fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 8 Fév - 16:14

LOTR PARK
Sus à l’axe du mâle !

02/07/04
La Halfeline


Cybelia, Scilia et Orlidom étaient en plein visionnage de ce qu’elles appelaient « un film de fille », à savoir un film avec beaucoup de beaux mâles dans la fleur de l’âge et peu de vêtements. En plein milieu d’une scène particulièrement alléchante, l’image se brouilla tout à coup et un vrombissement se fit entendre sur le toit de la maison d’Orlidom où elles s’étaient établies ce jour-là. Intriguées, elles sortirent dans le jardin pour voir avec un air déconcerté un hélicoptère couper le moteur et un petit bonhomme généreusement enveloppé, barbu et chevelu, vêtu d’un polo bleu et d’un short beige, en sortir.
- Hé ! Mais qu’est-ce que vous foutez-là ??? lança Orlidom, agacée que l’on se permette ainsi de se servir de son toit comme aérodrome.
Le petit bonhomme sauta sur la verrière de la véranda, la fissurant copieusement, puis dans le parterre de fleurs. Complètement berserk, Orlidom avança vers lui avec un doigt accusateur tendu dans sa direction :
- Nom de Dieu pour qui vous vous prenez ?
- Je m’appelle Peter Jackson, répondit le barbu et chevelu en serrant le doigt tendu, mais mes intimes m’appellent PJ, ou encore Peete ou Peetou… Mais bref, je suis venu vous parler d’une affaire qui pourrait bien vous intéresser, si nous rentrions… ?
Abasourdies, les trois filles rentrèrent à l’intérieur et Orlidom servit des jus de fruit pour tout le monde.
- Aaaah, c’était bien gouleyant ! Bon, à présent voici le pourquoi de mon intrusion dans votre noble demeure : vous êtes bien les trois spécialistes en « films de fille » ?
- Eh bien… Oui, reconnut la maîtresse de maison, je me nomme Orlidom et je vous présente mes associées et amies Cybelia et Scilia.
- Formidable, formidable ! déclara Peter Jackson en serrant les mains. Alors voilà : seriez-vous prête à travailler pour moi pour, disons, une durée de quelques semaines ?
- Mais… comment cela ? interrogea Cybelia.
PJ eut soudain une expression rêveuse.
- Je possède une île… au large de l’Australie… J’y tente la plus grande expérience cinématographique de tous les temps. J’ai dépensé sans compter. Je veux créer un film qui attire des millions de spectateurs et plaise à tout le monde. La gageure est celle-ci : combler autant les garçons que les filles. Pour la première condition, pas de problème, le fond de l’histoire va directement dans ce sens. En revanche pour les filles… c’est un pari beaucoup plus délicat. C’est pour cela que j’ai besoin de VOUS (il pointa un doigt vers chacune des jeunes femmes) pour mener à bien ce projet…
- Nous ? Mais… commença Scilia, dubitative.
Peter ferma les yeux et leva la main pour la prier de ne pas en dire plus.
- Allons, allons… Pas de fausse modestie. Nous savons tous que vous êtes les meilleures dans le domaine. D’autant plus que… vos services pourraient bien être rondement rémunérés… comme par exemple par le financement total de… vos VHS et DVD… dit le petit homme en se resservant du jus de fruit.
Cybelia expliqua :
- Cette année, on n’en a pas regardé beauc…
- Pour les trois prochaines années…
Les trois filles se regardèrent, ébahies, puis finalement, à petites voix hésitantes, répondirent :
- Eh bien…
- Oui, on pourrait…
- C’est d’accord…
Ils trinquèrent tous joyeusement et les trois demoiselles tombèrent dans les bras les unes des autres.

Quelques jours plus tard, elles se retrouvaient dans le même hélicoptère avec Peter Jackson, une petite jeune à lunettes de soleil, et une un peu plus âgée avec un calepin et un crayon.
- Cet hélicoptère est aux normes, mon cher Peter ? interrogea cette dernière.
- Mais vi, mais vi…
Elle inscrivit quelques notes sur son carnet.
- Ouahou ! Trop d’la bamba c’te vue ! s’exclama soudain l’autre, penchée à la fenêtre.
- Il faudra vous habituer au professeur DDL, expliqua Jackson à ses nouvelles employées, elle a une fâcheuse tendance à inventer des mots, mais elle est extrêmement performante pour ce qui est de l’observation. Quant au docteur Galou, elle est là pour vérifier que mes acteurs évoluent dans de bonnes conditions. Elle est un peu pointilleuse mais que voulez-vous… il faut ce qui faut ! J’ai dépensé sans compter…
- Et comment va se présenter notre travail, concrètement ? interrogea Scilia.
- Il se fera en plusieurs temps, je suppose… Pour commencer, je vous munirai d’appareils sophistiqués et vous serez chargées de prendre de belles prises de vues de mes acteurs. Les plus réussies serviront à la promotion du film. Vous devrez également me dire ce que vous pensez des acteurs en question, s’ils sont aptes, à votre avis, à séduire le public… Voyez-vous, je ne recherche pas des sex-symbols reconnus tels Hugh Jackman, Georges Clooney ou Brad Pitt…. Moi ce qu’il me faut c’est du neuf ! Je veux que les gens se rendent compte que le charisme d’un acteur ne se trouve pas forcément dans un modèle de conformité esthétique, vous voyez… ?
Les trois jeunes femmes acquiescèrent, ne voulant pas passer pour des béotiennes.
- Ah… On arrive !
Ils virent en effet poindre les côtes de Nouvelle-Zélande. L’hélicoptère se posa dans un chaos assez noir sur la piste d’atterrissage. Aussitôt qu’ils furent descendus, ils virent deux petites tornades, l’une en robe rouge, l’autre en tee-shirt noir du Donjon de Naheulbeuk si long qu’il lui faisait aussi une robe, se précipiter vers eux en criant :
- GRAND-PERE !!!
-Les enfants !
Deux fillettes se jetèrent sur Peter Jackson, le renversant par terre dans un éclat de rire bon enfant. Orlidom et Cybelia regardèrent la scène avec un œil attendri, Scilia un air plutôt effaré, DDL était trop occupée à regarder l’environnement et Galou notait toujours sur son calepin. L’une des petites se redressa et lança :
- Papy ! Papy ! Aujourd’hui je t’ai dessiné une pomme !
La deuxième ajouta :
- Vi ! Et moi je t’ai fabriqué un anneau en argile !
- On va les voir bientôt, les garçons, dis ?
- Vi ! Je veux voir les garçons !
Peter se releva enfin et attrapa ses deux petites filles qu’il assit sur ses épaules :
- Nasty, Half, un peu de calme, nous avons des invités !
Sa voix cependant avait beaucoup de mal à garder un ton sérieux.
Les deux jeunes filles se retournèrent et, en voyant le reste de la troupe, s’exclamèrent avec une verve effrayante :
- CÂLIIIIN !!!!
Scilia se voulut se précipiter hors de portée… une seconde trop tard.

_________________


Dernière édition par le Sam 3 Fév - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 8 Fév - 16:15

Lorsque la petite troupe arriva aux abords des premiers locaux, une jeune femme en blouse blanche, aux cheveux remontés derrière la tête à l’aide d’une pince et aux énormes lunettes à monture épaisse se précipita vers eux en brandissant un dossier.
- Mr Jackson ! Mr Jackson !
- CÂLIIIIN !!!
Nasty et Half se jetèrent sur la nouvelle venue qui s’étala à terre. « Mauvais traitements infligés au personnel » nota le Dr. Galou sur son carnet.
- Oh, les petites ! Laissez tata Casti tranquille, enfin ! s’exclama Peetou sans grande conviction en se dépêchant d’aller relever la pauvre victime des effusions de ses petites filles.
Sur un badge accroché à sa blouse, on pouvait lire « Castor ». Les lunettes de travers, elle repris :
- Mr Jackson ! Le nouvel arrivage suite à votre réclamation vient d’arriver !!
- Mon Dieu, ma petite Castor, il fallait le dire tout de suite !
La jeune femme s’apprêtait à dire que c’était ce qu’elle avait fait, mais déjà le réalisateur était parti en courant sur ses petites pattes droit devant.
Tout le monde suivit et, arrivées là-bas, les visiteuses découvrirent une immense cage formée de planches métalliques qui ne permettaient pas de bien voir l’intérieur.
- J’insiste pour être là… à chaque arrivée…
A ces mots, la grande porte de la cage s’éleva. Il y eut un long silence. Aucun n’osait faire un mouvement, ni dire un mot, comme figé dans une sorte de recueillement. Et puis, une forme émergea de l’énorme caisse de métal. Les filles plissèrent les yeux… puis, brusquement, leurs mâchoires tombèrent à terre et leurs langues, amorphes, se déroulèrent sur le sol.
Un homme, la quarantaine, les cheveux mi-longs bruns, se tenait debout sur le seuil, devant la rampe, avec un air serein. Il était entièrement nu. Jackson avait l’air ravi : il se plia, les mains sur les genoux, et se mit à gagater d’une voix sirupeuse :
- Allez, mon petit Viggo… Tu peux sortir… Tu peux sortir…
L’homme le regarda, puis se mit à descendre sous le regard d’un bon nombre de paires d’yeux féminins éberlués. Même Castor, pourtant habituée, avait du mal à cacher son émotion. D’un geste distrait, elle tenta vainement de masquer les yeux de l’une des petites-filles de son employeur.
- Oualà… Oualà… Alleeez… Oooooh le beau Viggo que voilà ! continuait Peter.
Lorsqu’il fut parvenu à sa portée, le Viggo en question lança :
- Bonjour. Je présume que vous êtes Peter Jackson ?
- C’est exact ! Mon cher, je ne puis vous exprimer la joie que me fait votre vue ici ! Je vais vous confier sans tarder aux bons soins de notre nourrisseuse. Anhelooo ?
Une autre jeune femme, vêtue d’un tee-shirt jaune avec une salopette verte par-dessus et d’une casquette frappée du logo du parc, accourut et pris Viggo par la main.
- Je vous en prie, cher Viggo, un enclos vous attend.
L’homme suivit gentiment, ne semblant aucunement se préoccuper des autres spectatrices ni se demander ce qu’il faisait tout nu sur cette île. Mais alors, ce qui devait arriver arriva : c’en était trop pour Cybelia et Scilia …
Elles s’élancèrent d’un même mouvement sur le beau mâle qui venait de leur passer sous le nez. Elles s’abattirent dessus comme la pauvreté sur le monde. Aussitôt, Anhelo dégaina un fusil qu’elle portait dans le dos en bandoulière et visa les deux filles un peu trop expansives. Elle appuya sur la gâchette.
Deux bombes à eau jaillirent alors des deux orifices de l’arme pour venir s’écraser dans la figure de Scilia et Cybelia. Elles explosèrent immédiatement, libérant un jet de flotte glacée sur les pauvres jeunes femmes.
- Splendide ! Splendide ! s’exclama Jackson en tapant dans ses mains.
Il se dépêcha d’aller aider Cybelia et Scilia en leur expliquant :
- Quel beau résultat ! C’est tout à fait ce que j’attendais de vous !
- Vr… vraiment ? demanda Cybelia en acceptant la serviette que lui tendait Castor.
- Oui-oui ! Cela prouve que mon choix pour ce qui constituera l’un des personnages principaux a été plutôt bon ! Je vous remercie infiniment, je sens que nous allons faire du beau travail !
- Si vous le dites… grinça Scilia avec mauvaise humeur, excédée d’avoir reçue une douche écossaise alors qu’elle s’apprêtait à profiter d’un beau morceau de viande.
Anhelo emmena furtivement Viggo hors de portée des nouvelles arrivantes. DDL, à l’acuité plus développée que les autres, fut la seule qui eut le loisir de détailler encore quelques instants les charmes charnus de l’acteur. Orlidom était impressionnée et se demandait si tous les sujets qu’elles auraient à étudier seraient de la même teneur… Elle passa un bout de langue gourmande sur ses lèvres. Galou nota que le système de sécurité était parfaitement au point : efficace et non-violent. Elle poussa un soupir en repensant à la vision qui venait de s’offrir à ses yeux, puis suivit le reste du groupe qui pénétrait à l’intérieur des bâtiments.

La petite troupe pénétra dans un immense hall tout rutilant au milieu duquel trônait une sculpture d’anneau géant. Les nouvelles arrivantes furent éblouies et tournaient le cou dans toutes les directions pour contempler les merveilles de cet intérieur. Peter Jackson les emmena dans la salle d’ordinateurs en suivant un long couloir où il fallait avancer en file indienne. Nasty et Half s’amusaient à passer et repasser entre les jambes des gens, les chatouillant avec leurs couettes. Lorsqu’enfin ils furent rendus, ils découvrirent un espace bas de plafond, plongé dans une semi-obscurité percée juste par la lumière crue des écrans.
- C’est petit, c’est parallélépipédique, c’est bien… déclara le PJ.
Des ricanements se firent alors entendre derrière l’un des ordinateurs. Lorsqu’ils approchèrent, ils découvrirent deux filles le nez penché sur l’un des écrans. Lorsqu’elle les vit, celle qui était debout donna un coup de coude à celle qui était assise devant elle. Cette dernière, après avoir constaté la présence du réalisateur, cliqua frénétiquement sur la souris et lança un jovial :
- Bonjour Peter !
Sur son badge qui miroitait à la lumière blanche, on pouvait lire « Leann ».
- Bonjour, les petites ! Alors, quoi d’intéressant, ce matin ?
Il pris le carton à dessin des mains de l’autre jeune fille qui portait apparemment le nom de « Drianna »
- Heu… C’est-à-dire…
Jackson se pencha sur le croquis qui se trouvait sur le dessus et leva un sourcil. Orlidom se pencha par-dessus son épaule, indifférente à Nasty et Half qui tirait vigoureusement sur sa jupe longue pour qu’elle les porte. Elle eut un certain choc. La planche représentait un jeune homme d’une vingtaine d’années, allongé dans un transat, et, comme la rencontre précédente, avec nulle autre chose sur lui qu’une sucette dont le bâtonnet pointait hors de sa bouche. La bataille de ses cheveux était admirablement bien rendue, l’ombre de barbe qui parsemait sa mâchoire d’une précision redoutable, et l’expression désinvolte de son regard rendait l’esquisse presque réelle. Ses bras étaient croisés derrière sa tête, exposant un torse presque imberbe aux muscles finement ciselés. Et ensuite…
- C’est très impressionnant, ma petite Drianna. Cependant, la prochaine fois, il se sera pas nécessaire de s’attarder autant sur la partie inférieure qui sera coupée lors de l’édition publique…
- Je vous scanne l’exemplaire, Mr Jackson ?
- Appelez-moi Peter, ma petite Castor. Et oui, vous seriez bien brave.
PJ se dirigea ensuite vers la dénommée Leann :
- Alors, pas d’incident, ma chère ?
- Heu, non-non, tous les pensionnaires se portent à merveille ! répondit vivement cette dernière en dézoomant brusquement une image.
Orlidom resta abasourdie. Ses deux complices durent la secouer légèrement pour la faire revenir à elle.
Pendant ce temps, les deux petites-filles du réalisateur s’amusaient à regarder dans tous les écrans.
- Nasty ! Nasty ! Viens voir !
- Rooooh !!!!
DDL, curieuse, vint regarder ce qui les impressionnait tant et failli tomber à la renverse. Elle s’empressa de faire rempart de son corps à l’écran, tout étant bien sûr tournée vers lui. Quand Galou vint la rejoindre pour savoir de quoi il retournait, elle-même en laissa tomber calepin et crayon.
Les trois spécialistes en film de filles se retournèrent lentement vers la rangée d’écrans.
- Mesdemoiselles Cybelia, Scilia, et Orlidom… Bienvenue… à LOTR PARK.

Le repas du soir, pris dans une immense salle qui servait de cafétéria au parc, fut l’occasion pour Peter Jackson de présenter les rudiments de leurs méthodes de travail à ses employées. Castor se tenait à-côté de lui et lui tendait un à un les différents accessoires high-tech afin qu’il en expliquât le fonctionnement à Scilia, Orlidom, et Cybelia, ainsi qu’à DDL, l’observatrice chevronnée, à Drianna qui assurerait la production de croquis et au Dr Galou qui notait toujours consciencieusement, par dessus son assiette, les caractéristiques de chacun des outils. Il n’oublia pas, évidemment, ses chères petites-filles qui participeraient aussi à la visite. Peter avait fait croire à leurs parents que son parc abritait uniquement l’animalerie du film, sachant que ces derniers n’accepteraient sûrement pas de laisser leur progéniture se balader en liberté au milieu d’une flopée d’hommes dans la fleur de l’âge nus comme des vers. Cependant, en les regardant d’un air bienveillant se trémousser dans leurs sièges de bébés dont les attaches menaçaient de lâcher, se bataillant à coup de purée de carotte Nestlé, Jackson pensa qu’une émancipation hormonale ne pourrait faire que le plus grand bien à Nasty et Half. Avec un soupir attendri, il attrapa une sorte de grosse paire de jumelles jaune et rouge vifs et expliqua :
- Voici la lotrgnette, spécialement mise au point ici. Elle permet de voir aussi bien de tout près…
Il fixa des énormes lentilles de l’objet le Dr Galou à-côté de lui qui eut un léger mouvement de recul, méfiante.
- Que de très loin.
A l’autre bout de la cafétéria, il chercha Anhelo qui rentrait de sa journée de travail avec son seau contenant les éponges, brosses et autre gels douches servant au nettoyage quotidien des pensionnaires et ses serviettes de bain sur l’épaule. Il lui fit un grand signe du bras, et Anhelo lui fit un petit coucou avant de se diriger vers le local à matériel.
- Elles est équipée d’une molette, que vous voyez ici, poursuivit P.J en indiquant une grosse molette dentelée sur le haut de l’appareil, afin de régler la distance que vous souhaiter. Le bouton bleu avec la lune que vous trouverez sur le dessous sert à enclencher le mode « vision de nuit » qui vous sera utile.
Tout le monde écoutait attentivement les explications. Même Nasty et Half avaient cessé de pré-jouer la bataille de Minas Tirith avec leurs cuillères remplies de savoureuse pulpe orange pleine de bêta-caroten.
- Lorsque vous penserez avoir bien cadré, vous appuierez sur le bouton rond et rouge sur le côté de l’œillette, là, et ça lance l’enregistrement. Si vous voulez prendre une photographie toute simple, même au cours du filmage, il vous suffit de presser sur le vert, de l’autre côté. La fonction flash se trouve ici, sur le dessus, là : sur ce petit carré blanc avec l’éclair.
DDL faisait de son mieux pour enregistrer toutes les fonctions en mémoires tandis que Galou prenait carrément soin de tout noter. Cybelia fut soulagé que leur employeur ait eu la bonne idée d’utiliser toutes ces petites couleurs qui faciliterait la mémorisation.
- Vous verrez, au début vous aurez peut-être un peu de mal à maîtriser l’engin mais au bout de deux ou trois jours, la différence sera déjà nette !
Il fit circuler la lotrgnette parmi l’assemblée. Melle Castor lui passa alors des sachets portant différents symboles.
- Ceci, mes jeunes amies, sont des appâts dont vous aurez éventuellement besoin pour amener les acteurs à se montrer devant les grilles. Il en existe pour chaque type d’acteurs : pour ceux jouant les Hobbits, il s’agit de petites tranches de légumes séchées. Pour les interprètes des Elfes, des croûtons de salade. Enfin, pour les Humains, ben c’est simplement des quignons de pains…
Ce disant, il fit passer les trois petits sacs portant au choix le symbole d’une carotte, d’une feuille ou d’une baguette de campagne.
- S’ils ne mordent pas à l’hameçon, vous pouvez éventuellement utiliser ceci, ajouta Peter en montrant une réplique saisissante de ressemblance d’un Oscar.
Lorsque tout eut fait le tour, l’on trinqua à la santé du projet et Nasty et Half insistèrent pour chanter une chanson qu’elles avaient, paraît-il, composée en l’honneur de leur papy chéri sur un air qu’il leur avait lui-même appris. Elles s’extirpèrent de leurs sièges suspendus et, debout sur la table, se donnèrent le bras, chacune tournée dans la direction opposée, et commencèrent à tournoyer comme des folles avec moult sautillements, pieds volants de tous côtés et petites culottes méga-couvrantes émergeant de la petite robe rouge et du tee-shirt noir, en lançant d’une voix tonitruante :

Oh vous pouvez chercher loin
Loin, et voir dans tous les coins…
Jamais film n’aura tant d’succès
Que celui que not’papy fait !
Jamais film n’aura tant d’succès
Que celui que not’papy fait !
Quel que soit ton cinéma,
Eusses-tu du pop-corn bien gras,
Quel que soit l’film auquel tu t’abandooonnes…
Il doit v’nir de Pet’ Jackson !

- Magnifique ! Magnifique ! applaudissait Peter qui s’était levé pour acclamer ses artistes de petites filles, tandis que les autres convives tentaient de se remettre du choc sonore dont elles venaient d’être victime.
Half et Nasty lui sautèrent dans les bras et il s’écroula à nouveau par terre en riant aux éclats.
- Aaaah, vous êtes bien les petites-filles de votre grand-père !
Lorsque ce moment de grande liesse fut passé, Scilia interrogea :
- Et comment va se dérouler notre journée de travail de demain, exactement ?
- Alors voilà : levé au chant du Billy et petit-déjeuner copieux à 6h15. A 7h00 vous embarquez dans les véhicules que Siriana, ma chef conceptrice, a créés à partir de mes paramètres. Vous verrez, cette petite est très douée et j’ai dépensé sans compter. Donc, visite globale du parc dans la matinée, puis vous revenez ici à midi pile pour la pause déjeuner. On reprends à 14h et vous pourrez choisir de vous centrer sur tel ou tel secteur. Je vous veux rentrées ici pour 19h00. On se fait une bouffe tranquillos et après mangé, tout le monde dans la salle vidéo pour regarder ce que vous m’aurez rapporté ! Couvre-feu à 22h au plus tard et pas d’exception !
- Hé bé… souffla Orlidom à Cyb qui acquiesça.
Dans la salle des ordinateurs, Leann qui faisait gracieusement des heures sup’ afin de « vérifier l’état de fonctionnement de toutes les caméras » fut sortie brusquement de la délicieuse catatonie où elle était plongée par un bruit provenant de la porte d’entrée. Elle s’y tourna, prête à changer d’enclos, lorsqu’elle reconnut la chef conceptrice du centre.
- Ah, te voilà ! Je ne t’attendais plus. Tu sais que le boss veut qu’on soit toutes au lit à 22h…
- Oui, je sais, répondit Siriana en soupirant. Mais il fallait que je fasse un dernier réglage sur les bavgnoles pour demain. Ca m’a pris un peu plus de temps que prévu…
- Ma pauvre chérie. Allez, viens t’asseoir, j’ai de quoi te remettre !

_________________


Dernière édition par le Sam 3 Fév - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 8 Fév - 16:18

Le dortoir fut réveillé en sursaut à 6h précise par le réveil centralisé qui proclama joyeusement :

Que le vent souffle ou que la pluie tombe
Il nous faut partiiiir plus vite que les trombes !

A ce refrain répété en boucle vint s’ajouter la sonnerie du réveil de Half qui couinait un atroce « PiKAchUUU !! » inlassablement. Les filles n’eurent d’autre choix que de se lever. Lorsqu’elles descendirent dans la salle du petit déjeuner, les yeux englués de sommeil, les cheveux dans l’anarchie la plus noire et les circuits neuroniques aussi performants que l’ADSL de Nasty, elles trouvèrent Peter Jackson habillé d’un polo rouge, et d’un short blanc, les cheveux relevés dans un bandeau de la même couleur, attablé devant une conséquente platée de crêpes.
- Ah, vous voilà mes petites ! Je vous en prie, allez vous servir.
Orlidom, Cybelia, Scilia, DDL, Galou, Nasty, Half, Drianna, Castor, Anhelo, Leann, et Siriana (j’ai oublié personne -_-‘’) se dirigèrent mollement vers le grand buffet chargé de lait, de café, de thé, de croissants et de pains au chocolats chauds, de crêpes, d’œufs brouillés, de céréales ou de fruits.
Après s’être reconstituées, lavées et habillées, les huit demoiselles qui devraient participer à la mission sortirent au dehors. Là les attendaient deux voitures électriques montées au-dessus d’un rail qui devait parcourir le tour du parc. Peter Jackson et Melle Castor les rejoignirent et le réalisateur expliqua :
- Voici les bavgnoles, une autre invention de notre chère chef conceptrice. Tout est automatisé afin d’éviter les incidents. Elles sont munies d’une CB pour que vous puissiez me contacter à n’importe quel moment, ainsi que d’un ordinateur à écran tactile. Il vous donnera toutes les informations nécessaires sur nos pensionnaires ainsi qu’une carte des lieux où ces chers petits se trouvent. En voiture tout le monde !
Peter embrassa ses petites filles. Toutes prêtes pour leur excursion, elles arboraient de petites baskets surmontées de chaussettes à canards, de sa robe rouge pour Nasty, son tee-shirt noir du Donjon pour Half, des bobs dont celui de Nasty, rouge, était surmonté d’oreilles de chats, tandis que celui de Half, jaune, l’était d’oreilles de Pikachu. Toutes deux avaient relevé une paire de lunettes en forme de cœur sur leur front. Elles avaient emporté les sac à dos offerts par leur papy et qui portaient des dessins de Hobbits sur le pan de fermeture (Sam et Frodon se donnant la main pour Nasty, Merry et Pippin mangeant un panier de pommes pour Half), ainsi qu’un bracelet rose Barbie qui faisait la fierté de Nasty, d’une montre dinosaure qui grognait toute les heures, ce qui amusait Half au plus haut point, et enfin deux peluches Hobbits dans le style kawaii (Frodon et Pippin, bien évidemment). Ces derniers accessoires étaient également des cadeaux de P.J.
Nasty et Half se précipitèrent ensuite vers leurs compagnes de voyage. DDL et Drianna étaient déjà installées dans la voiture de devant, parcourant l’ordinateur à la recherche de plus amples informations, en particulier visuelles, sur les acteurs du projet. Malheureusement pour elles, elles découvrirent que les bases de données photographiques étaient pour ainsi dire vides, hormis quelques dessins de Drianna, et se doutèrent que ce serait probablement leur travail qui les remplirait. Elles topèrent en se promettant d’offrir le meilleur d’elles-mêmes aux futurs visiteurs.
Cybelia, Orlidom et Galou s’avancèrent vers le réalisateur pour lui demander si certains des pensionnaires avaient déjà joué dans d’autres films.
- Eh bien… Vous avez pu voir Elijah Wood dans Deep Impact ou dans Flipper par exemple… Orlando Bloom dans La chute du Faucon Noir…
A ces mots, Galou se précipita sur lui :
- Comment ?
- Ben Orlando Bloom, dans…
- Redites ça, ordonna-t-elle en le saisissant par les épaules.
- Oui, nous avons Orlando Bloom ! confirma Jackson, amusé des réactions de la jeune femme qui laissa tomber carnet et crayon pour se précipiter dans la voiture de devant avec DDL et Drianna.
Alors que Scilia s’apprêtait à rentrer dans le véhicule de derrière, Half tira sur sa jupe.
- T’as vu mes nouvelles chaussettes ?
Scilia, atterrée, fixa les hideuses chausses à canards.
- Super ! essaya-t-elle de dire avec enthousiasme.
- Et mon p’tit chapeau ? poursuivit Half en saisissant ses oreilles jaune poussin tel Cuddle dans Flippy Burger.
Scilia referma la portière et commença à se diriger vers la voiture de devant en lançant.
- Jolie couleur…
Half continuait de sautiller derrière elle tandis qu’elle ouvrait la seconde bavgnole.
- Et mon sac à Hobbits assorti ?
- Ecoute, Half, dans… quelle voiture tu montes ?
L’enfant cilla une fois de ses grands yeux bleus et répliqua :
- Dans celle où t’es…
Scilia referma alors une nouvelle fois la portière d’un geste passablement abattu.
- Et puis qu’est-ce que tu dis de ma peluche de Pippin ? Papy y dit que Pippin ça veut dire pomme reinette, tu le crois, ça ? Et même que Pip c’est pépin, du coup, ça ressemble encore à Pippin. Il est cool, hein ? On peut même lui enlever ses vêtements ! Par contre, c’est nul, parce qu’il a même pas d’zizi, mais papy a dit qu’il arrangerait ça avec les gens qui font les peluches. Et pis même que…
La suite fut perdue dans l’intérieur étouffé de la bavgnole.

La bavgnole roulait depuis une petite dizaine de minutes lorsqu’elles arrivèrent devant le premier enclos. Selon l’ordinateur que consultaient DDL et Orlidom, il s’agissait de celui des Hobbits. Lorsque le véhicule stoppa et que les sécurités se déverrouillèrent, tout le monde se rua au-dehors. Scilia retint in extremis Nasty qui se précipitait allègrement sur le grillage « Haute tension ».
-Tiens, mais pourquoi les grilles sont-elles électrifiées ? interrogea Cybelia.
DDL prit la vigie et reposa la question au réalisateur :
- Dites, Peter, pourquoi y a-t-il des grillages haute-tension ? Ce serait pas un peu de la séquestration, là ?
Un rire se fit entendre dans l’appareil.
- Non-non, en fait c’est tout le contraire ! Si les grilles sont électrifiées c’est pour empêcher les agressions extérieures. Vous vous rappelez les réactions de Mesdemoiselles Scilia et Cybelia hier ?
- Ah d’accord !
- Hé hé… J’ai dépensé sans compter. Bonne visite !
DDL alla rejoindre les autres devant l’enclos, et tâcha de scruter les buissons et les collines qui pourraient masquer la présence d’éventuels petits Hobbits juteux. Ce n’était pas chose facile avec les arbres qui poussaient près du point de vue qui cachait autant les acteurs aux visiteuses que vice-versa.
Soudain, Nasty crut voir deux grands yeux bleu électrique la fixer. Elle sursauta, mais le temps qu’elle retourne la tête, ils avaient déjà disparu.
- J’ai vu quelque chose, là-bas ! s’exclama-t-elle en désignant l’endroit de son petit doigt.
DDL dirigea son regard perçant dans la direction. Oui… Quelque chose avait bougé. Elle chaussa sa lotrgnette… Un petit zoom… Aaah vi.
- Il y a bien quelque chose dans le coin…
A ces mots, tout le monde sortit ses lotrgnettes pour tenter de percevoir ce mystère. Alors que chacune était occupée à fouiller le feuillage du regard, Nasty se mit brusquement à glapir :
- ELIJAAAAAAAAAH !!!!!!!!!
Toutes firent un bond en l’air avant d’observer plus attentivement. Et effectivement, assis sur une grosse branche, Elijah Wood les considérait de ses immenses yeux aigue-marine qui le faisaient ressembler à un adorable tarsier. Ses cheveux sombres étaient bataillés du fait des branches et du tronc sur lequel il s’appuyait. Son nez droit se dilatait légèrement, comme s’il voulait percevoir par l’odeur si les intruses étaient amies ou ennemies. Sa petit bouche délicieusement ondulée sur le dessus était courbée en une moue dubitative. Son cou pâle était légèrement tourné, exposant une douceur certaine, une jambe repliée devant lui, les mains sur son mollet. La lumière du jour jetait de petites taches complices à la petite bande sur sa cuisse, son bras, la pointe provocatrice de son pectoral gauche, la commissure des lèvres et les cheveux. Les filles, tout en retenant à grand peine leurs précipitations buccales (et autres… AÏEUH ! Oh ça va…), faisaient leur premier essai d’enregistrements et de photos tandis que Drianna, avec la vitesse d’une virtuose, commençait à tracer l’esquisse de l’interprète du héros. Hmmm… Elles ne feraient peut-être pas si mal pour une première journée…
Orlidom se mit à jeter quelques tranches de concombre séchées dans l’espoir de faire descendre Elijah de son arbre, mais celui-ci lança tout simplement :
- J’aime pas les concombres.
Tandis que Nasty se mettait à sautiller à pieds joints, bras repliés, poignets battant des ailes, en proclamant à qui voulait l’entendre (et même ne le voulait pas, d’ailleurs…) qu’ « Elichou avait une trop belle voix », Half décida de se manger une sucette pour passer le temps. Alors qu’elle s’apprêtait à la mettre dans sa bouche, un autre acteur surgit soudain devant elles. C’était celui du dessin de la veille. En le voyant, toutes les aventurières, exceptées Nasty et Half, eurent tout de même le bon goût de piquer un fard. La mine réjouie, les yeux lagons rieurs, les cheveux empêtrés eux aussi dans un joyeux désordre, le sourire aux lèvres et les oreilles semblant battre de contentement, Dominic était planté là, les mains derrière le dos dans une attitude insouciante et bonhomme qui avait également l’avantage de ne pas cacher grand-chose.
- Quelqu’un a sorti une sucette ?
Sa peau, ombrée de poils à la mâchoire seulement, avait un délicieux teint rosé qui la faisait ressembler à la chair d’une pêche blanche mûre à point. Ses muscles, donnant à son corps une apparence altière et fière, étaient pourtant fins et parfaitement harmonieux. Et à travers les larges grilles, les jeunes filles de l’expédition contemplaient cet exemple criant de jeunesse et de puissance sans beaucoup de souci du qu’en dira-t-on… Avec impudeur, ces jeunes commères lorgnaient même un endroit précis que rigoureusement ma grand-mère m’a défendu de nommer ici.
- Gare, oh, Dommie ! s’exclama soudain Eli du haut de son arbre.
A ce moment précis, une forme sauta sur Dominic Monaghan par derrière. En voyant son visage, celui de Half s’éclaira soudain.
- Alors, Dom, qu’est-ce que tu fabriquais ? interrogea le nouveau venu dans le cou rugueux d’une ombre de barbe de l’interprète de Merry.
Ce dernier, riant, finit par s’écrouler à terre. A ce moment-là, Orlidom sembla sortir d’une paralysie générale subite et se précipita dans la bavgnole.
- Désolée les filles, c’est plus que je peux en supporter !
Nasty vint obligeamment à elle pour lui offrir de se servir en couches-culottes dans son sac. Pendant ce temps, Billy Boyd, car c’était lui, s’était mis en tête de maintenir Dom au sol tandis que celui-ci se débattait pour reprendre le dessus.
- Oooooh ! s’exclama Cybelia avec un ton exagérément sirupeux. Regardez, ils jouent !
- Aaaaaah ! Comme Simba et Nala ? interrogea Half.
- Vi, voilà, c’est à peu près ça…
Entre temps, Dom avait fini par s’asseoir en tailleur, emprisonnant Billy, assis dans son giron, au creux de ses bras. Le corps de Billy était replié dans une position fœtale faisant ressortir la courbe ferme de sa cuisse, et donnant par la même occasion quelques sueur à notre jeune Half. Son bras, posé sur son ventre, laissait voir un torse parsemé de petits poils au niveau de la poitrine. Il levait vers Dominic un frais minois dont la mignonesse aurait fait pâlir d’envie le chat potté himself ; juvénile, avec de délicieux yeux verts, un petit nez dont la pointe donnait envie de glisser le doigt sur l’arrête, et des lèvres très fines au dessin aussi particulier qu'alléchant, il était trop adorable pour être vrai. Ses courts cheveux châtains, virant sur le cuivre à leurs extrémités, étaient caressés avec douceur par la main de Dominic tandis que ses petits doigts de pied s’agitaient de satisfaction. Half fut plongée dans des abîmes de sensations aussi nouvelles que délectables, et sentit qu’elle aurait bientôt à changer elle-aussi sa couche-culotte.
- Dites, pourquoi il le lèche comme ça ? interrogea-t-elle.
- Ben c’est parce que… il le… lave, tu vois ? demanda Cybelia avec espoir.
- Ah ? Comme Sarafina et Nala ?
- Vi, voilà, c’est à peu près ça…
Cependant, lorsque Half commença à demander pourquoi Dominic poussait des soupirs énamourés et si Billy était triste pour geindre comme ça, Cybelia et Scilia préférèrent lever un voile pudique sur toute cette histoire en changeant d’enclos, sous les véhémentes protestations d’Orlidom, mais surtout de Nasty et de Half.

_________________


Dernière édition par le Sam 3 Fév - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 8 Fév - 16:20

Dix nouvelles minutes plus tard, l’expédition fut rendue à l’enclos des Elfes. Le Dr. Galou commençait déjà à s’acharner sur la portière, menaçant de péter la vitre si on ne l’ouvrait pas tout de suite. Finalement, le verrouillage se débloqua et le docteur jadis si sérieux et taciturne bondit hors du véhicule pour se précipiter à la grille. Lorsque ses compagnes la rejoignirent, elles purent entendre à leur tour une mélopée chantée avec un coffre et des trémolos assez impressionnants s’élever non-loin.

Et EäreeeEEEEello… Endorennnna utùùùùliennn…
Sinome maruvan ar HildIIIIIIIIIinyar… tenn'
Ambar-meeeeheeeheeetta!

Suivant les vocalises, le cœur battant, elles finirent par tomber sur une drôle de vison. Au milieu des nombreux et épais feuillages de l’enclos chantait une cascade d’eau gazouillante qui jaillissait à grand flot, arrosant un jeune homme qui s’étirait à la manière détachée des chats en continuant sa chansonnette. Son visage béat aspergé de jets d’eau claire possédait des traits particulièrement élégants. Ses cheveux renversés sur sa nuque en un amas de boucles brunes trempées dégoulinaient le long de son dos droit marqué seulement d’une cicatrice à sa base. Il était mince et svelte, avec des membres fins et délicatement ciselés et une paire de fesses élancées qui ne tarda pas à se trémousser sur le rythme de son nouveau récital :

J’étais tranquille, j’étais à l’aise,
Je peignais mes ch’veux clairs,
Le type est entré dans l’auberge,
A commandé d’l’ours à la bière,
Puis il m’a tapé dans le dos,
Avec un bon air de rustaud :
« T’as une broche, ma cloche,
Elle est pas moche…
Moi ma cape elle a pas la classe,
Fais pas l’dégueulasse, Legolas,
Viens faire un tour dans ma caverne :
J’te montrerai mon Mortensen,
Je veux ta broche, vas-y, baaaston ! »
Moi j’y ai dit : laisse béton.
Y m’a filé une beigne,
J’lui ai tiré les ch’veux,
M’a filé une châtaigne,
J’lui ai filé ma feuille…

Galou dut se raccrocher à Drianna pour ne pas choir à genoux par terre. Orlando Bloom finit par sauter dans le petit bassin qui jouxtait la cascade et à nager nonchalamment en battant des pieds.

Viggo… donne-moi ton cœur…
Viggo… donne-moi ta main…
Viggo… donne-moi ta soeureuh
Viggooo… ooo… ooo… ooo… ooo… ooo… ooo… oooooooo !!!
Nous partons dem…

Ce fut lorsque les verres des lunettes de Nasty explosèrent qu’il remarqua la présence des huit jeunes filles interloquées à la grille. Souriant, il s’approcha et lança :
- Bonjour !
Galou, toujours accrochée à Drianna qui tentait, un peu agacée, de maintenir sa planche à dessin droite, bafouilla péniblement un « Beu… jur… », le regard ne sachant plus où donner de la pupille. Orlidom lui lança un croûton de salade qu’il accepta avec reconnaissance.
- Miam, merci !
La montre de Half grogna, signe qu’il était 8h00.
- Heu… On peut vous prendre en photo ? interrogea timidement le Dr. Galou.
- Oh, mais oui ! Bien sûr !
Orlando se mit alors à prendre toute une série de poses avantageuses (parfois tendancieuses) pour le plus grand plaisir des jeunes filles qui s’en donnèrent à cœur joie, mitraillant et le complimentant à tour de bras, n’en finissant plus de déverser leurs liquides salivaires sur le sol de terre. Lorsqu’Orly se pencha tendrement sur un rocher pour faire mine de lui donner une étreinte avec un petit air candide, Galou se mit à sauter partout, comme dans l’espoir de passer par-dessus ces maudites grilles. Au bout de près de 50 prises, la dernière étant pour une pause de Legolas après avoir descendu l’oliphant, les photographes et autres dessinatrices en folie se résignèrent à laisser l’interprète l’Elfe tranquille pour cette matinée. Il était déjà près de 9h, Orlando Bloom ayant tenu à la perfection de chacune de ses attitudes.
- Bon, ben je retourne à mon bain moi !
Il leur envoya plusieurs baisers et fit un clin d’œil au docteur du groupe avant de courir replonger dans le bassin azur. Galou dut être ramenée à la bavgnole dans les mains de DDL et Cybelia.

Enfin, plusieurs minutes plus tard, elles atteignirent l’enclos des Hommes. Le temps commençait à se couvrir, et Nasty regardait les premières gouttes tomber sur les vitres avec inquiétude. Tout le monde sortit néanmoins. Ce fut l’occasion pour Half et Nasty d’exhiber leurs sublimes capes de pluie flashies : Celle de Half était jaune canari, avec un capuchon qui lui mangeait largement toute la tête et arborait deux belles oreilles de Pikachu lui aussi. Elle était attachée sur le devant par une broche en forme pomme, et derrière, son papy avait fait inscrire à sa demande : « I’m going to look after you… » en belles lettres rouges. Celle de Nasty était rouge vif, avec des petites oreilles d’oliphant sur les côtés. Sa broche était à l’effigie d’une poire et elle avait pour sa part marqué en jaune dans le dos « I can’t carry it for you… but I can carry you ! ».
Tout le monde affronta donc courageusement l’averse qui ne tardait pas à grossir. Les regards scrutaient des ruines artificielles parmi lesquelles les fameux humains devaient probablement se trouver, tapis derrière les murs. Mais rien ne sortait, même lorsqu’Orlidom lança courageusement un croûton de pain au milieu. Scilia, dont l’excitation commençait à transparaître dans sa salive abondante et ses halètements lui prit le sachet des mains, prétextant qu’elle ne savait pas faire, mais n’obtint pas plus de succès. C’est alors que Cybelia eut la bonne idée de contacter PJ via la CB.
- Oui, je vois, affirma ce dernier. Regardez sur votre droite, il doit y avoir un treuil équipé d’une pince…
- Oui, je le vois.
- Parfait, alors suspendez-y la réplique d’oscar que je vous ai donné.
DDL s’en chargea, accrochant la statuette plaquée or au grappin prévu à cet effet.
- A présent, il faut que l’une d’entre vous se mette aux commandes…
Scilia se jeta d’office sur les leviers de manœuvre, montrant les dents pour dissuader quiconque de ne serait-ce que songer à lui disputer sa place.
- Le joystick central manœuvre le déplacement du bras. Le petit bouton sur le dessus la montée-descente du grappin. Les deux touches annexes commandent l’allongement du bras. J’ai dépensé sans compter. Bien, je vous laisse faire.
Au début, bien qu’un peu laborieusement, Scilia ne s’en sortit pas trop mal et parvint à faire passer le faux-oscar par-dessus le grillage électrifié. Sous les encouragements de ses comparses (hormis de Dr Galou appuyée sur l’une des bavgnoles, encore un peu dans le gaz), elle descendit la statuette à environ 3 mètres et demi du sol. Elles attendirent, les trombes s’abattant toujours sans pitié sur elles. Au bout de quelques secondes, le tonnerre commença à retentirent et certaines, comme Nasty et Half, peu amatrices d’humains, songèrent à se rentrer à l’intérieur des véhicules.
C’est à ce moment-là que des petits nieux sortirent de derrière une colonne. Drianna poussa un petit cri, s’agrippant à son carton à dessin waterproof. La démarche furtive, le corps musclé mais relativement fin pour un humain, David Wenham s’avança d’un pas méfiant vers la statuette. Ses cheveux châtain-roux en brosse un peu malmenés par le vent et la pluie, les yeux d’un bleu rieur et prudent, une petite barbe d’à peine deux jours se promenant sur sa mâchoire, il parvint en-dessous de l’objet de sa convoitise. Un instant apeuré par la bande de filles aux regards avides de derrière la grille, il finit par tenter de petits bonds pour l’attendre. Malheureusement pour lui, une autre forme, émergeant d’un bloc pierreux, se jeta sur lui pour le mettre à terre.
- VIGGOOOOOOOO !!!!!! hurlent ensemble Cybelia et Scilia.
- Hé ! Mais il a fait mal à David ! s’indigna Drianna.
Une baston s’engagea alors. Viggo, le corps parfaitement musclé et leste comme un puma, tentait d’atteindre l’oscar en faisant de grands sauts extensions tout en repoussant David, David qui le tirait lui vers le bas. Au milieu de la bagarre, un corps plus mastoc surgit soudain dans un grand bruit de corne de brume. Terrorisés, les deux autres effectuèrent un repli stratégique dans une ruine en forme de blockhaus.
- OUAIS, VOILA SEAN ! s’écria DDL, la première à l’avoir reconnu.
Sean Bean, grand, les épaules larges, le torse puissant et recouvert d’une toison châtain-blond bouclée, les bras larges comme des branches de séquoia et les jambes comme des troncs, était vraiment imposant. En voyant le public, il croisa les bras, tenant à la main un cor, et esquissa un petit sourire charmeur accompagné d’une œillade assortie et d’un petit secouement de tête. DDL éructa :
- VAS-Y, SEAN, C’EST TOI L’PLUS BEAU, TU VAS LES AVOIR !!
- Même pas vrai, d’abord !!! répliquèrent à l’unisson Drianna, Scilia et Cybelia.
A ce moment-là, les deux autres refirent surface et sautèrent par surprise sur le nouveau venu, alors que le premier éclair fendait le ciel. Toutes les filles attrapèrent leurs précieuses lotrgnettes, Drianna dessinant avec une frénésie encore jamais atteinte. Les trois hommes continuaient à faire leurs bonds désespérés en direction de la statuette, leurs corps ruisselants d’eau s’entrechoquant, les visages aux abois canardés de gouttes de pluie, les mèches trempées se collant sur leur front. Les quatre fanas d’Hommes, à savoir Scilia, Cybelia, DDL et Drianna, sautillaient toutes en encourageant leur chéri (les deux premières en ayant un en commun) qui, motivés par les acclamations, redoublaient d’effort sous le torrentiel orage. Les prises de vue furent exceptionnelles.

_________________


Dernière édition par le Sam 3 Fév - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 8 Fév - 16:22

Au bout d’une demi-heure de ce régime, les chéris commencèrent malgré tout à être un peu crevés. Les quatres fo… filles, elles, bavaient toujours abondamment en suivant les sillons que traçait cette coquine de pluie tout le long du corps des beaux pensionnaires. Leann, derrière l’écran de son bureau, ne se privait à vrai dire pas non-plus, et Anhelo, qui avait fini sa tournée du matin, l’accompagnait joyeusement sur l’ordi d’à-côté. Même Castor avait pour l’occasion fait une entorse à son code d’honneur pour venir en cachette se rincer un peu l’œil derrière ses énormes lunettes.
Soudain, Viggo s’arrêta, comme frappé d’un éclair de génie (heureusement) :
- Et si on grimpait les uns sur les autres ?
- Ah oui, et qui va se mettre en-dessous ? interrogea Sean Bean, dubitatif.
- Ben, tu es le plus fort d’entre nous, alors…
- J’en étais sûr ! Ce sera encore moi le dindon de la farce de cette histoire !
- Moi j’trouve que tu ressembles pas à un dindon… commenta David.
- Ouais, je suis d’accord avec lui, ajouta DDL.
- Mais vi, mais c’est le seul moyen pour l’atteindre ! rétorqua Viggo. On t’le prêtera après !
Pendant que les deux compères parlementaient, David Wenham, discrètement, commença à empiler des gravats et des morceaux de colonnes à-côté. Drianna jubilait, proclamant que son chéri était le plus intelligent de tous et s’empressant de le dessiner à la tâche, mettant bien en valeur la délicatesse robuste des muscles tendus sous le poids des blocs.
Malgré cela, Scilia ne l’entendait pas de cette oreille, et au moment où David grimpait sur son fragile édifice, elle sauta sur le joystick pour déplacer l’oscar loin de lui. Drianna se mit à glapir, traitant la spécialiste en film de filles de tous les noms parmi lesquels « mauvaise », « perfide », « fausse » et autres « sournoise », avant de se jeter sur elle pour l’arrêter. Cybelia et DDL ne tardèrent pas à s’emparer à leur tour du bras de commande, faisant faire absolument n’importe quoi au grappin, assommant au passage David avec la lourde statuette.
- Laissez ça ! L’oscar doit aller au Gondor, et à Sean ! s’exclamait DDL.
- Ecrase, va ! On est deux à vouloir qu’il aille au maître légitime : Viggo Mortensen ! répliqua Cybelia avec hargne, les deux mains crispées sur le joystick.
- C’est vrai ça ! l’appuya Scilia. Et en plus ben c’est nous les spécialistes !
- Raaah fermez-la s’il vous plait !!! Vous n’êtes qu’une bande de malhonnêtes, c’est David qui allait l’avoir !!
Nasty et Half, respectivement blotties dans les jupes de Galou et Orlidom, regardaient l’affolante scène qui se déroulait sous le tonnerre et les éclairs avec de grands yeux apeurés tandis que ces dernières tentaient de les rassurer. Le bras télescopique, lui, faisait toujours autant n’importe quoi. Soudain, un tournant trop rapide et trop bas le fit percuter violemment le grillage électrifié, provoquant un court circuit qui ajouta de jolies étincelles au feu du ciel qui flashait déjà, et envoyant par la même occasion quelques volts pas inutiles dans les corps des trois malapprises en pleine chamaillerie.

Dans la salle des ordinateurs, une puissante alarme se mit soudain à retentir sur les écran : NUUT-NUUT-NUUT-NUUT-NUUT-NUUT- NUUT-NUUT-NUUT-NUUT-NUUT-NUUT-NUUT…
- Oh shiiit… lâcha Leann.
Partout sur les écrans, on pouvait lire une grande fenêtre rouge indiquant « security system failure ». Aidée d’Anhelo et Castor, elle parcourut toute la salle en courant pour arrêter les atroces sonneries. A peine avaient-elles fini que le réalisateur faisait irruption dans la salle.
- Qu’est-ce qui se passe ici ?
- Aaah ! Monsieur Jackson ! glapit Castor, mortifiée d’être ainsi prise en flagrant délit pour sa première fois.
- Y a un problème avec les clôtures électrifiées, vos gourdes d’employées ont fait sauter le courant en faisant des bêtises ! expliqua Leann, énervée.
- Hum… C’est ennuyeux .
- Ben oui, appuya Anhelo, espérons qu’elles ne se rendent compte de rien, pour la sécurité de nos chers pensionnaires…
- Leann, parviendrez-vous à rétablir le courant ?
- Ben, je sais pas… C’est pas évident…
- Pas évident ? Mais nom de dieu c’est aussi pour ça que je vous paie !
- Ca va, ça va… Je pourrai, mais il va falloir effectuer quelques manips’… Ce serait bien que quelqu’un reste ici m’aider, parce qu’on va devoir aller trifouiller dans le poste principal si on veut avoir une chance d’obtenir un résultat…
- Je m’en occupe ! se dévoua immédiatement Anhelo, morte d’inquiétude pour la vertu de ses « petits poulets ».
- D’accord, acquiesça Peter, inhabituellement grave, moi, je vais prendre le 4x4 et aller directement sur le terrain. Elles étaient dans la zone B de l’enclos des Hommes, c’est ça ?
- Oui, confirmèrent de concert Anhelo et Leann.
- Entendu ; ma p’tite Castor, vous v’nez avec moi. (L’assistante, qui avait gardé les yeux baissés et les bras croisés sur ses dossiers tout du long, se redressa vivement, trop heureuse qu’on ne lui fasse pas de remarque, et se pressa vers le boss d’un pas vif.) Dépêchons-nous, si elles se rendent compte de la couille dans le potage avant notre arrivée, les doudoux sont foutus…

Les quatre sauvages restèrent un moment immobiles par terre, le bulbe grillé, les extrémités de leurs jambes ou de leurs bras seuls agités par intermittence de petits mouvements convulsifs. Le Dr Galou, une fois assurée que le courant s’était suffisamment dissipé, s’approcha et les remit comme elle put sur pieds.
- Mais… Mais qu’est-ce que c’était ? interrogea d’abord une DDL sonnée.
- Eh bien, ma cocotte, vous vous êtes pris un coup de jus.
- Ah ?
- Bobo têêêête… se plaignit Cybelia lorsqu’elle fut en état de parler.
Lorsque Scilia se redressa, Nasty et Half éclatèrent de rire, n’ayant pas autant de scrupules qu’Orlidom qui tentait de réprimer ses pouffements de rire.
- Quoi ? Keskia ? interrogea la jeune femme d’un ton bourru.
Ses longs cheveux de feu étaient dressés sur sa tête tels une immense couronne solaire, et l’effet produit amusait beaucoup les petites filles du directeur du parc. Ce moment de liesse fut interrompu par un cri de Drianna qui, les yeux dans le vague, était soudain tombé sur la forme inanimée de Wenham.
-IIIIIH !!! DAVID REPONDS-MOI !!!! s’écria-t-elle, encore un peu dans le coltar malgré elle, et se jetant par le fait en plein sur la grille électrifiée.
- DRIA, N… commença le Dr Galou.
Mais, étrangement, rien ne se produisit et la jeune fille continua à secouer le grillage comme une forcenée en psalmodiant le nom du futur Faramir. Toutes les autres membres de l’équipe restèrent muettes quelques instants. Scilia, que le choc voltaïque avait rendu momentanément un peu legolassienne sur les bords, déclara :
- Hmmm… Ca devrait vouloir dire qu’il y a plus d’courant…
Cybelia s’avança la première, à petits pas calme. Elle empoigna la clôture, serrant ses doigts fermement autour des filins métalliques, et commença à s’élever, bientôt suivie de Scilia, puis d’Orlidom, du Dr Galou et de DDL, puis enfin de Nasty et de Half, le tout pendant que Drianna continuait à s’affoler et à malmener la grille à la vue de son chéri inconscient. Dès qu’elle remarqua que Cybelia était déjà pratiquement au sommet de la haute clôture, elle se mit en mode Duracel et passa de l’autre côté en même temps qu’elle. Tout le monde finit par franchir sans encombre le haut, à part Half qui, pas rassurée, prenait d’infinies précautions.

- Ca y est, annonça Anhelo.
- Impec, répondit Leann, l’œil rivé sur son écran et une part de pizza à la main.
- Tu vas pouvoir rétablir le courant ? s’inquiéta sa comparse.
- Eh bien, on va bientôt être fixées…

- Half, dépêche-toi ! On veut bien t’attendre pour être gentilles mais si tu traînes trop, tu connais le proverbe : premières arrivées, premières servies ! cria Cybelia du sol.
La Halfeline, crispée comme une grenouille arboricole sur son grillage, entamait tout juste la descente à petit échelons prudents. Drianna, pour sa part depuis longtemps sur la terre ferme, était en pleine réa de David assommé à grands renforts de bouche-à-bouche.

- Aaaah… Ah !
- Ca fonctionne ?
- Ouiii !! Dans S – 60 ça devrait repartir ! C’est Peter qui va être content…

Au même instant, ledit Peter fonçait à fond de train sur la piste du parc, Castor agrippée tel un raton-laveur sous anxiolytiques à la portière et sa pochette de dossiers waterproof. Malgré tout, elle n’osait pas demander au directeur de ralentir l’allure.
- Vous pensez qu’elles oseraient enfreindre les consignes du parc, Monsieur Jackson ?
- Ecoutez-moi bien, ma p’tite Castor : Si j’ai créé ce parc, c’était dans le but de tester le fleuron de longues années de recherches en charisme masculin. Aussi, à ce niveau, les femmes ne connaissent plus de règle ! C’est pourquoi je suis très inquiet.

Soudain, une alarme retentit et les gyrophares disposés régulièrement le long de la clôtures se mirent à clignoter vivement. La petite Half sursauta, tombant de quelques mètres avant de se rattraper.
- Half, descends immédiatement ! s’exclama Cybelia, l’air de ne pas plaisanter.
- Je fais ce que je peux… gémit la fillette sous son capuchon à oreilles pikachiennes.
- Half, ça devient très dangereux, laisses-toi tomber ! intima Orlidom, anxieuse.
- Quoi ? Mais vous êtes dingues, je vais pas… sauter…

- Plus que vingt secondes et ils seront sauvés…

Tout le monde avait le nez en l’air, horrifié par la situation (même Drianna et David, qui s’était enfin réveillé, c’est dire !). La petite fille, crispée contre la seule chose à laquelle elle pouvait concrètement se raccrocher, la grille qui n’allait pas tarder à l’envoyer faire un tour dans les étoiles, ne pouvait plus bouger ; et les cris tout à trac de ses compagnes en-bas (notamment les glapissements mêlés de sanglots de Nasty qui courait en rond sur elle-même) n’aidaient pas.

- Dix…

-Allez, Half ! Lances-toi, on te rattrapera, juré ! cria Orlidom, morte de peur pour la pauvre petite forme jaune canari sous la pluie battante.
- Jamais ! Personne ne lancera une halfeline, pas même la halfeline elle-même ! répliqua l’intéressée d’une façon véhémente.

- Cinq….

- Ah ! Ca y est, nous y sommes enfin, ma p’tite Castor !

_________________


Dernière édition par le Sam 3 Fév - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 8 Fév - 16:23

Au dernier moment, Orlidom s’écria :
- LA ! HALF ! UN BILLY EN COSTUME DE TARZAN!
- Quoi ??!!
Se retournant un peu trop vite, la fillette glissa sur le grillage mouillé et chuta, juste avant que l’électricité meurtrière ne traverse à nouveau les câbles. En-bas, elle fut rattrapée par Scilia qui s’éclata par terre par la même occasion, mais sauva la mise de la fille du réalisateur, ce qui lui vaudrait probablement une grosse enveloppe surprise dans son courrier dans quelques temps. Lorsqu’elle put se redresser, contemplant la tête pleine de boue de Scilia avec de grands yeux bleus tremblotants, Half se jeta à son cou, la renversant à nouveau par terre :
H : Tu m’as sauvé la viiiiiie !!!! Mon héroette !
Il fallut le bienveillant concours de Nasty qui se jeta avec violence sur sa sœur dans le but de la câliner pour que la petite demoiselle en Pikachu ne libère la jeune femme d’une étreinte digne d’un poulpe en rut. Half alla ensuite se jeter dans les bras d’Orlidom qui, elle l’avait compris, était la véritable responsable de son salut. Tout le monde, y compris David, toujours dans les bras attentifs de Drianna, se mit à applaudir.
Mais soudain, ce grand moment de liesse fut brisé par une voix masculine.
- Qu’est-ce que vous foutez là ?? Revenez immédiatement de l’autre côté !
Tout le monde se tourna vers Peter Jackson, engoncé dans son ciré kaki, l’air contrarié.
- Mais… on fait rien d’mal… commença Cybelia.
- A vrai dire, l’article 4 du règlement du parc stipule que les visiteurs doivent rester de leur côté du grillage… intervint Castor, sous son K-way bleu marine dont le capuchon ne laissait dépasser que ses grosses lunettes.
- Ben vi mais c’est de nouveau électrifié maintenant... fit judicieusement observer DDL.
- Bon eh bien… restez ici, surtout ! Je vais venir vous rejoindre par la porte de l’enclos en zone D. Ne bougez pas, c’est bien compris ?
Et Peter Jackson sauta à nouveau dans son 4x4, suivi de près par Melle Castor.
Tous les membres de l’expédition restèrent silencieux quelques secondes. Finalement, Cybelia éleva la voix pour dire :
- On pense toutes la même chose ?
- Je pense… L’occasion est trop belle… répondit le Dr Galou.
- Oui, je suis d’accord avec toi… appuya DDL.
- Et puis, ils étaient tellement mignons ces petits Hobbits… songea Orlidom.
- Et David est tellement dessingénique… ajouta Drianna.
- Ca me paraît clair : il nous a engagé pour tester son parc, non ? fit observer Scilia.
- WAAAAIS !!! conclurent en chœur Nasty et Half.
Alors, tout le monde se sépara joyeusement. Galou partit comme une folle en quête de l’enclos des Elfes, Orlidom prit les deux petites-filles de Jackson par la main pour les conduire en direction de celui des Hobbits, histoire de « parfaire leur éducation », Cybelia, DDL et Scilia se dispersèrent comme des étourneaux pour retrouver les deux hommes en fuite, et Drianna prit David par la main pour le conduire dans un endroit plus tranquille « plus propice au dessin ».
- Allez, bonne chance à toutes !! leur cria-t-elle.

Galou, après avoir courut longtemps et franchi le simple grillage tout bête qui séparait le quartier humain du quartier elfique, se précipita à la cascade dans l’espoir d’y retrouver l’objet de sa convoitise. Mais à son grand désappointement, il n’y avait plus personne dans le petit bassin d’eau claire qui commençait à déborder du fait des cordes tombant du ciel. La première déception passée, résolue, elle se remit en route un air déterminé sur le visage.

Cybelia et Scilia, après de longues minutes de quête acharnée, pilèrent toutes deux devant le spectacle de Viggo, debout au milieu d’une clairière, peignant de manière concentrée un chat multicolore que les gouttes, dégoulinant dessus, devaient transformer en peinture abstraite. Sans réfléchir, elles se précipitèrent toutes deux dessus telles des joueuses de gamelle sur l’objet censé libéré les prisonniers. Mortensen, les voyant débouler comme des furies, pris peur et partit dans la forêt, abandonnant son chat orphelin à son triste sort.
- C’est malin, attaqua Cyb.
- Je te le fais pas dire… répliqua Scilia.
- Qu’est-ce que t’avais besoin de lui courir dessus comme ça ? Tu l’as effrayé !
- Je pourrais te retourner la question. De toute façon tu l’auras jamais, jamais !! C’est moi qui l’aurai en premier !
- Comptes là-dessus !
Et les deux spécialistes en films de filles repartirent aussi sec dans la direction où Viggo avait effectué son repli stratégique.

Pendant ce temps-là, la troisième, les mimines de Half et Nasty en main, fredonnait avec elle une chanson qu’elles avaient inventé toutes ensemble :

Prom’nons-nous dans les bois
Tant que Papy n’y est pas.
Si Papy y était,
Il nous gronderait.
Mais comm’ il y est pas,
Il nous grond’ras pas !
Nasty : Lij y es-tu ?
Orlidom : Dom y es-tu ?
Half : Bill y es-tu ?

S’amusant comme des petites folles, elles pénétrèrent dans le bon enclos après plusieurs centaines de sautillements.

DDL, de son côté, désespérait de trouver une trace de Sean Bean. Il semblait s’être tout bonnement évaporé. Désespérée, elle errait sans but parmi les ruines lorsqu’elle aperçut dans un coin un cor abandonné. Elle souffla dedans pour voir.

Drianna était pour le moment la seule comblée de cette histoire. Cachée à l’intérieur des restes d’une tourelle, elle demandait à David de prendre diverse poses et remplissait ses feuilles de croquis à un tel débit qu’ils commençaient à joncher le sol entier.
- Voilà, là tu te mets assis sur la fenêtre, le regard errant au dehors avec une expression de pitié triste et dégoûtée, valààà comme ça ! Roooh que t’es bô ! Atta, je te fais.

Alors qu’elle cherchait toujours, Galou aperçut une silhouette dans le rideau de pluie. Persuadée qu’il s’agissait de son chéri, elle accourut. Mais c’est alors qu’un flash illumina le ciel, révélant l’identité de la silhouette :
- NOOON !!!

Scilia et Cybelia étaient toujours en pleine compétition de à qui obtiendrait Viggo le plus vite. Elles le pourchassaient donc, mais l’interprète d’Aragorn n’avait jamais de mal à leur filer entre les pattes compte tenu du fait qu’elles faisaient plus attention à se mettre des bâtons dans les roues et à éviter ceux de l’autre qu’à l’attraper lui. Finalement, au bout de la septième tentative ratée, les deux jeunes femmes s’exclamèrent à l’unisson :
- Ca n’peut plus durer !

Tout à coup, les trois hobbit fancieuses entendirent des sons suspects monter d’un bosquet non-loin de là.
- Hey, mais on dirait un cri de Billy ! s’exclama Half.
- Vi, et me semble reconnaître aussi Dommie… compléta Orlidom.
- Lijie… bouda Nasty avec un petit regard triste.
Le joyeux trio se rua cependant au complet à l’endroit d’où provenaient les bruits, mais Orlidom, piquée au vif, s’empressa de plaquer ses mains sur les yeux chastes des pures et innocentes fillettes lorsqu’elle constata la fâcheuse posture dans laquelle elles avaient surpris les interprètes de Merry et Pippin. Cependant, les filles de Peter Jackson, pas décidées à se laisser censurer de la sorte, se dégagèrent avec de petits cris excités couinant qu’elles voulaient voir. Lorsque leurs pupilles furent libérées, elles restèrent un moment interdites, et Orlidom se plaqua la main sur la figure. Puis soudain, comme si on avait ôté un bouchon, les questions se succédèrent :
- Pourquoi il le frotte contre un arbre ? C’est pour lui gratter le dos ?
- Y a Billy qui semble apprécier en tout cas, pourtant ça doit râper… Il va pas avoir des échardes, après, Orlidom ?
- Ben si, ça s’entend déjà que ça lui fait mal… Mais alors pourquoi il dit à Dom de le faire plus fort ?
- Ben peut-être qu’il fait comme Dobby dans Harry Potter, c’est ça Orlidom ?
- Aaah bon !
- Roooh !!! Regarde, ils se font des sacrés bisous ! Yyyy sont amoureux-euh ! Hein qu’ils sont amoureux, Orlidom ?

Alors que DDL venait de souffler dans l’instrument, faisant retentir tout le parc d’un meuglement guttural et s’envoler tous les oiseaux présents, c’est un Sean ébaudi qui apparut.
- Ah ! Vous avez retrouvé mon cher cor, grand merci gente demoiselle !
Il saisit la corne sertie d’argent des mains de DDL, si choquée que Sean Bean lui ait adressé la parole, qui plus est de manière aussi révérencieuse, et le pendit à sa ceinture, unique élément de son costume. Il fit alors un grand sourire à la jeune fille du haut de son corps d’athlète et lui ébouriffa les cheveux.
- Sean Bean, pour vous servir. Je protège la veuve et l’halfelin même quand c’est pour rien, et met un point d’honneur à respecter mes dettes. J’en ai une envers vous, ma chère, ma chère.. ?
-DDL… couina l’intéressée d’une petite voix catastrophée.
Il s’agenouilla alors devant elle, ce qui faisait que leurs têtes étaient sur le même plan, et déclara :
- Noble Damoiselle Dédéhelle, si par ma vie ou ma mort, je peux vous être utile, je le serai. Demandez vous serez exaucée.
- Mais tu piques des répliques à Viggo là, non ?
- Pas grave, j’en pique aussi à la Bible, ça fait style, tu vois…
- D’accord. Eh bien, reprit DDL avec son ton transi d’amour, il y a bien quelque chose…

_________________


Dernière édition par le Sam 3 Fév - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 8 Fév - 16:24

- Ouais ! Poses ta main sur le côté de la fenêtre. Et maintenant tournes juste un peu la tête, comme si tu vérifiais que personne ne t’épies… Waaais !!
Drianna rougit un petit peu au moment d’esquisser les courbes parfaites des jolies fesses de son modèle, mais sourit également en pensant à toutes les autres idées qui se bousculaient dans sa petite tête malade.

- NOOOON !!!! Pas vous ! Pas l’agent Smith !!! Je suis innocente !!!
- Mais enfin, calmez-vous ! C’est juste moi, Hugo, avec des lunettes de soleil sous l’orage. Ca vous gêne ?
Galou, rassurée, quitte sa pose théâtrale de désespoir pour l’examiner par en-dessous avec des petits nieux :
- C’est vrai ?
- Bah évidemment… répondit Weaving d’un ton impatient.
- Ah, c’est chouette… Désolée, hein ! Dites, vous sauriez pas où se trouve Orlando, par hasard ?
- Cette gourdasse de Bloom ? Ben je crois qu’il est allé cueillir des fleurs pas loin d’ici. Vous continuez tout droit sur 50 mètres et vous devriez voir une grande prairie. Je l’ai aperçu dedans il y a cinq minutes…
- Merciiii !!!
Galou fit une bise à Hugo avant de se remettre à galoper dans la direction indiquée.
Parvenue à ladite clairière, elle vit effectivement le cher Orli gambader, un panier à la main, parmi les jonquilles et les crocus, sous la pluie battante. Toute guillerette, elle s’en approcha en sautillant à sa manière, cueillant quelques fleurs et autres touffes d’herbe au hasard en même temps. Lorsqu’il la vit ainsi arriver, Orlando ouvrit grand les bras avec une expression de béatitude totalement abrutie mais si craquante… Galou s’y jeta sans ménagement, renversant l’interprète de Legolas dans un bouquet de myosotis en lui laissant à peine le temps de déclamer :
- PEACE AND LOVE !

- Oui, on ne peut pas continuer comme ça à nous diviser au lieu de faire front contre la cible ! Je te propose une alliance.
- Hmm… Pas inintéressant… Et on partage 50/50 ?
- 50/50.
- Mmmgnh… J’aime pas les compromis, mais je pense effectivement que c’est le seul moyen.
- Tu sais, comme disait ma grand-mère : mieux vaut tenir que courir.
- Entendu. Allons-y, sus au Viggo !!
Cybelia et Scilia repartirent de plus belle et, grâce à leurs efforts combinés, parvinrent à coincer Viggo contre les murs de ce qui devait être les ruines d’une maison destinée au film.
- Ah ! Enfin, te voilà… constata Scilia en avançant vers lui en se frottant les mains, un air inquiétant sur le visage.
- Vous… trembla Viggo en tendant un doigt dans sa direction, puis dans celle de Cybelia. Vous avez failli m’agresser hier !
- Faribole, nous n’allions pas vous faire de mal, bien au contraire… l’assura Cyby.
- Mais heu… vous trouvez pas que c’est déloyal de se mettre à deux pour ce genre de choses ?
Les deux femmes se regardèrent un instant.
- Ben nan…
- -___-‘
- Bon, je commence et pis tu le fais apr…
- Tetete !! Chacune pour soi !
- Mais… je… Hééé !!!!

Une fois le spectacle terminé, Nasty, lassée, avait fini par s’éloigner, errant, bel et bien perdue, il faut l’avouer, entre les collines vertes et les bouquets d’arbres.
- Ligie…
Finalement, elle s’arrêta au bord d’un petit lac que l’averse avait formé dans le creux d’un coteau, et pris sa tête dans ses petites mains, son capuchon rouge à oreilles d’oliphant la couvrant toujours. Soudain, elle sentit une présence derrière elle et une voix douce s’adressa à elle en ces termes :
- Ben alors, qu’est-ce que tu fais là ma petite puce ? Tu as perdu tes parents ??
Elle se redressa comme un ressort, se tournant vers celui qui l’avait gratifiée de mots si gentils, celui qui, avec une voix aussi cotonneuse, ne pouvait qu’être…
- Je m’appelle Elijah, et toi, c’est quoi ton petit nom ?
Nasty se contenta de regarder avec des yeux de poissons l’interprète de Frodon qui venait de s’asseoir à-côté d’elle.
- Nasty… osa-t-elle d’une toute petite voix.
Puis elle se jeta dans les bras de l’acteur en pleurant de bonheur. Celui-ci, avec un sourire bienveillant, la prit contre lui, pensant que la pauvresse était terrorisée par son isolement toute seule au milieu de nulle part.
- Ne t’inquiète pas, on va retrouver ta famille… Chuut…
Mais Nasty, un sourire lui bienheureux sur l’épaule d’Elijah, répondit gaiement :
- Oh mais ma famille n’est pas ici ! Je suis en vacances dans le parc de Papy.
- Oh, fit Wood, étonné, alors tu es la petite fille de Peter Jackson ?
- Woui, répondit Nasty en déposant un bisou sur la joue mouillée de Lij.
L’acteur, amusé, découvrit un iota le chaperon rouge pour lui faire à son tour un petit baiser sur le front. Il s’apprêtait à lui dire que ça allait s’arranger, qu’il allait la ramener à son grand-père, mais la fillette releva alors la tête pour le regarder avec de grands yeux où brillait une lueur qui jurait avec le reste de son apparence.

Orlidom et Half, en bonnes stratèges, profitèrent lâchement du moment d’épuisement de leurs doudoux pour leur courir dessus, certaines qu’ils n’auraient pas les ressources nécessaires pour s’enfuir plus vite qu’il n’aurait fallu. Dom et Billy, si brusquement terrorisés qu’ils manquèrent en faire une attaque, se précipitèrent alors à toute vapeur dans leur arbre. Orlidom, après avoir fait grimper sa cadette, suivit tout le petit monde qui grimpait de plus en plus haut. Tandis qu’elles poursuivaient les deux acteurs aux yeux agrandis de frayeur, les filles ne purent empêcher des sourires sadiques de se former sur leurs visages : il arriverait bien un moment où les minets ne pourraient plus s’échapper. Et alors… Un éclair déchira un instant le ciel, faisant rutiler leurs dents acérées et leurs prunelles emplies de la concupiscence du prédateur. Dominic, sur la plus haute fourche, avait pris Billy contre lui, résolu à le protéger coûte que coûte, même contre des diablesses aussi effrayantes… enfin… du moins à essayer de faire ce qu’il pourrait… peut-être…
-PITIE, NE NOUS FAITES PAS D’MAAAL !!! lança-t-il d’une voix suppliante et affolée.
Les yeux d’Orlidom et Half changèrent alors d’expression tandis qu’elles levaient les sourcils.
- Du mal ?
- Mais pourquoi vous ferait-on du mal, grand Dieu ? On vous adore !
- C’est vrai… ? interrogea Billy d’une petite voix.
- Mais viii, on vous assure !! affirma la plus jeune avec un sourire tendre.
- Mais… qu’est-ce que vous voulez, alors ??? demanda Dominic.
- Ben un câlin, juste un câlin ! s’exclama Half.
- Un… câlin ? répéta Dom.
- Vraiment ? tint à s’assurer Billy.
- Oui ! confirma Orlidom, amusée par le malentendu.
- Aaah ! ben dans ce cas...! leur sourit gentiment Billy.

- Q… Quoi ? Vous plaisantez, jeune fille ? s’exclama un Sean Bean choqué après que DDL lui eût chuchoté quelques mots à l’oreille.
- Ben non… Enfin, vous êtes pas obligé…
- Hmmm… une dette c’est une dette ! Venez, je vais nous trouver un petit coin sympa, déclara Sean en prenant la jeune fille par la main.

_________________


Dernière édition par le Sam 3 Fév - 16:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 8 Fév - 16:25

- Mmmh… non, je n’aime pas trop la manière dont tu es placé. Détends tes épaules. Regarde, ton petit derrière, là, rentre-le un peu plus, ça fait pas assez longiligne.
- Heu… Tu fais quoi, là ?
- Là ? Rien… J’apprends à connaître mon modèle…


-Woaw… Eh ben, c’était chouette, hein ? s’exclama joyeusement Orlando au milieu des fleurs en regardant la très sage Dr Galou, contaminée par le sourire d’une hébétude bienheureuse de l’acteur elfique aux boucles sombres.
- Vi, vive l’amour moi je dis !
Et tous deux, afin de sceller comme il se devait ce décret, échangèrent un enthousiaste baiser.

- Oaaaaaaaaaaaargh…
- Alors, ça va bien ce matin ?
- Tu vois, c’était pas si éprouvant…
- Fa-ti-guéééééé…
- Roooh, ne fais pas le modeste ! s’exclama alors Scilia en donnant une claque appréciatrice sur la croupe de Viggo.
- Mais vi ! Tu t’es très bien débrouillé, tu sais ! Ce n’était pas évident… ajouta Cybelia, réconfortante.
- Vi mais bon… J’irais pas jusqu’à trois comme ça… -____________-‘
- Allez… On te remercie, ça a été bien sympa de ta part !
Tout le monde se retomba avec tendresse dans les bras les uns des autres.

- KIKOUUU !!!!!!
- AAAAAAAARGH !!!!!
- Ben quoi ? T’es pas content d’me voir ??
- Si, si mais c’est juste que…
Elijah secoua sa coiffure en désordre.
- … que j’ai eu assez de surprises pour la journée…
- Ben on est demain, là… fit observer Nasty.
- Oui, pas faux…
- On… on fait un câlin ? demanda la fillette, le regard en-dessous.
- Allez, vi, un tit câlin… sourit Eli.
- GROS CÂLIIIN !!! s’écria Nasty en se jetant de plus bel dans les bras blancs de l’interprète de Frodon.

-Hmpf… J’ai un poids sur l’estomac…
- Ben c’est ça, dis tout de suite que je suis grosse !
- Gneeeah ? Qu’est-ce qui se passe ?
- Tiens, bonjour toi…
- Salut… Mais… mais… qui… ?
Après quelques secondes de réveil en plus, Dom, Billy, Orlidom et Half retrouvèrent leur mémoire et leurs moyens. Adossé à l’arbre, Billy avait la plus jeune gentiment allongée sur son ventre et son torse. Juste à-côté d’eux, la tête glissée contre celle de Half sur la poitrine de Billy, Dominic avait la main posée dans un geste tendre entre les omoplates d’Orlidom, la tête posée sur son ventre bien ferme.
- Tout le monde a bien dormi ?
- Vi.
- Vi.
- Vi.
Half, ramassant sa pèlerine jaune à oreilles de Pikachu se mit alors en tête de la faire essayer à Billy, après s’être redressée fièrement sur son estomac.
- WAAAAH !!! T’es trop fluffy !!! Pas vrai, Orlidom ??
- Si, il est trop choupinou…
Billy se tourna alors vers Dominic, se penchant sur lui avec un sourire.
- Et toi alors, comment tu trouves ?
- Hypersex, répondit l’intéressé avec un sourire moqueur.
- MAAAAIHEU !!! T’as pas l’droit d’te moquer ! Orlidom, fais-y des chatouilles !
- D’accord !!
- Mais, hé !!! Suis pas d’accord !
- Taïïïoooo !!! J’arrive Dommie, j’lui tiens la jambe !
- Attention, toi !
- AAAAAAAh !!!! Au s’cours, Dommou !! Il me fait des guilis sous les pieds, AAAAAAARGHAHAHAHAA !!!!

- Eh bien… Si l’on m’avait dit un jour que payer une dette pouvait être un plaisir…
- Hé hé, chuis contente !
Un large sourire crétin cautionnait les dires de DDL sur son visage.
- Eh ben, c’est l’essentiel !
- Vi… ^_______________^
- … Dites, et si je vous donnais un supplément… ça vous embêterait d’avoir à votre tour une dette envers moi ?
- … Pas le moins du monde !!!
- ^_______________________________^
- ^_______________________________^

-*baaaaaaaaaille* Qu’est-ce que tu fais ?
- Je dessine… répondit notre chère Drianna, son carton fidèle sur les genoux et un doux sourire aux lèvres.
- Dès l’matin ? interrogea un David surpris et un peu renfrogné.
- Ben vi, rallonge ta tête…
- …
Lorsque Dria-chan releva la tête, elle rencontra un sourire niais assorti d’un regard lointain rempli d’étoiles.
- Dav’ ?
- …
- Hé mais… ! Qu’est-ce qui te prends, je voulais finir ce…
- Embrasse-moi, idiote…

_________________


Dernière édition par le Sam 3 Fév - 16:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 8 Fév - 16:27

EPILOGUE (où : la fin de l’aventure)

Lorsque toute la petite bande de joyeuses drillettes rentra dans le complexe central, c’est comme prévu un Peter Jackson berserk qu’elles trouvèrent à l’entrée. Aussitôt, et avant même que celui-ci ait pu prononcer un mot, Nasty et Half passèrent à l’action en se jetant sur son polo inchangé de la veille pour le couvrir de petits bisous dans sa barbe noire. Aussi, les autres échappèrent à l’avalanche de houspillages prévue. Tout sourire, elles remirent à PJ le document suivant :

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinec
Lilitu à la lanterne
avatar

Nombre de messages : 842
Date de naissance : 27/01/1988
Age : 29
Localisation : Sur les genoux de Misha, Pocket!Moriarty entre les mains.
Emploi : Cameraman pour Troy&Abed in the Morning!

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 3 Mai - 15:49

J'ai un doute, la... On est pas sensees reviewer, ici ? Embarassed Embarassed
Parce que la par exemple j'ai adore et bien delire toute la journee d'hier a le choper par petit bout mais... Euh pourquoi il y a pas de reviews ? Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 3 Mai - 19:40

Oulalah! Pour sûr qu'on peut faire des reviews!!! Shocked Suffit de voir les monuments que Nasty d'amûr m'a érigé pour Sang de pluie! Il y en a peu parce qu'il y a peu de monde (Rm... Sur le Monde du Slash y a beaucoup de monde et... Oh ça va, hein... -_____-') mais personnellement je ne réclame que ça!! Alors, vas-y Pinec, lâche-toi à ton aise, toi qui semble avoir bien avivée la flamme de la Lanterne! ^___^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinec
Lilitu à la lanterne
avatar

Nombre de messages : 842
Date de naissance : 27/01/1988
Age : 29
Localisation : Sur les genoux de Misha, Pocket!Moriarty entre les mains.
Emploi : Cameraman pour Troy&Abed in the Morning!

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Mar 3 Mai - 20:35

Oui mais entre peu et pas... triste
Enfin surtout que je n'allais pas t'eriger un monument, c'est vrai que c'est genial, marrant, drole, explosant, que j'ai eu parfois l'impression de rentrer dans l'ecran (dans le sens ou je me penchais tres tres pres - ou alors parce que je trippais dans l'historie)... Enfin tout ce beau delire ne merite pas autant...
Elle s'embourbe, la, elle s'embourbe...
Ce que j'essaie de dire...
C'etait un appel a l'aide ? Rolling Eyes
Bref. L'idee de LotrPark meme si il m'a fallu deux posts pour comprendre la reference a l'autre avec les dinos, c'etait genial. Passage preferes : tite Half qui se rend compte de l'effet de ses hormones (j'espere effectivement que tu n'auras pas de gosse ^^), la pauvre Drianna qui arrive pas a se jeter sur son chouchou, Peter qui songe a developper les hormones de ses petits-enfants, aarg pauvre Half qui manque de s'ecrouler...
Ok, j'adm-
Ca li arrive pas souv-
Chut. J'admet que je ne sais plus faire une review. :no :affraid: :silent:

Mais : :lol!: :thumleft: :thumright: Laughing Wink Like a Star @ heaven





(PS : Coooooool si je mets des etincelles dans la lanterne qui sommeille en vous ! Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   Ven 6 Mai - 22:44

Merci pour la tite review, Pinec!!!
Je ne sais pas comment ça se fait mais je suis passée à-côté!

Très heureuse que tu aies aimé tous ces petits passages de ce tissu de délires! Very Happy Tu n'as p-ê pas pu saisir tous les clins d'oeil si tu n'es pas une inconditionnelles de Jurassik Park mais tant mieux si cela suffi à ton amusement. Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!   

Revenir en haut Aller en bas
 
LOTR PARK, sus à l'axe du mâle!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cotes des LOTR Weta en chute libre ?
» [Royaume-Uni] Thorpe Park (1979)
» Linkin Park
» Mansfield Park vu par Nabokov
» [Disneyland Park] Matterhorn Bobsleds (1959)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 5 : Les fics...Parce que la catharsis des unes fait le rêve des autres! :: Tout part en sucette !-
Sauter vers: