fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mes drabbles CSI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gred
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1330
Date de naissance : 16/08/1981
Age : 35
Emploi : Chasseuse de doudoux

MessageSujet: Mes drabbles CSI   Jeu 20 Nov - 21:19

Voici les quelques drabbles que j'ai écrit pour la série CSI. Ce sont majoritairement des GilNick.
J'en poste déjà trois, qui ont pour seul point commun d'avoir été écrit pour la com' lj frenchdrabble.

Titre : Petit diablotin
Pairing: Gil Grissom/Nick Stokes
Thème : démon intérieur.

Gil se passa la langue sur sa bouche sèche. Il se força à reculer, essayant à tout prix de résister à la tentation. Il ne pouvait pas… Non, il ne pouvait pas ! Il secoua la tête, reculant toujours.
Tout à coup, il s’arrêta. Son démon intérieur, qu’il pouvait imaginer, comme dans les dessins animés, sous la forme d’un minuscule diablotin Gil rouge, avec des petites cornes sur la tête, une longue queue pointue et une fourche à la main, lui murmurait des paroles doucereuses.
« Vas-y, Gilounet… Il est endormi, tu vois. Regarde-le, couché sur ce canapé, innocent… sans aucune conscience de tes mauvaises intentions… C’est cadeau ! Il n’en saura rien… Allez, vas-y… Profite ! »
Le dernier mot le fit sursauter. Il s’était senti faiblir pendant le monologue de son démon. Celui-ci ricanait à présent. Gil se mordit la lèvre inférieure puis jeta un regard dans le couloir désert. Il s’approcha, à pas de loup, du canapé de la salle de repos où Nick était allongé.
Quand il fut suffisamment près, il s’agenouilla en face de la table basse et prit délicatement la fourchette qui était à côté de l’assiette posée sur la table. Il allait planter la fourchette dans la part de tarte qui attendait l’endormi quand il entendit :
« Gil ! »
L’entomologiste se figea et ferma les yeux. Maudit démon ! Il n’aurait pas dû l’écouter !
Nick avait toujours les yeux fermés mais il ajouta :
« Cette part est à moi. »
Le plus vieux hocha la tête, même s’il avait conscience que l’homme ne pouvait pas le voir. Épaules basses, il allait se relever quand il sentit une main s’agripper à lui. Le Texan, les yeux mi-clos, le fixait d’un air gourmand.
« On peut la négocier… si tu veux… »
Gil sourit, moins intéressé par la tarte que par ce que son amant avait à lui offrir.
Le petit démon de Nick jubilait, lui aussi. Il sauta sur le diablotin Gil, voulant aussi en profiter.
La tarte fut, elle, abandonnée sur la table basse.

---

Titre : Je déteste quand tu ne m'écoutes pas...
Pairing : NickGil
Thèmes : bolide et Mexique.

« Ce phénomène est ce que l’on appelle un bolide.
- Ah oui ?
- Vous voyez ce qu’il se passe quand le météoroïde entre dans l’atmosphère… Cette lumière intense… là ! » déclara l’homme, tout en pointant l’écran du doigt.
L’autre acquiesça d’une onomatopée. Gil se retourna et put voir, par-dessus ses verres de lunettes, Nick concentré sur un magazine. Le plus vieux eut une moue agacée, il détestait quand son collègue faisait ça ! Retournant son attention sur la télévision, il continua.
« Il s’illumine comme vous lorsque je rentre dans une pièce. C’est d’ailleurs très mignon. Ce que je préfère, c’est quand je vous frôle ou quand je vous fais un compliment, vous rougissez d’une manière très très charmante. Cela me donne envie de vous embrasser…
- Ah oui ? »
Grissom se leva, se détachant du spectacle astronomique, puis se servit un café. Avant de sortir, il se pencha vers son subordonné et lui dit :
« - Oh oui, tout est vrai. »
Nick resta seul quelques minutes avant de se redresser brusquement. Hébété, il regarda autour de lui. Les informations lui parvinrent avec retard. Lorsqu’il comprit les mots de son supérieur, il se sentit devenir tout rouge.
Est-ce que Griss avait bien dit ce qu’il lui semblait qu’il ait dit ? Il était indécis, il ne savait pas trop ce qu’il devait faire… Ses yeux se posèrent sur l’écran. Tout en fixant le schéma des bolides entrant dans l’atmosphère terrestre, il prit une décision.
D’un pas qui se voulait sûr, il se dirigea vers le bureau du chef de l’équipe de nuit. L’homme releva la tête quand il vit Nick arriver.
« Dites… j’étais en train de repenser à… notre… votre… enfin… à ce dont nous parlions… les bolides, vous voyez… euh… je… »
Le plus jeune bégayait, sous le regard de plus en plus amusé de son supérieur.
« - Vous rougissez, Nicky », dit celui-ci simplement.
Le brun soupira puis ferma les yeux, cherchant à récupérer un peu de courage.
« - Est-ce que vous voudriez dîner avec moi ? Je connais un très bon restaurant mexicain qui… »
Son débit de paroles fut arrêté par Gil :
« - J’aimerais beaucoup dîner avec vous. »
Nick sourit, soulagé.
« Mais Nicky… j’espère que vous serez plus attentif à ce que je vous dis pendant ce repas… »
Le jeune homme hocha la tête. Il allait partir quand, brusquement, il fit demi-tour. Il s’inclina vers Grissom, par-dessus le bureau.
« - Moi aussi, je vous trouve charmant. Quand vous vous décidez à nous donner des leçons, cela me donne souvent envie de vous embrasser. »
Ils se fixèrent pendant un long moment. Ils furent interrompus par le téléphone. Gil sourit.
« C’est décidé alors, nous irons dîner et nous pourrons alors faire tout ce dont nous avons… envie. »

« Tu sais qu’il y a plus de trois cent millions de tortillas consommés au Mexique… »
Gil jeta un œil vers son nouveau petit ami qui l’observait attentivement. Ils rirent.
« - Je t’écoute comme tu vois… mais, franchement, j’aimerais que tu te taises et que tu m’embrasses. »
L’entomologiste hocha la tête.
« - Cela me semble juste. »
Et il obéit à son futur amant.

---

Titre : Un autre choix
Pairing :Gil Grissom/Catherine Willows
Thème : Aéroport

Nerveux, Gil jetait des regards rapides autour de lui. Le terminal lui semblait bondé. Agité, il ne tenait pas en place. Il regarda l’écran au-dessus de lui pour vérifier l’heure d’arrivée du vol puis sa montre et enfin, son portable. Il n’avait qu’une envie : partir.
Il l’avait attendue depuis tellement longtemps et, maintenant qu’elle lui disait qu’elle revenait, il ne savait plus ce qu’il ressentait. Il pensait pourtant qu’il sauterait de joie mais il était peut-être trop tard. Elle ne lui manquait pas.
Il sursauta quand une main se posa sur son épaule. Il se retourna et se figea en voyant la femme devant lui. Catherine lui fit un petit sourire timide, ce qui n’était pas habituel chez elle.
« Que faites-vous ici ? » s’étonna-t-il.
La blonde inspira longuement avant de se lancer :
« - C’est Brass qui m’a prévenue. Je… je voulais… » Elle fit une pause. « J’ai c-cru que vous et moi… que notre… notre relation avait évolué… Je sais qu’on se connaît depuis longtemps et qu’en fait, on n’est pas censés avoir de tels sentiments l’un pour l’autre mais… »
Elle ferma les yeux et se tut, consciente de tourner en rond.
« - Catherine, vous savez que c’est Sara que je viens chercher. »
Elle releva la tête, brusquement décidée.
« - C’est justement pour ça que je suis ici. Je ne fuis pas mes problèmes, moi. Et son retour est un problème pour moi, pour nous.
- Catherine, je… je ne sais pas quoi vous dire… »
La tête de Gil tournait. Soudain, une nouvelle porte s’ouvrait. Et sur un aspect de sa vie bien plus tentant que ce qu’on lui avait proposé avant. Mais… et Sara dans l’histoire ?
Son portable sonna d’un bip caractéristique. Il fronça les sourcils en notant qu’il avait reçu un message de la brune. Dans l’avion, elle ne devrait pas avoir le droit de se servir de son téléphone. Après avoir lu les quelques mots qu’elle lui envoyait, le poids sur ses épaules lui sembla disparaître.
« - Mauvaise nouvelle ?
- Absolument pas, Catherine, d’excellentes, au contraire. »
La femme le regardait sans comprendre.
« Que diriez-vous d’aller boire un verre quelque part pour discuter ? reprit-il.
- Et Sara ? osa-t-elle demander, encore incrédule.
- Il n’y a plus de Sara. Sara est partie. »
Pendant quelques instants, ils se fixèrent, analysant ce qu’il se passait, réalisant qu’enfin tout allait couler comme ils le voulaient. La blonde sourit, soulagée.
« - Je connais un bon restaurant, si vous voulez.
- Alors, allons-y. »
Guidant vers la sortie celle qui avait été à ses côtés durant des années, Gil se fit la réflexion qu’il avait peut-être enfin pris la bonne décision.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gredoune.livejournal.com/
Gred
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1330
Date de naissance : 16/08/1981
Age : 35
Emploi : Chasseuse de doudoux

MessageSujet: Re: Mes drabbles CSI   Sam 17 Jan - 16:58

Titre : Discovery channel
Pairing : Gil Grissom/Nick Stokes
Thème :kiwi.

Brusquement, Gil se réveilla. L’esprit encore embrumé, il regarda à ses côtés et tâta le drap. Lentement, il se releva et regarda le cadran du radio réveil. Il frotta son visage, essayant de chasser le sommeil. Il n’aimait pas se réveiller aussi brutalement. Surtout quand il était seul dans le lit. Il se leva doucement, sans se hâter. Il avait le temps de se préparer.

Gil n’était pas encore totalement réveillé mais il réussit, tant bien que mal, à se diriger vers le salon. Il entendait des sons provenir de la pièce. Il s’arrêta près de la porte et sourit.

Lui, il avait ses insectes et ses expériences sur des fœtus de cochon… Nick, la chaîne Discovery et ses oiseaux. L’entomologiste observa son amant. Celui-ci était installé, à même le sol, regardant avec fascination la télévision, tout en mangeant des céréales. Le plus vieux sourit. Il eut la vision d’un petit Nicky se réveillant à l’aube, alors que la maisonnée dormait, pour prendre son petit-déjeuner devant les dessins animés. Une bouffée de tendresse l’envahit. Gil aurait aimé connaître Nick à l’époque...

Il s’approcha du Texan et, s’agenouillant, déposa un baiser sur les cheveux bruns. Nick lui sourit.

« Griss, regarde, c’est une émission sur le kiwi, cet oiseau néo-zélandais bizarre. Tu savais qu’il était nocturne et qu’il ne voit pratiquement pas… En revanche, il a un odorat super développé et… »

Gil ne dit rien tandis que son petit ami lui racontait ce qu’il avait appris. Il cala son torse contre le dos du plus jeune et se laissa bercer par ses paroles et sa chaleur. Il n’en avait rien à faire des kiwis, tout ce qui l’importait, c’était de voir son Nicky vibrer de passion, à ses côtés. Il pouvait profiter de ce moment de calme avant de partir au travail.


---
Titre : Changement de plan
Pairing : Gil Grissom/Nick Stokes
Thème : serviette.


Grissom ferma les yeux, en colère. Il ne devait pourtant pas montrer ses sentiments. Il lança un regard presque haineux à Greg et Warrick qui discutaient à côté de la table, tout en attendant Nick.
Ils leur avaient suffi de quelques minutes pour détruire leur week-end. Un week-end que Grissom avait prévu depuis deux semaines, dès qu’il avait su que toute son équipe aurait le droit à deux jours loin du labo.
Avant de prendre un repos bien mérité, ils avaient décidé de petit-déjeuner tous ensemble, dans leur café habituel. Et cela n’avait pas manqué ; Brown et Sanders avaient proposé à Stokes de se joindre à eux pour un périple jeux vidéo, bières et matchs de n’importe quel sport à la télé. Si Nick avait essayé de refuser au départ, il avait vite dû s’incliner pour ne pas éveiller les soupçons.
Bien sûr, lui, Gil Grissom, n’avait pas été invité. C’était leur boss. Et il était plus vieux. De plus, Sara avait sauté sur l’occasion pour lui demander de rester un peu et parler d’une affaire qui devrait l’intéresser. Parce qu’il était un bourreau de travail et qu’il n’avait sûrement pas de plan pour le week-end. Qui pourrait se douter qu’il avait prévu de passer ces prochaines quarante-huit heures enfermer dans sa chambre à coucher avec un certain Texan complètement nu et attaché à son lit ? Personne !
Et le voilà à présent avec la perspective peu attrayante de se retrouver seul chez lui, à attendre la visite hypothétique de Nick.
Il soupira, furieux. Il comprenait maintenant pourquoi son amant voulait qu’ils annoncent leur relation à leurs amis. Ils éviteraient de telles situations.
Gil leva la tête quand Nick revint des toilettes. Sans crier gare, ce dernier déposa un baiser sur les cheveux de Sara et tendit sa main à son patron, pour dire au revoir. Gestes qui n’étaient pas réellement habituels chez le jeune homme. La brune le regarda, amusée. Grissom fixa sa main puis releva les yeux vers ceux de son amant. Ils semblaient vouloir lui dire quelque chose. Il rendit la poignée de main et sentit une feuille contre sa paume. Il n’eut pas le temps d’exprimer sa surprise que Nick se dirigea vers la sortie avec les deux autres.
Discrètement, Gil regarda ce qu’il avait entre les doigts. Une serviette, comme celles qu’on trouvait sur la table, roulée en boule.
Sara se leva pour aller parler à la serveuse derrière le comptoir et lui demander une nouvelle tasse de thé. Rapidement, l’homme déplia la serviette et lut le message.
« Débarrasse-toi d’elle. Je serai chez toi dans moins de deux heures. Il faut qu’on parle ! »
Il sourit. Il savait de quoi Nicky voulait discuter et cette fois-ci, il accepterait parce qu’il était hors de question que cela se reproduise.
Personne n’avait le droit de lui voler son Texan sous le nez.

---
Titre : Je t'aime, moi !
Pairing : JimBrass/Warrick Brown
Thème : divorce.

Tapotant la table du bout des doigts, ses yeux cernés de fatigue cachés derrière ses lunettes, Warrick attendait, nerveux. Il ne l’avait pas revue depuis plusieurs mois, pourtant, il ne s’en portait pas plus mal. Il avait accepté ce rendez-vous après qu’elle l’eut harcelé pendant des jours au téléphone.
Il soupira. Le timing était court avant que son amant ne se rende compte que sa course lui prenait plus de temps que d’habitude. Il ne voulait pas avoir à lui mentir mais, en même temps, il ne voulait pas être surpris dans cette situation.
« Salut, Rick », dit une voix douce et sensuelle à ses côtés.
Il se redressa en reconnaissant son ex-femme. Il lui dirigea un sourire forcé puis, la prit dans ses bras pour une étreinte qu’il espérait simplement amicale.
Leur entrevue se passa comme il l’avait imaginée : elle essayait de le séduire à nouveau et, lui, tentait de lui faire comprendre qu’il n’était plus intéressé. Il voyait les minutes défiler et il n’arrivait pas à se dépêtrer de la situation.
Son portable sonna, interrompant Tina dans les souvenirs très sexuels de leur nuit de noces. Warrick s’excusa et s’éloigna, prétextant un appel de son travail. Il inspira et expira longuement avant de décrocher.
« Hey, Bab…
- Brown, t’as intérêt à me dire où tu es ou ça va chauffer pour toi !
- Jim, je… j’arrive, t’inquiète. Je suis à la maison dans cinq minutes.
- Non. N’oublie pas que je suis flic, capitaine de surcroît et que j’ai le bras long. J’espère que tu n’es pas en train de faire ce que je pense que tu es en train de faire sinon… »
La voix fatiguée de son homme lui serra le cœur. Il ne voulait pas le perdre. Il ne put rien ajouter, Jim lui raccrocha au nez. Comme un automate, il retourna vers la table où se trouvait son ex-femme. Il la fixait, belle dans sa robe ajustée bleue nuit. Il avait pensé l’aimer. Il avait cru qu’il ne pourrait jamais autant aimer quelqu’un. Et pourtant, il s’était totalement planté. La jeune femme lui sourit, ne se doutant pas de la tristesse qui l’avait envahi.
Elle continuait à parler sans s’interrompre. Warrick ne savait même pas quel était le thème de la conversation. Brusquement, elle se tut. Le silence soudain semblait pesant. En levant les yeux, l’expert comprit ce qui avait arrêté Tina. Jim les observait l’un puis l’autre. Warrick se redressa légèrement sur sa chaise, essayant de faire passer une multitude de messages à son amant qui aboutissaient tous à la même pensée « je t’aime ».
Lentement, Jim Brass qui semblait fatigué et en colère se pencha sur la table, posa ses deux mains à plat devant la jeune femme et la regarda droit dans les yeux. On aurait dit qu’il était dans son commissariat, dans une salle d’interrogatoire, devant un suspect particulièrement revêche.
« Je pense que vous êtes Tina. » Il ne lui laissa pas le temps de répondre. « Depuis votre divorce, vous n’avez plus eu de nouvelles de cet homme. Vous n’en avez pas cherché, même quand il a eu des problèmes, vous avez refait votre vie. Et maintenant, un an après, vous pensez que vous pouvez vous repointer et qu’il est toujours là pour vous. Cet homme est à moi, mademoiselle. Mettez-vous ça dans le crâne. Rick, on y va. »
Bouche bée, Brown et Tina fixaient l’homme. Warrick ne connaissait pas réellement le côté homme des cavernes de Jim. Etrangement, il trouvait cette attitude, chez son amant, très excitante. Il se ressaisit et accepta de suivre le policier, sans un mot. Un léger sourire joua sur ses lèvres, en imaginant qu’il avait toutes les réactions du jeune amant docile et malléable que Tina devait s’imaginer. Chacun rentra dans sa propre voiture.

Ce ne fut que lorsque Jim sortit de la salle de bain et qu’il se glissa sous les draps, près de Warrick mais sans le toucher, qu’il chuchota :
« Je te demande pardon… Je n’aurais pas dû… te parler ainsi, lui dire ce que je lui ai dit… Si tu veux, je lui présenterai mes excuses demain… Mais si…tu-tu…
- Chuuuuuuuutttttt… », murmura le plus jeune. Il se rapprocha de son petit ami mais ce dernier le stoppa.
- Attends, faut qu’j’te dise… J’ai pensé… je croyais que tu jouais. C’est pour ça que j’étais fâché… »
Warrick ne fut pas choqué, il était souvent tenté même s’il avait promis à son amant de ne plus le faire. Après tout, ce dernier connaissait bien le problème. Brass n’était pas, non plus, à l’abri d’une rechute, voilà pourquoi il évitait les bars.
« - Je n’étais qu’en tête-à-tête avec mon ex-femme. »
Jim rit, nerveusement, comme soulagé que Rick ne lui en veuille pas de ne pas lui avoir fait confiance.
« - C’est moins dangereux… Je sais que je n’ai rien à craindre d’elle.
- Ah oui, pourquoi ?
- Parce que je t’aime, moi. »
L’expert ne put résister plus longtemps et il serra l’homme contre lui. Il avait besoin de le retrouver physiquement. D’un coup, il se mit à pleurer. Jim resserra son étreinte autour de lui, lui murmurant des paroles de réconfort. Le policier se dit qu’ils faisaient une belle paire d’idiots à se faire du mal comme ça. Il embrassa le front de son amant puis descendit le long de son visage. Ils devaient apprendre à avoir confiance, en eux-mêmes et en leur couple. Un peu plus calme, Warrick soupira, soulagé. Ils se sourirent, encore un peu gênés. Avec lenteur, leurs mains se mirent en mouvement et, bientôt, ils firent tout leur possible pour oublier ce qui leur posait problème.

Sans surprise, l’expert n’eut plus aucune nouvelle de Tina. Pas qu’il s’en souciait réellement. Quand ils étaient mariés, il avait cru qu’il n’aimerait jamais autant quelqu’un. En étant avec Jim, il avait compris qu’il n’avait jamais vraiment été amoureux d’elle. Leur relation était parfois chaotique mais il savait que cela n’allait qu’en s’améliorant. Parce qu’ils s’aimaient tous les deux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gredoune.livejournal.com/
 
Mes drabbles CSI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CSI - Recueil de drabbles/Ficlets - Gil/Nick - G à PG
» drabbles en tout genre ^
» Drabbles for pleasure ^
» Mes drabbles Batlestar Galactica
» Tout foutre en l'air [Drabbles] (Castle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 5 : Les fics...Parce que la catharsis des unes fait le rêve des autres! :: L'effeuille-t-on ?-
Sauter vers: