à peu près correctement au fur et à mesure. En tout cas, c’est une remarque rassurante. Dans tous les cas j’ai beaucoup aimé discuter avec ce monsieur, que j’appris plus tard être un prof de littérature anglais, et maintenant c’est mon pote. On se retrouve souvent dans la salle des profs après manger pour causer. Je vous en dirai un peu plus la prochaine fois. Plus tard dans l’après-midi, alors que j’étais en train de travailler dans le bureau du département français, Robson est entré à son tour et m’a raconté qu’il avait croisé Monsieur-barbu, qui lui avait dit que j’étais « charmante ». …… Ah la la, ces British, toujours le mot pour vous faire danser une fringante gigue du bonheur en votre for intérieur. En tout cas cette fois-là, je ne sais pas ce que j’avais, mais c’était mon jour. Je le garde en mémoire, ça n’arrive pas si souvent. Smile

Les affaires vont bien, à tel point que j’ai même été embauchée pour donner des cours particuliers à un petit gars qui arrive d’Australie, avec un sérieux retard à rattraper en français. En définitive, l’école primaire ne m’aura pas contactée, mais voilà qui remplace fort avantageusement mes à-côtés potentiels. J’ai aussi fait la connaissance d’Adley, l’élève bilingue, fort sympathique. Nous avons discuté tous les deux pendant un temps de midi, et il est vrai que ça fait plaisir de pouvoir parler un français naturel avec quelqu’un d’ici ; il constitue également un bon intermédiaire avec les élèves dans le club de français (en ce qui me concerne je suis le club de russe et le club de japonais). Une prof aux cheveux rouges aime également à discuter un peu avec moi en langue gauloise car elle projette d’aller vivre en France dans deux ans (elle adore l’opéra de Lille ;) ). Dans la série des nouvelles connaissances, le chat du quartier que j’avais déjà vu m’a aussi tendu un guet-apens cet après-midi. Alors que je rentrais tranquillement chez moi, l’animal s’est littéralement précipité à l’intérieur alors que j’allais fermer la porte ! Il m’a assailli de ronrons-miaous pour que je lui fasse des caresses, ce que j’ai fait pendant un bon moment en vérifiant au passage qu’il avait un collier. Sur la médaille, pas d’adresse mais un petit nom : Stanley, c’est déjà ça. En plus vu le chat, sans doute persan avec de beaux poils noirs, on ne lui donnerait pas la gouttière comme dernier terrain vague. Je me résous finalement à un coup bas : je me dirige vers la porte de derrière, celle qui donne sur la cour, suivie de près par le matou persuadé que je vais lui faire faire plus amplement le tour du propriétaire. J’entrouvre prudemment et le greffier curieux s’engouffre de l’autre côté… pour ne pas aller bien loin mais, trop tard, j’ai déjà refermé derrière lui – on peut ergoter tout ce qu’on veut sur sa prétendue finesse, un chat c’est aussi con que le reste, humains compris… (et le fait que je sois en ce moment-même en train de me faire lécher l’aile du nez par un rat n’induit aucune partialité de ma part).


Voilà voilà, la suite au prochain numéro comme d'hab. Salut

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anathema
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 231
Date de naissance : 09/12/1991
Age : 25

MessageSujet: Re: Manchester, England Englaaaand...   Mar 13 Oct - 19:01

La Halfeline a écrit:
Tu rigoles?
Naaan. C'était tout le temps comme ça avec eux.
Par contre, il avait l'air interessant le programme de S.V.T. de Terminale S. (On a l'air de rien nous avec notre partouze de fin d'année.)


Les BDs d'Astérix sont une mine d'or. Il doit y avoir des cases adaptées à toutes les occasions.
En tout cas, ton école a toujours autant l'air d'être peuplée de gens charmants, c'est chouette.
Et si tu commence a te faire envahir par les chats du voisinage, prend garde a ne pas laisser trainer le parchemin où tu a écris tes mots de passe, attention. Wink

Au fait, j'ai finalement eu le temps de faire ce topic sur le creative writing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Manchester, England Englaaaand...   Mer 14 Oct - 21:14

Citation :
(On a l'air de rien nous avec notre partouze de fin d'année.)
Guh? What the fuck ?!? Heu... l'air de rien, je suis pas sûre ^^'. Raconte voir.

Citation :
Il doit y avoir des cases adaptées à toutes les occasions.
Oui, exactement !

Promis, je ferai attention au chat... d'autant que depuis le temps je sais que l'intéressé habite juste en face, chez une dame qui bosse à l'école alors... pas trop de scrupule. Smile

Ah, je vais voir ce topic de ce pas !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anathema
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 231
Date de naissance : 09/12/1991
Age : 25

MessageSujet: Re: Manchester, England Englaaaand...   Mer 14 Oct - 22:15

Notre partouze... À la fin de l'année, ayant finit le programme et éstimant qu'elle ne pourrait plus rien faire pour nous en vue du bac, notre prof de S.V.T. nous a distribué à chacun des éprouvettes remplies à la moitié d'un liquide transparent. Son instruction était de nous promenez dans la classe et de vider un petite partie de la fiole dans celle du voisin, qui devait nous rendre la pareille, et de faire ça avec autant de personnes que l'ont voulait, garçon ou fille.
Puis après une vingtaine de minutes, elle nous a fait regagner nos place et a versé quelques gouttes de révélateur dans nos éprouvettes. Le liquide dans chacune à viré au bleu, révélant qu'elles contenait un produit qui ne se trouvait au départ dans une seule des fioles. Ce produit, c'était le VIH ! On était tous infectés !

Moralité :
- C'était la campagne de prévention la plus fun que j'ai vu. Pour des lycéens blasés, c'est très bien.
- Les 3 seuls élèves "non-infectés" étaient les 2 asociaux trop feignants pour jouer de l'éprouvette. L'abstinence est bien la meilleure des protections (c'est monsieur je-boycott-le-bac qui l'a dit).
- Au cours suivant, ils ont essayé de remonter au "premier contaminé" donc la classe a fusé de "mais Alex l'a fait avec Mathieu avant de le faire avec Alison et Hugo" qui a traumatisé la prof.

Tu as des voisines étranges. Peut être y a t'il des cases d'Astérix pour faire face à ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Manchester, England Englaaaand...   Dim 18 Oct - 1:38

Oh mais c'est une super idée, ce qu'elle vous a fait faire là, ma parole ! Vraiment, je trouve le concept génial ! Dommage qu'on ne puisse pas le "systématiser" à tous les lycée, ça finirait par perdre son charme et son impact en se répandant... mais en tout cas c'était très malin ! J'en parlerai au chimiste de mes pensées...
(Lol l'interprétation des résultats par le créationniste ! Ah ça, bien sûr, il fallait s'y attendre... c'est le revers de la médaille question moralité de l'exercice, comme tu dis. ^^' Enfin ça explique comment l'espèce geek se perpétue malgré son potentiel reproducteur atrophié Mr.Red )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anathema
Diablotine au flambeau
avatar

Nombre de messages : 231
Date de naissance : 09/12/1991
Age : 25

MessageSujet: Re: Manchester, England Englaaaand...   Dim 18 Oct - 1:57

N'est ce pas ? Ça a achevé de placer cette professeur très haut dans mon estime.
Mais effectivement, peut être que ce qui manque le plus dans ce scénario c'est une place pour le préservatif finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Manchester, England Englaaaand...   Mer 11 Nov - 22:44

Je reprends mon récit, pour celles qui sont toujours intéressées. Smile



Tiens, petit message en passant : dans le cadre de mes recherches pour les cours, je suis tombée sur deux-trois publicités françaises sympathiques et je vous conseille celle de Panzani intitulée « c’est méchant un renne » sur Youtube. Elle a égayé ma chasse à la pub alimentaire d’un pouffement de gorge fort plaisant, et je l’ai bien sûr retenue. Dans les grands classiques personnels, mes 1ère ont adoré « Je veux les bonbons ! »… ^^


Ce week-end j’ai visité Manchester avec les Allemands et l’autre Française, ou du moins j’en ai visité une partie. J’ai vu en particulier la galerie d’art, gratuite (tous les musées sont gratuits là-dedans, c’est dingue !), et où l’on trouve vraiment un grand nombre de très beaux tableaux, surtout de la période victorienne. Je me suis régalée. Croyez-le ou pas, c’est moi qu’on a dû attendre à la fin et qui ai écourté, étonnant non ? Autre bon point, on pouvait prendre des photos sans flash ; même si ces images de moindre qualité sont en elles-mêmes sans intérêt, elles me permettent de garder un souvenir des peintures que j’ai tout particulièrement appréciées. Beaucoup d’Etty, entre autres. Il y avait aussi une exposition très intéressante qui associait un tableau de femme « dangereuse » (déesse, nymphe, ou mortelle légendaire) à un bijou composé spécialement par un orfèvre. De très beaux ensembles, pour la plupart ! J’ai déploré l’absence de Lilith au profit d’Eve (cette petite sotte, dangereuse ? Je me gausse…) mais bon, ça laisse le champ libre à l’imagination. … Et puis, quand on y pense, Marc-Antoine l’a déjà fait ! Tu devrais aller postuler là-bas, bonhomme !


Dans le genre galerie, mais moins artistique, nous avons aussi eu l’occasion de constater qu’à Manchester, les sous-vêtements masculins font leurs vitrines… avec des mecs en chair et en os ! Je dois dire que tous les passants qui badaudaient dans le coin étaient tout de même interpellés, donc ça ne doit pas être une coutume locale, mais en tout cas c’était amusant de voir des jeunes filles pousser des cris de surprise en réalisant qu’un type leur faisait un petit coucou depuis la vitrine. Dommage que les garçons avec des rôtis pneumatiques à la place du ventre ne soient pas mon genre, mais je ne peux que saluer le panache d’une initiative qui ose un tel bond dans l’objectivation masculine.


Quant à notre repas de midi, nous l’avons pris dans un chouette petit pub où ils servaient des mushed peas (ces petits pois en purée que j’ai découverts et dont je raffole) et où l’adorable serveuse nous appelait tous « my love » ^^’ Va comprendre…


Excellente journée en tout cas, et avec du beau temps s’il vous plaît !



A part ça, j’entretiens toujours un très bon commerce avec mon ami du midi (quand je ne suis pas en train de diriger le club de français ou le club de ciné français, comme c’est le cas en début de semaine… Hé, aujourd’hui je leur ai montré les Wriggles, avec un texte à trous à remplir, et les petiots s’en sont très bien sortis ^_____^ . Non mais il faut comprendre mon autosatisfaction : ce qu’ils ont dans leur manuel à la page « chanson française », c’est la Star Academy et la Nouvelle Star… comprenez que ça me retourne les ovaires dans tous les sens et qu’un besoin des plus impérieux de faire une grosse croix rouge par-dessus s’empare de moi au point que l’urgence soit tout juste soutenable ! Bon sang, c’est pas parce qu’on veut faire in qu’on doit sombrer dans le néant !! Et je ne me suis pas privée de faire remarquer à Robson combien je trouvais cela honteux de la part des auteurs du manuel – il était d’accord avec moi – parce que vraiment, vraiment ça m’a mise dans tous mes états. Alors je veux bien qu’on ne leur fasse pas écouter « Le gorille » de Brassens ou « Petite » de Ferré (Ah, Petite…) mais, aussi incroyable que cela puisse paraître, il y a moyen de leur faire goûter à quelque chose d’actuel et qui vole plus hauts que les bêlements pâteux d’une poignée de mirliflores putassiers resplendissants d’indigence et qui, quand ils ont décidé d’appeler le pied au cul avec plus d’intensité encore que de coutume, s’autorisent à chanter ledit Ferré. Je vous jure que le petit con qui a eu le front de faire ça, je le tuerais de mes mains si je disposais de l’immunité judiciaire (et Cantat toi, même régime, désolée…). En vérité, je vous le dis, la bonne chanson française n’est pas morte, en dépit du foudroiement précoce de Matthieu Côte et de l’interminable sénescence de Renaud Séchan chaque jour un peu plus déliquescent que le précédent. Renaud est mort. Vive Renaud ! … Hm. Si je ne me trompe, je suis toujours censée refermer une parenthèse, n’est-ce pas ? Eh bien c’était « La Halfeline s’emporte sur la chanson française ». Merci d’avoir entendu mes trépignements de Panpan-lapin).

Je disais donc que je devisais toujours aussi gaiement avec mon vieux prof de littérature et les autres. L’autre jour, une angoisse existentielle aussi triviale que « Pourquoi, mais pourquoi certaines jeunes filles portent-elles leurs excès adipeux au sommet de leur art en les faisant ressortir entre un top et un pantalon serré ? » (mine de rien ça m’a fait du bien de rencontrer des personnes qui semblaient aussi parfaitement interloquées que moi devant cet us) nous a amenés à des considérations quasi-platoniciennes (encore que je ne portasse pas Platon dans mon cœur, loin de là…) sur la Beauté et les quelques visages parfaits, si rares, qu’on pouvait trouver à la Bolton School, et qui finissaient d’ailleurs souvent dans l’escarcelle de la prof de théâtre, aussi présente. Le reste de la discussion fut plein de récits des exploits de l’interprète de Juliette dans la pièce de l’année précédente, de comparaisons avec la nature propre du théâtre shakespearien et de tout à fait chère amie, avec un nuage de lait dans le thé. Le bonheur, comme vous l’imaginez. Je ne connais pas de meilleure digestion possible. Et puis, cela obvie au manque cruel de soirée bouilloire que j’essuie… Ah Flavie, ah Steph, ah Aurore, quelle blessure vespérale que l’absence de vos mugs jolis et de vos sachets de thé façon moelleux ! Ah !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manchester, England Englaaaand...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Manchester, England Englaaaand...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Book DP56 New England
» buffer stops made in England , gauge O
» Good Morning England
» PJ Harvey - Let England Shake
» Mon premier dio au 1/350 l 'USS England ....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 7 : Terminus tout le monde descend ! :: Carnets de voyages...-
Sauter vers: