fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Au bout du monde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pinec
Lilitu à la lanterne
avatar

Nombre de messages : 842
Date de naissance : 27/01/1988
Age : 29
Localisation : Sur les genoux de Misha, Pocket!Moriarty entre les mains.
Emploi : Cameraman pour Troy&Abed in the Morning!

MessageSujet: Au bout du monde.   Lun 4 Mai - 17:05

Pour finalement satisfaire cette hobbite que je ne citerais pas.

@ * @ * @ * @ * @ * @ * @ * @ * @ * @ * @ * @ * @ * @ * @


Frodon tendit la main dans l'obscurité. Il avait soif, l'anneau pendait sur sa poitrine comme une enclume de chair, au battement lent et régulier, un coeur supplémentaire, un coeur malade qu'il ne pouvait échanger ou ôter. Son propre coeur s'affaiblissait pour soutenir cet organe violent et possessif qui s'appropriait jalousement son âme et ses moyens. Ce coeur-là ne renvoyait pas l'oxygène dans tout son corps, il le suffoquait, il drainait ses veines et ses cellules de leur eau et de leur force vitale. Frodon avait soif mais la masse de Sam à ses côtés le terrifiait. Il avait peur du jardinier, peur de troubler en bougeant les quelques minutes de sommeil qu'il réussissait là à grappiller, peur de le voir s'éveiller et s'occuper de lui, tellement gentil et prévenant, tellement étouffant. Il aurait voulu être seul, seul avec l'anneau, seul sans l'anneau, mais avec un immense lac d'eau limpide, lisse comme autrefois, dans les jours déjà si lointains où il pouvait paresser, lorsqu'il était chez les elfes, lorsqu'il avait un seul coeur et des jambes de jouvenceau, des membres en état de marche, une gorge, il avait une gorge alors et à cette pensée tout son corps se crispa de douleur. Sa main tâtonnait dans le noir, mais la gourde n'était nulle part. Il n'était plus sûr d'avoir les yeux ouverts, le noir l'envahissait. Un bruissement. Sam, la présence de Sam, l'odeur et la chaleur de Sam. Il sursauta violemment, les nerfs, tous ses nerfs si finement aiguisés se tendant ensemble comme un arc d'elfe dans son corps aux aguets. Ce qu'il venait de toucher était vivant.
-Sméagol ?
La pauvre créature elle-même tremblait de ce contact. Est-ce qu'elle ressentait aussi le poids de l'anneau ? Ou est-ce que, fidèle, elle vivait également dans l'angoisse et le stress à fleur de peau de Frodon ? Il se tut le temps de vérifier que la respiration de Sam coulait toujours comme un torrent de montagne, lourde et rapide mais constante. Il dormait bel et bien, épuisé sous le poids de son maître, écrasé par cette vie qu'il ne devrait pas mener. 'Pauvre Sam,' pensait Frodon, 'déplacé dans ses ténèbres, se raccrochant désespérément à une petite boîte de terre pour ne pas perdre pied. Pauvre Sam que je n'aurais jamais dû amener... Maudit soit Gandalf et son rire, et sa désinvolture quand il savait sur quelle route il nous lançait.' Mais il était désormais tellement rare que Sam dormit, qu'il prit cela pour une pause dans le temps. Un instant d'éveil sans Sam était quelque chose de tellement invraisemblable qu'il en perdait tout contact avec la réalité. Frodon savait qu'il était devenu fou, il en était précisément conscient, suffisamment pour ne pas disparaître dans cette folie. Il n'espérait déjà plus de retour, ni pour lui, ni pour Gollum. Sam, seul, peut-être, avait de l'espoir dans ce futur monde dévasté, un monde qu'il ne comptait ni imaginer ni connaître. Mais eux, perdus à la multitude, incapables désormais de vivre sans ce poids sur son cou, incapable d'être sociables à nouveau, ne pouvaient rêver d'un retour. Il valait mieux pour eux qu'ils disparaissent, héros dans la mémoire sans souiller l'âge à venir de leur présence. On ne peut bien admirer un dément, on ne peut conter les histoires fabuleuses d'un preux qui se traîne et survit, qui reste présent et déchu. Ils devaient y rester et la compagnie l'un de l'autre était lui semblait-il un apaisement face à cette idée. Frodon se savait escorté sur cette route de la fin, dans cette relation d'égal à égal qu'il leur avait accordé depuis qu'il avait rendu son nom à la créature, lui rendant son identité et ses racines... Et qu'est-ce qu'un hobbit sans racine ? Il ne parvenait plus à sourire qu'à l'intérieur, profondément enfouis sous la couche de crasse noire qu'ils ne voyaient plus. Mais il était rasséréné par la présence de l'ancien pêcheur.
Il prit donc la peau qu'il avait touchée, du bout des doigts et se fit doucement glisser le long des rochers pour fuir l'ombre de Sam un instant, pour saisir ce répit accordé, saisir cette main tendue. La cosse rêche de Gollum ne se brisa pas sous ses ongles, car la sienne ne l'était pas encore et que l'anneau n'avait pas encore bu toute l'humidité qui coulait autrefois en lui. Il s'assit avec délicatesse à côté de la créature des caves, leur contact réduit au minimum, au frôlement d'un coude, à l'ombre d'un pied dans l'ombre noire de la montagne. Dans cet écho du vivant, en compagnie de ce damné, il se sentait bien, il oubliait la lourdeur de sa quête, il oubliait à quel point sa fin était lointaine et vive, rien d'autre ne lui était nécessaire que de partager les faibles gouttes d'eau qui restaient, de les faire glisser de peau à peau entre leur deux coudes, parfois leurs chevilles ou leurs épaules.
Il avait Gollum quelques secondes, quelques minutes, quelquefois et pas tous les jours, mais ce qu'ils se distillaient l'un à l'autre semblait suffisant pour tenir tout le reste de ce temps sombre et réel, glaçant jusqu'à l'intérieur des os les deux porteurs de l'anneau. Malgré tout le reste, malgré Sam et malgré les ténèbres. Suffisant pour aller au bout du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Au bout du monde.   Mar 9 Juin - 13:51

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!!!!!!!!

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!!!!!!!!!!

Ce one shot est MAGNIFIQUE !!!

Ah, Pinec, tu nous as pondu un joli joyau frodollumien ! Je suis restée vraiment baba à la lecture. C'est tellement bô ! Crying or Very sad

Sans plus attendre, une petite review :

Tu démarres sur les chapeaux de roues avec ta métaphore filée sur le coeur étranger. Les phrases sont superbes : elles tapent dans le mille et nous font ressentir les mêmes sensations que Frodon, ce qui est génial pour nous faire entrer dans la scène.

Je comprends si bien qu'il soit pétrifié à l'idée de solliciter à nouveau l'attention de Sam, sans le vouloir. Ca doit être horriblement culpabilisant, finalement. Presque réducteur, aussi, et on se retrouve bientôt avec un Frodon en petit animal aveugle cherchant le liquide.

La phrase sur ses nerfs qui se tendent est magistrale. On voit les chairs qui s'étirent et se bandent à craquer... c'est assez horrible.

J'aime bien le jeu de superposition que tu as suggéré en disant que Sam ployait sous le poids de son maître, qui ployait sous le poids de son second coeur. Ca rappelle un peu, en moins flamboyant, le fameux "but I can carry you!" Smile

"que Sam dormit" -> "dormît"

Citation :
Il valait mieux pour eux qu'ils disparaissent, héros dans la mémoire sans souiller l'âge à venir de leur présence. On ne peut bien admirer un dément, on ne peut conter les histoires fabuleuses d'un preux qui se traîne et survit, qui reste présent et déchu.
Splendide passage, encore, et si pertinent.

Citation :
Frodon se savait escorté sur cette route de la fin, dans cette relation d'égal à égal qu'il leur avait accordé depuis qu'il avait rendu son nom à la créature, lui rendant son identité et ses racines...
Aaaaah merci d'avoir pris la peine de mettre en lumière cet aspect qui rend selon moi leur rapport l'un à l'autre tout à fait exclusif. Tu y as mis tout ce qu'il fallait, jusqu'au prolongement que je n'ai pas cité dans le sourire tout enterré et tout noir de suie de Frodon. Tu as bien montré que la relation était dynamique : Frodon rendant ses racines à Smeagol, Smeagol l'accompagnant jusqu'à sa chute.

Citation :
La cosse rêche de Gollum
AAAAAAAAAAAAH !!!!!!!!!!

Citation :
Il s'assit avec délicatesse à côté de la créature des caves, leur contact réduit au minimum, au frôlement d'un coude, à l'ombre d'un pied dans l'ombre noire de la montagne.

...

Citation :
Dans cet écho du vivant, en compagnie de ce damné, il se sentait bien, il oubliait la lourdeur de sa quête, il oubliait à quel point sa fin était lointaine et vive, rien d'autre ne lui était nécessaire que de partager les faibles gouttes d'eau qui restaient, de les faire glisser de peau à peau entre leur deux coudes, parfois leurs chevilles ou leurs épaules.

...
*kills herself out of bliss*

C'est... tellement beau !!!! Nom de Lilith de nom de Lilith je ne sais pas où tu es allé chercher ce concept d'humidité à distiller mais c'est absolument parfait ! Et ce contact parcimonieux, ponctuel qui les articulent ensemble, il se sent si bien. C'est comme s'il était sur l'exacte longueur d'onde qui convenait ! Ca donne l'impression que tu as exhumé pour nous un fragment obscur du LOTR qu'on n'avait pu voir, parce que caché à tous.
Ah, vraiment, ça fait vibrer pile la bonne corde. Et c'est très doux, accessoirement. La fin vient d'ailleurs accentuer cette douceur qui attendrit leur cheminement vers l'issue fatale...

Ecoute, je te fais tous mes compliments, c'est une pure réussite. Et laisse-moi te dire encore une fois que le style était impressionnant, à la fois en terme de forme et de contenu imagé filé du début à la fin.

chandelle

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au bout du monde.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aller au bout du monde avec toi
» Pirates des Caraïbes: Jusqu'au Bout du Monde - Edition Simple et Collector (23 novembre 2007)
» [Magnan, Pierre] Laure du bout du monde
» [Marcastel, Jean-Luc] Louis Le Galoup - Tome 1: Le Village au bout du monde
» Paul Berna : le bout du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 5 : Les fics...Parce que la catharsis des unes fait le rêve des autres! :: Du lembas, de la bière, des patates et des galipettes !-
Sauter vers: