fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les aventures de Maldamé la sorcière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mailine
Succube enluminée
avatar

Nombre de messages : 532
Date de naissance : 11/02/1991
Age : 26
Localisation : Dans des épis de blé
Emploi : Ad impossibilia nemo tenetur

MessageSujet: Les aventures de Maldamé la sorcière   Mer 1 Oct - 21:48

Voilà, des histoires de Maldamé, j'en ai quelques unes, et ça a semblé vous plaire, alors je vous en poste une nouvelle ici. J'en rajouterai à l'occasion, quand l'inspiration sera venue me visiter. Histoire que Maldamé puisse s'épancher un peu, même sans le savoir.

Les aventures de Maldamé la sorcière


I. Cauchemars

Maldamé.

Maldamé était une sorcière. Une de ces vieilles bourriques à la peau décrépie et au menton voltigeant. Une de celle avec une pustule sur le nez, et, des petits yeux de porc enfoncés dans leur orbite. Puis, pire encore, sous le nez crochu, un sourire à vous glacer les sangs. Une horreur. Une fente comme un tremblement de terre, un ouragan, une tempête durant la nuit noire. Une mer infestée de requins pourris, qui attendaient la mort en hurlant. La bouche de Maldamé, c’était le cauchemar des dentistes, des petits enfants et de Maldamé elle-même. C’est vous dire si ce petit quelque chose sous ses lèvres craquelées ne lui posait pas de sacrés problèmes.

Elle avait tenté, par tous les moyens, en passant par la bave de crapaud jusqu’à la baguette magique, de s’en défaire. Mais rien n’y fit. Elle restait là, immobile sur son visage, trônant comme ses trois cheveux sur le crâne.

Finalement, les histoires de sorcières, ce n’est pas réellement comme dans les contes. Elles ne brandissent pas leur chaudron au-dessus de la tête de pauvres princesses, ne font pas trébucher les rois et n’espionnent pas leur épouse. Une sorcière, c’est fragile. C’est tout craquelé à force de chevaucher un balai, et puis, à l’intérieur, sous la couche de crasse, il y a un petit truc qui fait de la peine. Une petite chose de rien du tout, qui les empêche de dormir la nuit. Un petit pois, comme celui de la princesse. Un petit rien dont tout le monde se fiche, sauf elle. Ce même petit machin qui les pousse à s’enfermer dans les plus petites cabanes, tout au fond des plus grandes forêts. Alors voilà, une sorcière, c’est une horrible femme avec un petit pois. Ca ne vaut même pas un cauchemar. Une sorcière, c’est un petit truc rabougri un peu trop triste, qu’on a laissé seul par une nuit d’hiver.

Maldamé, son petit pois, c’était sa bouche, et il faut bien vous dire qu’après tant d’années à essayer de s’en débarrasser, il ne lui restait plus qu’à pleurer. Toutes les larmes de son corps, le long de son nez crochu. Toutes les larmes de son corps, en cascade sur son horrible bouche. Ces mêmes larmes qui tombaient à pic, tout droit dans le cœur d’une rose. Une jolie petite fleur, plantée là par une gentille petite fée qui elle, n’avait pas un cauchemar à la place de la bouche. Vous vous doutez bien que ses lèvres à elle, c’était plus confortable que de la soie. Et puis zut. Au diable les fées, pensa Maldamé.

Les pleurs de la vieille sorcière redoublèrent alors d’intensité et elle plongea son visage dans le rosier. Elle n’en pouvait plus, c’était trop. Sa tête ne tenait même plus droite sur ses épaules. Elle pleura, pleura, des jours et des nuits entières. Puis, n’ayant plus une goutte à verser, elle releva son visage lacéré par les épines du rosier.

Plus de bouche, plus de fente horrible. Une petite tâche rose, comme un pétale, qui venait camoufler le petit pois de Maldamé. Une petite rose, juste sous le nez. Maldamé sourit, un instant oubliant son rôle de sorcière. Finalement, un petit pois teint en rose, ce n’est pas si mal, qu’elle songea. Comme quoi, il suffit de pas grand-chose, pour être content. On camoufle, on se sent mieux. On se jette un peu de poudre aux yeux.

Jusqu’à la prochaine fois.


II. Un petit bout de tempête

Le problème, avec les brins d’herbes, c’est que quand on n’y prend pas garde, ils se collent sur la peau et laissent leur empreinte. Parfois, quand on s’y est attardé trop longtemps, ça s’infecte et on garde de grandes plaques rouges sur le corps.

Maldamé, elle, ça lui était bien égal. La forêt, les trucs qui grattent, c’était son lot de sorcière. Elle n’avait rien demandé à personne, mais c’était la vie. Les feuilles mortes, les mottes de terre et les brindilles. Ca crissait sur le sol comme les rares dents qui jonchaient sa bouche, quand un truc l’énervait. Un truc comme les jolies petites fées et les princes charmants. Les rois et les reines. Un petit truc de ce genre.

Maldamé, elle, elle avait des soucis bien différents que de vivre heureuse et d’avoir beaucoup d’enfants. Son problème, c’était le vent qui soufflait sur sa cabane, tout au fond des bois. Le vent qui arrachait le toit et qui repartait comme il était venu, sans un bonjour, sans un au revoir. Il ne disait rien, il arrachait tout. Même les brins d’herbe avaient peurs de lui.

On pense souvent à tort que le vent est une sorte d’animal à la fourrure douce et soyeuse et qu’il vient se frotter gentiment à tout ce qui l’entoure. Le vent est violent. Maldamé avait sa petite idée là-dessus. C’est que, dans son grimoire à elle, le vent, il avait du en voir des vertes et des pas mûres. A force de porter les cris des princes qui recherchaient leur princesse disparue, le vent était devenu jaloux. Voilà tout. Tout le monde se fiche du vent, de toute façon. Tout le monde se fiche de Maldamé, de la forêt et des brins d’herbe.

Alors, le vent, il se vengeait. Il emportait, tous les soirs, à la tombée de la nuit, le toit de la cabane de Maldamé. Il faisait plier les arbres, il déchaînait les tempêtes sur les eaux calmes et terrorisaient les brins d’herbe. Pour qu’on lui offre quelque chose, pour qu’on ne s’en fiche pas, pour que, pour une fois, nom d’une gargouille, ce soit à lui qu’on murmure des mots doux.

Mais il n’y avait personne pour faire une telle chose. Personne. Alors Maldamé le regardait emporter son toit, mettre la forêt sans dessus dessous en faisant crisser ses quelques dents.

Puis, un soir, à la tombée de la nuit, alors que la rosée venait consoler les brins d’herbe épars, Maldamé abandonna sa cabane et partit les rejoindre. Là, ils attendirent le vent. Patiemment. Sans un souffle. La sorcière en avait des plaques rouges jusque sous les bras, mais elle s’en fichait. C’était son lot de sorcière, d’être affreuse. Ils attendirent longtemps. Toute la nuit.

Puis, enfin, le vent se présenta. Il voulut rugir sa colère, mais quand il aperçut cette horrible sorcière accroupie sur le sol pourrissant de la forêt, il n’osa pas. Il se sentit triste, un instant. Juste le moment d’un brin d’herbe, le temps d’une plaque rouge étalée sur son cœur.

Et puis, voilà que c’était trop tard. Voilà qu’il se grattait là où la nature avait fait son œuvre.

Alors, calmement, il s’assit à côté de Maldamé. Ils soulagèrent leur démangeaison ensemble, dans le silence de la forêt. Ensemble, sans un bruit.

Jusqu’à ce qu’elle disparaisse.


Dernière édition par Mailine le Dim 16 Nov - 22:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gred
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1330
Date de naissance : 16/08/1981
Age : 36
Emploi : Chasseuse de doudoux

MessageSujet: Re: Les aventures de Maldamé la sorcière   Mer 5 Nov - 21:56

... Mailine au risque de me répéter... Il faut absolument que tu publies tes oeuvres !! Et cette série sur Maldamé doit continuer. ^^

Citation :
Ca crissait sur le sol comme les rares dents qui jonchaient sa bouche, quand un truc l’énervait. Un truc comme les jolies petites fées et les princes charmants.

Déjà l'image des brindilles d'herbe, chapeau mais là, j'ai vraiment adoré ta comparaison entre les crissements de ce qui jonche le sol et les dents de la sorcière.
Je vois dans ma tête les images comme si c'était un dessin-animé/une animation. C'est une pure merveille.

Citation :
Maldamé, elle, elle avait des soucis bien différents que de vivre heureuse et d’avoir beaucoup d’enfants. Son problème, c’était le vent qui soufflait sur sa cabane, tout au fond des bois.

Les considérations pragmatiques/matérielles contre les sentimentales. Et là, c'est bigrement matériel et important, on en vient même à relativiser les petits problèmes de coeur. Maldamé n'a plus de toit ! Shit

Citation :
Le vent qui arrachait le toit et qui repartait comme il était venu, sans un bonjour, sans un au revoir.

Il est très malpoli ce vent >_<

Citation :
On pense souvent à tord que le vent est une sorte d’animal à la fourrure douce et soyeuse et qu’il vient se frotter gentiment à tout ce qui l’entoure.

Tiens, je n'y avais jamais pensé ! Mais maintenant... je le vois presque comme un chat qui viendrait se frotter à nous. ^^ *ronronne elle aussi*
(attention : à tort)

Citation :
A force de porter les cris des princes qui recherchaient leur princesse disparue, le vent était devenu jaloux. Voilà tout. Tout le monde se fiche du vent, de toute façon. Tout le monde se fiche de Maldamé, de la forêt et des brins d’herbe.

*a de nouveau une forte envie d'aller frapper les princes charmants et leurs princesses* Kill
Encore une fois, je vais me répéter mais les images que tu me mets en tête sont géniales ! ^^ *veut un dessin-animé de Maldamé*

Citation :
Pour qu’on lui offre quelque chose, pour qu’on ne s’en fiche pas, pour que, pour une fois, nom d’une gargouille, ce soit à lui qu’on murmure des mots doux.

*murmurera des mots doux au vent, la prochaine fois qu'il pointera le bout de son nez*

Citation :
Il se sentit triste, un instant. Juste le moment d’un brin d’herbe, le temps d’une plaque rouge étalée sur son cœur.

Oh, cette image ! *se sent toute triste aussi*

Citation :
Alors, calmement, il s’assit à côté de Maldamé. Ils soulagèrent leur démangeaison ensemble, dans le silence de la forêt. Ensemble, sans un bruit.

Jusqu’à ce qu’elle disparaisse.

Ta fin est juste parfaite ! Je l'adore. Je suis sous le charme de tout ton texte. Comme je te l'ai déjà dit, je ne sais pas trouver les bons mots pour expliquer ce que tes textes me font ressentir, comme un p'tit truc qui entre dans ma tête et qui y met un bazar joyeux. Et ta Maldamé, elle me donne envie de la chouchouter et de la contempler, de la regarder vivre et d'écouter ce qu'elle a à dire.

Mailine, si jamais tu as d'autres textes sur elle, je suis là, je les lis. ^^

*s'en va tout gaiement, après avoir fait un poutou doux sur la joue de la demoiselle*

(PS : attention, j'ai repéré deux petites fautes : "il voulut rugir" et "quand il aperçut")

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gredoune.livejournal.com/
Mailine
Succube enluminée
avatar

Nombre de messages : 532
Date de naissance : 11/02/1991
Age : 26
Localisation : Dans des épis de blé
Emploi : Ad impossibilia nemo tenetur

MessageSujet: Re: Les aventures de Maldamé la sorcière   Dim 16 Nov - 22:49

Oh ! Gred ! Je n'avais absolument pas vu ta review, d'où ma non-réponse ! Et voilà que je viens poster un petit chapitre supplémentaire, et que je vois ton mot !

^__________________________^

*toute heureuse*

Citation :
... Mailine au risque de me répéter... Il faut absolument que tu publies tes oeuvres !! Et cette série sur Maldamé doit continuer. ^^

Pour la publication, j'y songerai. ^^ Mais cette série continuera, parce que je me suis vraiment attachée à ce personnage. ^^ J'aime cette Maldamé !

Citation :
Il est très malpoli ce vent >_<

Totalement ! C'est qu'il est caractériel ! ^^

Citation :
*veut un dessin-animé de Maldamé*

Figure-toi que j'ai songé à demandé à quelqu'un d'en faire une bd. Le problème est que personne n'a jamais de temps pour ça, mais, promis, s'il y a des suites à cette idée, je posterai tout ici. ^^

Citation :
*murmurera des mots doux au vent, la prochaine fois qu'il pointera le bout de son nez*

Il ne faut jamais délaisser le vent. *murmure des mots doux au vent pour l'apaiser*

Citation :
Ta fin est juste parfaite ! Je l'adore. Je suis sous le charme de tout ton texte. Comme je te l'ai déjà dit, je ne sais pas trouver les bons mots pour expliquer ce que tes textes me font ressentir, comme un p'tit truc qui entre dans ma tête et qui y met un bazar joyeux. Et ta Maldamé, elle me donne envie de la chouchouter et de la contempler, de la regarder vivre et d'écouter ce qu'elle a à dire.

Ta review me fait réellement, énormément, mais alors là, énormément plaisir. Et que tu aimes Maldamé autant ! Alors là, je suis au comble du bonheur ! Parce que cette petite sorcière rabougrie, j'y suis réellement attachée comme je l'ai dit plus haut. Et le bazar joyeux ! Figure-toi que de les écrire, ça me cause tout un bazar joyeux à moi aussi. Alors, pouvoir passer ce sentiment, et que tu aimes autant cette sorcière ! Arg, je suis aux anges !

^________________________________^

*fait un énorme bisou à Gred, et même deux, et même plus !*

Et merci beaucoup pour la correction des fautes. ^^

Je poste un autre petit écrit sur Maldamé ce soir. ^^ Ecrit qui a été réalisé pour l'anniversaire de ma petite maman. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mailine
Succube enluminée
avatar

Nombre de messages : 532
Date de naissance : 11/02/1991
Age : 26
Localisation : Dans des épis de blé
Emploi : Ad impossibilia nemo tenetur

MessageSujet: Re: Les aventures de Maldamé la sorcière   Dim 16 Nov - 22:51

III. « Maman »

On parle du vent, on parle des tempêtes. De déserts, de sécheresses. On parle de l’horrible cauchemar de Maldamé, de ses mixtures immondes. On parle de sorcières, de maladies foudroyantes. On parle, on parle, on ne fait que ça. On ne sait jamais quand se taire. Les mots qu’il ne faut pas prononcer. Ceux-là même auxquels il ne faut pas songer. Ceux qu’il faut taire à jamais.

Maldamé ne parlait qu’au vent. Elle parlait en soupirant, sans syllabes, sans sons. Des mots incompréhensibles mais qui, une fois jetés dans l’air, prenaient tout leur sens. Elle caressait les brins d’herbe de ses mains, parlait par effleurements. Avec son corps de petite sorcière rabougrie. Maldamé parlait et pensait avec son nez crochu, ses mains griffues, son menton flottant au vent.

Maldamé faisait très attention. On peut parler d’horreurs à tout bout de champ. De vent, de tempêtes, de déserts, de sécheresses, de cauchemars, de sorcières et de maladies foudroyantes, mais il est un mot auquel une sorcière ne doit jamais songer. Un simple mot, deux syllabes. Un petit mot capable de faire apparaître un cœur dans la poitrine du plus horrible spécimen : « Maman ».

Alors Maldamé se taisait, colmatait les fissures avec ce qu’elle trouvait. Pas un son ne devait sortir au travers de ses quelques dents. Pas une pensée hors de sa tête brumeuse. Personne, pas même le vent et les brins d’herbe ne lui arracherait ce mot atroce.

Pourtant, le mot est tombé sans qu’elle n’y prenne garde. Un jour qu’elle frôlait les brins d’herbe et soupirait au vent. Le pire jour de sa vie. « Maman ». Le pire fléau pour une sorcière. « Maman » et toutes les digues se fissuraient, l’eau s’écoulait et le brouillard fumeux s’envolait.

Son cœur de sorcière se mit à battre. Fort et instable. Fragile. Personne ne pouvait plus rien faire pour Maldamé. S’en était finit d’elle. Finit les cauchemars. Finie, la sorcière. Maldamé n’était plus qu’une vieille décrépie. Une vieille qui sanglotait ce simple petit mot.

Puis, Maldamé se souvint des gâteaux de sa mère. Un fumet léger. Plus agréable que le vent, plus confortables que les brins d’herbe. Un trésor. Maldamé se rappela les miettes éparpillées sur le sol. Les miettes, comme un millier de petites étoiles. Les miettes qui vous chatouillent les doigts. Le sucre qui vous caresse la peau.

Et Maldamé se souvint, en silence. Effleurant, soupirant ce mot si tendre : « Maman ». Elle caressa sa poitrine, sentant battre son cœur. Elle ferma les yeux et se mura à nouveau dans le silence. Sans pensées. Sans bruit.
Et dans le silence, son cœur redevint inerte.

Certains mots sont capables des pires atrocités, d’autres, de la plus fabuleuse des douceurs.

Peut-être est-ce là la magie de toutes les sorcières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gred
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1330
Date de naissance : 16/08/1981
Age : 36
Emploi : Chasseuse de doudoux

MessageSujet: Re: Les aventures de Maldamé la sorcière   Dim 23 Nov - 16:30

Encore une fois ton texte est merveilleux. On s'attache à cette Maldamé et on est vraiment toute triste pour elle. Toute triste et pourtant on ressent sa joie au souvenir de sa mère et de ses gâteaux. ^^ Tu as vraiment une bonne plume, continue comme ça !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gredoune.livejournal.com/
Mailine
Succube enluminée
avatar

Nombre de messages : 532
Date de naissance : 11/02/1991
Age : 26
Localisation : Dans des épis de blé
Emploi : Ad impossibilia nemo tenetur

MessageSujet: Re: Les aventures de Maldamé la sorcière   Mar 30 Déc - 1:44

Voici donc, tadaaaam: le quatrième épisode !

IV. La louve

Le nez de Maldamé n’avait pas changé. Son horrible bouche hantait toujours les cauchemars des enfants. Son chapeau pointu trônait toujours au-dessus de ses trois cheveux. Maldamé était Maldamé avec un truc en plus. Ou en moins, peut-être.

C’est que tous ces souvenirs l’avaient bousculée. Maldamé avait horreur de ça, être bousculée. Chavirée par le vent, les tempêtes, sans toit, avec ses souvenirs, les mots, les brins d’herbe. Ca commençait à bien faire.

Mais il y a des choses contre lesquelles on ne peut pas lutter. Un autre petit mot, une autre horreur, deux syllabes, encore et toujours. Deux syllabes, la malédiction des sorcières. Deux syllabes, un sourcil, Jules. Jules, chef de meute. Empereur qui ne faillit jamais. Jules, le garde-chasse. Jules et seulement Jules.

Maldamé n’était plus pareille. Elle était devenue semblable à une louve partie en chasse pour nourrir les siens. La forêt, son chef, son homme. Son Jules.

Les histoires de sorcières, ce n’est pas comme les histoires de princesses. Il y a toujours un petit pois, quelque part. Un problème, un truc qui chatouille. Un machin qui nous empêche de dormir la nuit. Là, le petit pois, c’était la forêt. Le territoire, la terre mère de Jules. Sa raison de vivre.

Et Maldamé ? Jamais vue, jamais entendue. Qu’elle s’occupe de la forêt en secret, si ça lui fait plaisir, Jules s’en fichait, n’avait d’yeux que pour ses arbres, son monde.

Jules ne changerait pas. Il n’était l’homme de personne. Jules était Jules. Chef de meute. Garde-chasse. Sa terre, c’était la forêt. Jules, c’était juste un loup solitaire.

Alors, Maldamé s’était levée, et les deux syllabes avaient continué leur chemin. Jusqu’à son cœur de pierre. Elles resteraient là, comme deux énormes vagues. Deux torrents. Des millions de gouttes dans la tempête.

La malédiction ne s’était pas levée en même temps que la nouvelle Maldamé de ce matin. Le crapaud resterait crapaud. La sorcière resterait sorcière. Pas de place pour la louve.

Son cœur de pierre serait harassé à jamais. Soumis à l’érosion. Il n’en resterait plus qu’une fine plaque, trouée. Un peu détruite. Peut-être même qu’elle resterait là des millions d’année. Dans la forêt. Près de son Jules. Peut-être.

Peut-être qu’un jour, le vent le découvrirait. Il verrait un petit cœur inerte. Une petite pierre. Celle de Maldamé. Peut-être qu’il la caresserait. Parce que le vent aimait Maldamé. Le vent n’aimait plus qu’elle. Plus que les rafales. Plus que le tonnerre. Alors pour elle, il ferait les plus beaux éclats.

Ce jour-là, la forêt connut la neige, pour la première fois. Parce qu’au fond, le vent, lui, a besoin d’une louve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gred
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1330
Date de naissance : 16/08/1981
Age : 36
Emploi : Chasseuse de doudoux

MessageSujet: Re: Les aventures de Maldamé la sorcière   Sam 3 Jan - 18:18

Comme je te l'ai déjà dit sur ton lj, j'adore cette série. Continue parce que ton personnage est vraiment attachant ! Encore bravo !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gredoune.livejournal.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les aventures de Maldamé la sorcière   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les aventures de Maldamé la sorcière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les sorcières
» tuto sorcière
» [Collection] Romans d'Aventures / Gust. Aimard (La Bruyère)
» La Saga des sorcières Mayfair [Anne Rice]
» [Collection]Le Risque, aventures extraordinaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 5 : Les fics...Parce que la catharsis des unes fait le rêve des autres! :: Le coin des hérétiques-
Sauter vers: