fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Réveil cotonneux ^^, T-bag/Maytag pour Katsou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Réveil cotonneux ^^, T-bag/Maytag pour Katsou   Dim 4 Mai - 14:23

Petit one shot spécialement composé pour notre Katsounette, en particulier suite à notre dernière conversation.

A lire en mode sucette au miel, avec éventuellement un bon petit thé bien sucré. Réconfort garanti.
J'espère que ce petit morceau de tendresse te plaira... Angel




Le jour se levait sur Fox River. Les premières lueurs verdissaient l’herbe de la cour, voilées par quelques nuages et un rideau de bruine. A l’intérieur de l’aile A, les gardiens pouvaient apprécier un silence rare, à peine troublé de temps à autres par un ronflement ou un toussotement de détenu. John Abruzzi, le seigneur des lieux, se retournait dans son lit avec quelques grommellements de confort, ses longs cheveux en désordre et le caleçon de travers.

Derrière le drap blanc qui coupait douillettement la cellule 16 du reste du monde, seul l’un des deux occupants était déjà réveillé. Maytag était étendu sur la couchette du haut, tout près de son maître ; il le regardait dormir, retenant son souffle. C’était là le seul moment où il pouvait l’observer à loisir sans récolter un regard torve dissuasif ou une calotte agacée. Et ce n’était pas la peine de songer à lui faire savoir qu’il aimait scruter son visage émacié et les légers tics de ses lèvres lorsqu’il était concentré sur quelque chose. T-bag n’était pas exactement le genre à tomber sous le charme de son habileté à complimenter un minois et à défaire en douce un soutien-gorge… Aussi Maytag profitait-il de ces instants d’inconscience qui lui donnaient l’occasion d’être, pour une fois, celui qui maîtrisait la situation. Il aurait pu le planter ou l’égorger comme un porc. Il y avait songé les premières fois que T-bag lui avait fait passer la nuit à côté de lui, paralysé par la peur. Il ne le gardait à présent à l’esprit que pour mieux éprouver combien le sociopathe qu’il était lui faisait confiance. Jason s’en trouvait presque attendri en le voyant s’étirer paresseusement dans son sommeil, à sa merci, sa bouche perfide ne s’ouvrant plus que sur un souffle tranquille où parfois quelques demi-murmures inintelligibles remplaçaient les piques acérées de son vocabulaire châtié. Maytag aurait tout donné pour s’entendre appelé dans ses rêves de temps en temps…

Il attendait, essayant de prédire sous quels auspices s’annoncerait le réveil de son maître. Il ne fallait surtout pas prendre l’initiative ! S’il s’avisait de le toucher en traître, Theodore s’en trouvait toujours offensé et d’une certaine façon mortifié. En un instant, il était tout à fait réveillé et chassait les mains du garçon avec exaspération : on était parti pour une journée de mauvaise humeur… T-bag ne souffrait qu’une seule exception à cette règle tacite : être réveillé par la chaude et humide sensation de la bouche de Maytag autour d’une partie bien précise de son anatomie restait pour lui un vrai délice. Une telle surprise le rendait tout sucre et tout miel pour la matinée. Néanmoins, cela ne consistait nullement à essayer de se laisser flotter sur une vague de tendresse : une main ferme venait agripper son mohawk défait et il s’agissait alors du simple sexe habituel et parfaitement licite. Jason y cédait de temps à autres lorsqu’il se réveillait tout excité ou que le renflement du caleçon de Bagwell, associé à l’envie de lui témoigner reconnaissance ou désir, l’y appelait trop impérieusement. Le jeune homme préférait cependant les situations plus limites, plus extra-ordinaires… Qui l’eut cru, dans le monde de Fox River, ce que T-bag était susceptible de lui faire de douteux voire de blâmable, c’était précisément tout ce qui ne comportait pas une dose minimum de violence ! Après avoir réduit en petits morceaux la morale de l’extérieur, Jason se plaisait à essayer de transgresser celle de la prison et à entraîner le meneur blanc avec lui. Il ne pouvait y parvenir pratiquement qu’à son réveil, lorsque la lucidité et la pensée sont aussi ensuquées dans la torpeur que des guêpes dans du miel. Et encore, cela réclamait une bonne dose de chance. Il suffisait qu’il fasse trop chaud dans la cellule et que Bagwell étouffe dans des draps moites pour abandonner l’idée de faire quoi que ce soit de subtile de leurs corps. Il suffisait d’un rêve déplaisant, que Maytag devinait en le voyant remuer désagréablement dans son sommeil, pour que le garçonnet se retrouve poussé d’une bourrade hors de la couchette, inférieure ou supérieure…

Pourtant, certains matins, quand le sommeil de T-bag était lourd et paisible, son protégé se prenait à espérer… Lorsque ses yeux se plissaient et commençaient à papillonner, Jason laissait retomber ses paupières pour apparaître tout aussi ensommeillé et rêveur que lui. Bagwell lui en aurait voulu s’il s’était su observé et dévoré des yeux… Alors, parfois, le pédophile lui offrait l’esquisse d’un sourire assoupi dont il ne reverrait plus l’innocence de toute la journée. Parfois, il l’entourait d’un bras veule pour l’attirer directement à lui, et Maytag se complaisait au mouvement sans l’accompagner par trop de zèle. Un soupir d’aise lui échappait malgré tout lorsqu’il rencontrait le tee-shirt blanc tendu sur de la chair ferme et toute chaude. Lui était presque toujours entièrement nu – pourquoi auraient-ils partagé la même couchette la veille au soir si T-bag l’avait laissé habillé ? Encore une fois, les circonstances étaient vouées au déséquilibre. Néanmoins, cela lui permettait de ressentir à fleur de peau les caresses distraites qui suivaient. En quête de chaleur et de douceur pour terminer sa nuit, Bagwell parcourait son dos, ses bras et ses hanches, les mains abandonnées à une recherche primaire de contact agréable. Les caresses n’avaient pas pour but de lui procurer du bien-être, il le savait. Mais de manière un peu étonnante, leur aspect premier degré faisait frissonner Maytag et cambrait son échine. T-bag le caressait rarement pour rien. Il s’agissait soit de pulsions bestiales tout à fait conscientes et en général très localisées, soit de stratagèmes toujours plus ou moins destinés à lui montrer qu’il ne pouvait pas lutter contre lui. Le matin, les longs doigts de Bagwell n’avaient rien à prouver, et c’était ainsi que Maytag se sentait honnêtement apprécié.

_________________


Dernière édition par La Halfeline le Lun 19 Mai - 21:10, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Réveil cotonneux ^^, T-bag/Maytag pour Katsou   Dim 4 Mai - 14:23

De son côté, il se gardait bien d’enlacer T-bag. Le chef du clan le ramenait et parfois même le maintenait contre lui, mais c’était là un geste tutélaire, qui le protégeait d’avance de la journée qui s’annonçait. Son efficacité en était presque embarrassante, du reste. Ainsi calé sous son aile Jason aurait été prêt à affronter tous les hommes de main d’Abruzzi tant le sentiment de sécurité était complet. T-bag, en revanche, n’avait pas besoin d’être rassuré. Son cocon protecteur, il l’avait bâti en fédérant ses propres chiens de garde en une meute féroce et fidèle. Dès lors, ce qui lui manquait encore, c’était l’aspect doux et prévenant de la famille. Aussi Maytag répondait-il simplement aux caresses en glissant une main endormie sous le tee-shirt. Au bout d’un moment, il allait nicher sa tête dans le creux de son cou pour le taquiner de ses lèvres, du bout de sa langue et de ses petites dents avides mais tendres. Maytag excellait dans l’art de trouver le bon type de toucher pour chaque parcelle de peau près de la gorge et des oreilles, et Theodore se laissait faire et laissait entendre son plaisir par quelques souffles audibles. La bouche du garçon effleurait ainsi de diverses manières d’innocents recoins à la sensitivité insoupçonnée, ses ongles courts arrachant des frissons tout le long du flanc qu’ils dévalaient en le touchant à peine, un pouce s’autorisant éventuellement à ériger une petite éminence de chair à travers le tee-shirt en la frôlant avec une insistance faussement inconsciente. S’il s’appliquait, Maytag avait là de quoi faire pratiquement ronronner un T-bag lénifié par la somnolence.

Si Bagwell restait paisible et offert sous ses cajoleries, le garçon s’enhardissait, mordillait le bouc qui rendait son menton rugueux, suivait très prudemment la courte ligne de poils bruns comme il suivait plus fréquemment celle qui coulait de son nombril, et léchait tout doucement la petite tache de duvet qui soulignait sa lèvre inférieure. La première fois qu’il avait eu assez d’audace pour se hisser jusque là, Jason avait levé anxieusement de grandes prunelles bleu électrique, sentant son cœur battre contre la poitrine de T-bag, pour rencontrer un pâle sourire bienheureux mais déjà presque ironique et des yeux à peine entrouverts qui semblaient l’observer comme on nargue le chat coincé en haut de l’arbre. Il avait hésité un instant, son souffle chaud et troublé caressant déjà la bouche défendue. C’est l’insignifiance du mouvement qui avait mis leurs lèvres en contact, Maytag poursuivant ses légers baisers enfantins mêlés aux caresses enjôleuses du bout de sa langue. Il ne voulait pas avoir l’air de l’embrasser, de sauter un pas : il ne faisait que poursuivre ses gentillesses sur le corps de son maître, là comme ailleurs… Une seule chose trahissait qu’il venait d’y avoir transgression : Jason avait assuré son geste en prenant doucement au creux de sa main le renflement dur qui arrondissait le caleçon blanc sur le devant. Il indiquait par là : « Détends-toi, il ne s’agit que de te procurer des sensations agréables. Je n’ai pas d’autre prétention. ». Surtout, le jeune homme savait que rien n’était plus indicible que le tout premier contact jusqu’à l’orgasme, et le temps que Theodore goûte et gère la sensation, il avait déjà investi cette nouvelle parcelle de son corps et il était trop tard pour une éventuelle réaction violente. Il avait senti le souffle un peu précipité de T-bag contre la fossette au-dessus de ses lèvres, et il s’était alors produit une chose assez incroyable : l’extrémité de la langue vicieuse avait émergé, non pas pour glisser une perfidie, mais pour lécher lascivement la fine bouche du garçon et s’y introduire. Le souffle lui avait manqué, et il s’était senti rougir et frissonner de tous ses membres comme Bagwell prenait l’initiative de cette débauche secrète. En définitive, le leader suprémaciste s’abandonnait, mais faisait au moins semblant de maîtriser la décadence à laquelle il se laissait aller en embrassant son mignon. Sa langue était alanguie mais assurée tandis qu’elle visitait ce recoin qu’elle ne connaissait pas encore. Maytag accueillait sans répondre vraiment, pétrifié par la montée d’adrénaline qui échauffait son visage comme si quelque chose de grave était en train de se dérouler. Il avait senti les doigts légers de son maître frôler son échine et la courbure rebondie de ses fesses, et à son tour il avait étouffé un soupir et s’était laissé sombrer dans ce baiser incongru. Les deux langues impures et licencieuses s’étaient enfin rencontrées pour échanger des caresses de la dernière inconvenance. Les roulements languides du poignet de Maytag qui dorlotaient le sexe bandé de T-bag à travers le caleçon de prisonnier faisaient figures de signes de croix à côté des voluptés indues qui se perpétraient lentement un peu plus haut. Les bouches s’ouvraient, les dents mordaient doucement, les langues plongeaient, pénétraient, s’enfonçaient plus loin, les papilles se délectaient avec une retenue plus indécemment sensuelle que toute pulsion emportée.

Jason brûlait de prouver son talent en la matière mais, comme il se faisait un peu trop audacieux, Theodore l’avait repoussé d’une main encore assouplie par la douce torpeur qui le baignait. Le garçon avait obéi sans toutefois cacher sa déception, mais les doigts avaient appuyé sur sa poitrine jusqu’à le renverser sur le dos ; un mouvement conscient avait alors amené T-bag au-dessus de lui, le contact de son corps encore ensommeillé restant délicieusement lourd et étroit. Sa bouche avait été prise d’assaut à nouveau, investie par une progression exigeante qui avait occasionné une nouvelle poussée de fièvre au petit maytag. Il avait senti son front devenir un peu moite et ses narines exhaler un souffle court ; la pulsation de son érection était perceptible contre le ventre de Bagwell. Submergé par ce besoin familier d’être consommé tout cru par T-bag, il avait offert à l’invasion une réponse âpre et caressante, se demandant comment une chose pareille pouvait être en train de se produire. Il connaissait plus ou moins la réponse : lorsque le chef de l’Alliance goûtait son palais avec un certain délice ou se régalait de ses lèvres, c’était une nouvelle façon d’éprouver le mépris le plus profond qu’il avait pour tout ce qui se tenait au-delà du rideau blanc de leur cellule. Tout du moins méprisait-il tout ce que les autres détenus pourraient avoir à dire de sa conduite, quelle qu’en soit la teneur. Il était au-dessus des lois, des règles et des conventions tant qu’il ne s’agissait pas de celles qu’il établissait lui-même. Si un matin les circonstances lui donnaient envie d’expérimenter de nouveaux types de plaisirs, ce n’était certainement pas la morale étriquée de ces minables qui pourrait l’empêcher de pénétrer l’un des orifices de son adorable garçon d’une manière un peu romantique… Certes, certaines choses ne se faisaient pas en public si on voulait garder un tant soit peu de crédibilité ; il fallait jouer le jeu. Mais en acceptant d’être écarté du droit chemin jusqu’à le dévorer lentement de baisers purement voluptueux et dépravés, Bagwell montrait justement qu’il ne considérait cette étiquette comme rien de plus qu’un jeu. Il devait probablement prendre un certain plaisir à se prêter aux douceurs peccamineuses que Maytag avait à lui offrir. Ce n’était sans doute pas aussi satisfaisant que de le prendre comme un vulgaire animal en enfonçant les crocs dans son épaule pour taire toute forme de gémissement disgraciant, mais Jason était prêt à parier que cela avait à ses yeux un charme défendu désinhibant qui déchaînait toute la sensualité dont il pouvait faire preuve. Pour cela il bénissait trois fois la déontologie violente et mal dégrossie qui prétendait régir la prison. Il avait geint contre les lèvres de T-bag lorsque ce dernier avait bougé lentement ses hanches pour frotter son érection abandonnée contre son aine, entraînant le désir du jeune garçon dans cette lourde caresse. Le sociopathe s’était contenté d’un sourire complaisant où perçait une langue persifleuse qui n’avait pas tardé à s’enrouler autour de celle de Jason et, tandis qu’il reprenait ses mouvements lascifs, à se tortiller en tours et en détours aussi joueurs que lubriques dans la bouche du jeune détenu. Maytag avait protesté en frappant furieusement le matelas d’un pied et en contractant ses abdominaux pour accélérer franchement la friction de son bas-ventre contre le tee-shirt blanc. La tentative de Bagwell pour couper court à l’initiative avait comme manqué d’une certaine autorité :
- Stop it, lil’ girly… avait-il murmuré d’une voix étranglée pour la première fois depuis son réveil. Be a good boy or I’m gonna have to smack this pretty face o’ yours…
- Shut up and kiss me again, please… avait prié Jason en emprisonnant sans difficulté les jambes de son maître.
- MAYTAG ! Don’t ya fucking dare messin’ with me like th… ow… oww yesss go-on-go-on sweet pea… yeah just like this… hm-hm-hm...! That’s my bo…hooolly… GODDAMN… SHIT!!
Le reste s’était perdu dans la bouche gémissante de Maytag - T-bag détestait jurer... - comme un orgasme très doux mais bien plus long qu’à l’accoutumée les traversait.


Jason interrompit le flot de sa rêverie en voyant deux prunelles brunes s’ouvrir tout près de lui. T-bag le considérait d’un regard étonnamment concentré pour la position veule et cotonneuse de son corps, un bras nonchalamment jeté sur son front. Buchanan lui offrit un pâle sourire, se rapprochant imperceptiblement.
- I had a nice dream abou’ you, boy, déclara Theodore sans bouger.
- Really ? demanda Maytag, ému.
Bagwell déplia son bras et se rapprocha à son tour, son haleine chaude contre le visage de son mignon.
- Yes. You was aaall cuffed to the bars and I was ready to proceed to shakedown... expliqua-t-il en traçant avec application les courbes du garçon du bout de son doigt.
Maytag soupira. Au temps pour les gros bisous matinaux…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KatSou
Serpentine scintillante
avatar

Nombre de messages : 199
Date de naissance : 08/02/1985
Age : 32

MessageSujet: Re: Réveil cotonneux ^^, T-bag/Maytag pour Katsou   Mer 28 Mai - 1:51

Bon et bien, mes amis, puisque nous voici posés sur cette page, je propose que nous nous mettions à nos aises sur-le-champs!
Cousin, si tu quittes les culottes avant même le commentaire de la première phrase, je gage que nous auront droit ici à une joyeuse histoire en couleur qui n'est pas du ton de cette campagne.
Oh, croyez-m'en, que le ton y soit ou pas, vous serez surpassés par les ébats dominateurs d'un Theodore en rut, là-haut. Donc, ne soyez pas timides.
Frodon mon cher, c'est justement parce qu'un Theodore se fait tendrement violé de façon entendue, et que ce n'est absolument pas normal comme situation, que notre cher Pippin, ici présent, se proposait de jeter les culottes, histoire de rétablir la normalité.
Mais enfin, j'avais seulement parlé de se mettre à l'aise, pourquoi tout de suite...
Certes, je conçois ton point de vue, et il me semble tout à fait pertinent, mais jusqu'à quel point? Crois-tu que si Pippin se déshabillait, cela entraînerait un effet contrant l'anormalité d'un T-Bag affectueux...presque affectueux, annulant l'enchevêtrement de conséquences incompatibles à la réalité de la substance qui constitue d'ordinaire l'âme d'un pédophile-sociopathe-nécrophile-fasciste et tyrannique? Moi, je ne crois pas cela suffisant.
Il y aura forcément un effet, puisque Pippin parlait de se dévêtir de son propre chef, ce qui entre tout à fait dans le schéma de la monade hobbitienne, plus particulièrement la monade pippinienne. L'effet aurait été perverti si j'avais dû lui enlever les vêtements de force.
Plaît-il?
Oui, il est vrai, mais justement, un effet pervers ne peut-il s'annuler par l'intervention d'un autre effet tout aussi mal à propos?
Si l'on considère que toute substance est régie par une loi intérieure, il est fort probable que l'action d'un entourage éloigné n'est que peu de conséquences, finalement...
C'est bien ce que je craignais... Il faut donc saisir le problème de l'intérieur. Tu devras introduire ta langue dans la bouche de Pippin.
Si je veux, tout de même...
Pff, comme si c'était là le problème!
...En fait, il vaudrait mieux qu'il ne le veuille pas.
J'aimerais bien voir ça.
Moi aussi, tiens...
D'un point de vue substantiel, ce serait bien mieux. Auquel cas, les effets de la monade seraient faussés.
Je crois que la monade sera très déçue.
Moi aussi...
Non... A moins que Pippin ne veuille pas.
Oui, tu dis vrai. C'est nous qui allons être déçus.
Bah voyons...
*se regardent tour à tour en réfléchissant*
Bon, et si je forçais Pippin à me chanter l'hymne nationale de la Cité Blanche pendant que je le déshabille de force et que je l'embrasse?
Tu n'oserais pas?!
En temps normal, non. C'est pour ça que je le propose. Il faut un effet pervers.
Tudieu...
Hum... Je ne sais pas. Il faudrait alors qu'il revêtisse ses effet de soldat.
Par tous les Valars!
As-tu seulement essayé de déshabiller de force un soldat en armure?!
C'est faisable...
Tu n'en sais rien, tu n'as... Comment peux-tu le savoir??
...
Bon, c'est pas le tout mais nous sommes ici pour un commentaire.
Tu n'as pas répondu à ma question!
Non, on s'en ramone de ta question... KatSou?

*les trois Hobbits se tournent alors vers la KatSou, allongée paresseusement sur l'herbe, entrain de jouer aux morpions*
... hum?
Tu as l'air un peu absente.
Ah? Non, je sais seulement que lorsque je commence une review, je dois laisser la tornade multicolore se déchaîner dans l'absurde. Alors j'étale le plaid pour le pique-nique et je vous laisser un peu gambader. Mais allez-y, hein, je m'occupe. Prévenez-moi quand vous aurez terminé.
On a terminé!
Ah non, je dois te violer, tu te souviens?
Je n'ai pas mon armure, alors on verra tout ça plus tard, tu veux bien?
Zut.
...

Bon, ma chère petite Half, je te l'ai déjà dit (heureusement sinon tu aurais attendu longtemps avant de le savoir), j'ai vraiment beaucoup aimé ce petit texte. ^^
Nous aussi!
Non, vous, vous vous taisez.
Ah.
Merci.

C'est parti!!
Pour commencer, on a droit à un beau craquage de slip, là, avec cette histoire de caleçon de travers! Comment oses-tu me titiller de la sorte avec mon Brubruz grommelant comme un ours, tout l'attirail en vrac, sans qu'il se passe la moindre chose avec le Titou!? C'est absolument révoltant! Oui mam'zelle! ... Mais bon, tut à fait entre nous, des images du Brubruz comme celle-ci, autant que tu veux! Mr. Green
Bref, une jolie entrée en matière qui avait tout pour me mettre en appétit devant mes tartines à la confiture de figues! ^_____^

Citation :
Maytag était étendu sur la couchette du haut, tout près de son maître ; il le regardait dormir, retenant son souffle.
*piaule comme un oisillon qui attend que tombe la becquée*
Voyez toute cette douceur qui s'annonce... Pouvez-vous seulement imaginer du fluffyness pur grain muché sous un coin d'oreiller de T-Bag?
Non.
Et pourtant, Half l'a fait!
-__-" -__-"
Moi aussi, j'aime beaucoup regarder Merry dans son sommeil, surtout quand il remue les orteils et qu'il murmure en souriant à demi : "Arrête avec ta langue, ça chatouille."
*devient rouge babibel* Mais... Enfin! Je rêvais du chat de tante Eglantine qui me mordillait les doigts de pieds, le matin!
Ah oui? C'est curieux, il ne me l'a jamais fait, à moi...
Hem... *sourit poliment devant le forum* On est pas sortis du bois, mes amis. ^^

Citation :
C’était là le seul moment où il pouvait l’observer à loisir sans récolter un regard torve dissuasif ou une calotte agacée.
Mon Dieu, oui! Shocked Je n'ose imaginer ce qu'il adviendrait du pauvre fou qui s'aventurerait à dévisager T-Bag de la sorte dans sa pleine conscience!... J'imagine qu'on trouverait la réponse éparpillée dans les poubelles de Fox River. Confused
C'est moche!
Très!
Pas nécéssairement. Scofield le fait bien, lui, avec ses petits yeux graves et plissés...
*ballonne Pippin avec ses mains* Ne viens pas troubler la sérénité de ce merveilleux texte!
*regarde son Frodon d'un air suspicieux*

Citation :
Aussi Maytag profitait-il de ces instants d’inconscience qui lui donnaient l’occasion d’être, pour une fois, celui qui maîtrisait la situation. Il aurait pu le planter ou l’égorger comme un porc. Il y avait songé les premières fois que T-bag lui avait fait passer la nuit à côté de lui, paralysé par la peur. Il ne le gardait à présent à l’esprit que pour mieux éprouver combien le sociopathe qu’il était lui faisait confiance.
Longue citation, mais je ne pouvais la tronquer sans dénaturer l'idée que tu as transcrite ici, et que j'applaudis pour m'être moi-même souvent poser la question de savoir ce qu'un pauvre petit giton soumis, prisonnier entre les barreaux de la cellule et les griffes de Bagwell (ou moi-même, dans ce même contexte) pouvait bien penser dans ces moments de vulnérabilité. Encore une illustration des talents du sociopathe pour persuader combien sa présence devient indispensable à la survie de ses mignons, une fois ramenés dans ses filets!

Citation :
Jason s’en trouvait presque attendri en le voyant s’étirer paresseusement dans son sommeil, à sa merci, sa bouche perfide ne s’ouvrant plus que sur un souffle tranquille où parfois quelques demi-murmures inintelligibles remplaçaient les piques acérées de son vocabulaire châtié. Maytag aurait tout donné pour s’entendre appelé dans ses rêves de temps en temps…
*soupire comme une pucelle devant un poster de Hugh Grant* ^__________^
Encore une très belle description... *ronronne*
... Mais dis-moi, elle cite toutes les phrases du texte?
Il semblerait...
Ah... Ca risque d'être très long!
Oui, c'est probable.
... On aurait peut-être dû réduire nos pasquinades!
On aurait dû...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KatSou
Serpentine scintillante
avatar

Nombre de messages : 199
Date de naissance : 08/02/1985
Age : 32

MessageSujet: Re: Réveil cotonneux ^^, T-bag/Maytag pour Katsou   Mer 28 Mai - 1:52

Citation :
En un instant, il était tout à fait réveillé et chassait les mains du garçon avec exaspération : on était parti pour une journée de mauvaise humeur…
Lol! Teddy-Bear, version grumph (par "grumph", tu reconnaîtras, bien évidemment, l'onomatopée du grognement de l'ours ronchon)! Mr. Green

Citation :
Qui l’eut cru, dans le monde de Fox River, ce que T-bag était susceptible de lui faire de douteux voire de blâmable, c’était précisément tout ce qui ne comportait pas une dose minimum de violence !
Aha! Cette phrase et celles qui suivent me font saluer toute l'exactitude de ta vision des codes sociaux qui régissent le milieu carcéral! Si la communauté civile réprouve la violence comme un acte immoral sortant des schèmes de la décence et du respect pacifique, la prison se fédère sous des lois "miroirs", qui contrastent avec l'extérieur, comme une vue en négatif de la société libre. J'ai vraiment tilté sur le résumé efficace que tu as fait par cette simple phrase. ^^ C'est une analyse très pertinente des relations humaines qui évoluent selon le contexte, et je n'y avais pas encore posé de mots.

Citation :
Après avoir réduit en petits morceaux la morale de l’extérieur, Jason se plaisait à essayer de transgresser celle de la prison et à entraîner le meneur blanc avec lui.
Mr. Green J'l'aime bien, ce p'tit gars! Entre ce petit texte et "Entre", je réalise qu'il tient plus souvent les rênes qu'il ne le devrait. J'l'aime bien, ce p'tit gars, avec son sourire de blanc-bec et son air de ne pas y toucher! Mr. Green

Citation :
lorsque la lucidité et la pensée sont aussi ensuquées dans la torpeur que des guêpes dans du miel.
J'aime beaucoup cette image! J'y retrouve parfaitement mes pensées du matin, se débattant dans un nectar de somnolence un peu épais, quand je cherche l'interrupteur de la cuisine ou le pot de confiture à l'aveuglette! Razz

Citation :
Il suffisait d’un rêve déplaisant, que Maytag devinait en le voyant remuer désagréablement dans son sommeil, pour que le garçonnet se retrouve poussé d’une bourrade hors de la couchette, inférieure ou supérieure…
Roooh... Pauvre petite chose! Shit *n'ose pas dire qu'elle a tout d'abord ri en imaginant le petit mignon se faire éjecter sèchement de la couchette du haut pour avoir tenter une approche ronronnante, avant de s'apitoyer sur la petite moue de chaton perdu qu'il devait afficher une fois au sol*

Citation :
Alors, parfois, le pédophile lui offrait l’esquisse d’un sourire assoupi dont il ne reverrait plus l’innocence de toute la journée.
O_o
...

*se répand comme une flaque misérable sur le sol* ooOooOOooooOooOOoOoOOooOO
Bon sang, Half, tu abuses sans aucune pitié de ton talent littéraire! ^^ Tu es insupportable!... D'ailleurs, c'est tout ce paragraphe qui est insupportable! Tant de douceurs alanguies au creux d'une cellule, c'est à vouloir courir nue dans les prairies en criant qu'il y a tant de beautés en ce monde que c'en est insupportable! Parfaitement! Tu imagines un texte pareil au réveil, devant un bon chocolat (je ne prends pas de thé le matin ^^) et des tartines, alors qu'un soleil timide chatouille les fenêtres et que les zozios gazouillent à tue-tête, herbes et vaches se font des couettes... hum... *éteint son lecteur mp3* Bref, c'est merveilleux! Mr.Red *remet son lecteur mp3*

Citation :
Le chef du clan le ramenait et parfois même le maintenait contre lui, mais c’était là un geste tutélaire, qui le protégeait d’avance de la journée qui s’annonçait.
^.^ Il n'empêche qu'au mépris de la tendresse affectueuse, ce petit geste n'était pas si nécéssaire pour rappeler à Maytag qu'il demeure sous sa protection. C'est bon Teddy, arrête les pirouettes hiérarchiques, on le sait que toi aussi tu as besoin de câlins! Razz
ours

Citation :
Ainsi calé sous son aile Jason aurait été prêt à affronter tous les hommes de main d’Abruzzi tant le sentiment de sécurité était complet.
*imagine le petit Jason débouler comme une furie sur la cohorte mafieuse, essayant d'attaquer avec rage le mur humain qui entoure Abruzzi à la petite cuiller, et le Condottiere de hausser vaguement un sourcil, en parfaite incompréhension*
Ah ui ui, l'amour du Theodore donne des ailes!

A partir de là s'enclenche un mécanisme qu'il m'est dur de citer sans avoir l'air d'une godiche capable d'une seule réaction intelligible : Hiiiiiiiiiiiiiiiii!! Tu fais monter l'envie et l'audace en rendant Maytag maître du désir, ce qui n'est pas très habituel, mais ô combien appréciable! ... Mais non! "Appréciable", quel mot barbant! Delectable irait mieux, surtout que notre cher Theodore ne cache pas son enthousiasme, et du coup, nous non plus. Mr.Red De la douceur, de l'hésitation, un filet de provocation (mon mets préféré, je l'avoue Mr. Green ), tout ce qu'il faut pour savourer intimement cet instant secret! En réalité, ma chère, j'aurais réellement pu citer tout le texte et te faire l'éloge de tes intuitions, tes visions, tes descriptions, ou tout simplement de la beauté de ton écriture, mais non sans me répéter, alors je le dis ici une bonne fois pour toutes : tu m'as encore scié le sifflet! Cette constatation n'est pas une surprise en soi, c'est le fil de tes mots et le chemin qu'il prend qui me surprend toujours. Tu me surprends, et ce n'est pas surprenant parce que je suis toujours surprise... Enfin, je pense que tu as saisi l'idée!

KatSou, ma chère, à tout ceci, nous aimerions objecter un point important!
Oh! J'étais justement entrain de me dire que je n'avais point vu de couleur depuis trop longtemps. ^^ Mais allez-y, faites donc.
Merci. Voici donc le problème :
Citation :
l’extrémité de la langue vicieuse avait émergé, non pas pour glisser une perfidie, mais pour lécher lascivement la fine bouche du garçon et s’y introduire.
Je relève encore un chamboulement dans la monade! T-Bag n'embrasse pas.
Il est vrai! Je confirme! Ce lèchement de museau ne devrait pas être!
Ah.
Parfaitement, et pourtant, il est.
Certainement, mon cher Frodon. Il en résulte un effet non attendu de la monade...
...Qui risque de se répercuter sur l'ensemble du monde...
... Et bouleverser tout l'entendement du commun des mortels.
Pour un bisou?
Tout à fait!
A n'en point douter.
Nom d'un petit pois bleu!
Exact! Les petits pois pourraient bien devenir bleu.
Et Benoit XVI pourrait bien devenir une rock star.
Merde.
*les deux Hobbits approuvent gravement*
Peut-être que Pippin porterait des robes?
Tu veux rire? Il ne ferait rien qui puisse me faciliter la tâche le soir... Voilà qui prouve à quel point ces histoires de monade sont stupides.
*arrive alors le petit Pippin en petite robe jaune et froufrouteuse, soigneusement plissée sur les rebords et sur le col, le sourire radieux*
[Shocked] [Shocked] [Shocked]
...

...

... Non, mais ça ne veut rien dire ça, il en portait parfois, quand il était gosse.


Dernière édition par KatSou le Mer 28 Mai - 2:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KatSou
Serpentine scintillante
avatar

Nombre de messages : 199
Date de naissance : 08/02/1985
Age : 32

MessageSujet: Re: Réveil cotonneux ^^, T-bag/Maytag pour Katsou   Mer 28 Mai - 2:06

... *revient honteusement sur le forum, les mains derrière le dos, la tête basse*

J'aurais presque envie de m'excuser pour ce monstrueux craquage de pantalon du dessus. Je ne voulais pas restreindre mes petits hobbits de poche, mais là j'admets avoir été un peu trop souple. Même le forum n'a pas supporté le poids de la review que j'ai dû tronquer.
Je tenais à préciser que la légèreté dont je fais preuve ne déprécie en rien la qualité de ton texte et le plaisir que j'ai eu à le lire. ^^

*prend son petit air à la Frédo*
Merci.

...

N'empêche que si Monade était un livre...
Non, non!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Réveil cotonneux ^^, T-bag/Maytag pour Katsou   Mar 10 Juin - 19:47

cherry WOUHOUUU!!! cherry

Les examens sont bel et bien terminés, le dernier DM de Philo posté, les paperasseries d'urgences à peu près réglées, le merveilleux fanart commandé à la grande Khala-bénie-soit-elle achevé, les tifs en mode été, et même la mère est rentrée Shocked . C'est le temps de la floraison des heures et des libertés! Toutes mes petites contraintes agaçantes et urgentes derrière moi, je prends enfin le temps de répondre à cette charmante review que tu avais pris la peine de me faire, ma chère Katsou. Prochaine étape: le scannage du web afin de tenter d'organiser des vacances à Dumfries pour aller voir Billy. Je pense que tu en es toujours? Smile


*commence par battre stupidement des mains en voyant l'arc-en-ciel de tournures élégamment vieillottes et de taquineries primesautières* C'est à chaque fois un plaisir, il faut le dire! ^^

Citation :
Frodon mon cher, c'est justement parce qu'un Theodore se fait tendrement violé de façon entendue,
Si peu, si peu... ^_________________^''''

Citation :
Crois-tu que si Pippin se déshabillait, cela entraînerait un effet contrant l'anormalité d'un T-Bag affectueux...presque affectueux, annulant l'enchevêtrement de conséquences incompatibles à la réalité de la substance qui constitue d'ordinaire l'âme d'un pédophile-sociopathe-nécrophile-fasciste et tyrannique?
Me tromperais-je ou le concept de base de "La véritable fin de Prison Break" aurait séduit ta délicieuse tendance à la malice? Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Pour ta peine, tu auras très certainement la suite dans deux jours. J'espère que tu es contente! *air stupide et particulièrement exaspérant*

Citation :
As-tu seulement essayé de déshabiller de force un soldat en armure?!
C'est faisable...
Tu n'en sais rien, tu n'as... Comment peux-tu le savoir??
...
Me re-tromperais-je ou ton Frofro semblerait avoir forniqué avec un joyeux panel de personnages lors de l'aventure de l'anneau? ^^'

Citation :
Comment oses-tu me titiller de la sorte avec mon Brubruz grommelant comme un ours, tout l'attirail en vrac, sans qu'il se passe la moindre chose avec le Titou!? C'est absolument révoltant!
Certes, certes, je conçois... ^^' Eh, mais c'est qu'il faut choisir entre un T-bag frémissant de défi et d'excitation face à la très charismatique stature de notre Brubruzz et de sa barbe mal rasée du réveil, et un T-bag se compromettant dans une tendresse d'étudiant avec son petit Tagounet tout-doux-tout-chaud-tout-calinou-teddy. Les deux me semblent difficilement compatibles.
*image mentale très fortement perturbante de Theodore endormi, un Maytag décoiffé dans ses bras et un Abruzzi barbu du matin le spoonant confortablement de l'autre côté, le mafieux et le mignon se fixant en chiens de faïence et attrapant autant de Teddy que possible*
Oh mon Dieu.

Citation :
Mais bon, tut à fait entre nous, des images du Brubruz comme celle-ci, autant que tu veux!
C'est noté, je penserai à toi si j'ai quelques ouvertures. La suite de la Véritable Fin devrait définitivement te faire glousser comme une vraie midinette à un certain moment. Mr. Green <= contente d'elle

Citation :
Pas nécéssairement. Scofield le fait bien, lui, avec ses petits yeux graves et plissés.
Oui mais Scofield c'est pas pareil: ça l'excite quand son Pretty le dévisage avec désapprobation. ^^'

Citation :
Encore une illustration des talents du sociopathe pour persuader combien sa présence devient indispensable à la survie de ses mignons, une fois ramenés dans ses filets!
Certes. Khala a écrit un petit texte intéressant là-dessus où la conclusion est que Maytag ne peut pas trahir la confiance de T-bag, parce que c'est précisément tout ce qu'il possède.

Citation :
J'l'aime bien, ce p'tit gars! Entre ce petit texte et "Entre", je réalise qu'il tient plus souvent les rênes qu'il ne le devrait. J'l'aime bien, ce p'tit gars
Aaaaah tant mieux tant mieux... C'est ce qui fait tout l'intérêt de Maytag, finalement. L'épisode en lui-même sous-entend qu'il tenait plus les rênes qu'il n'aurait dû, vu la réaction que sa mort suscite chez T-bag. J'adore le manier, parce que c'est proprement comme danser sur un fil de funambule, et je ne dis pas ça pour faire de la poésie éthérée. Que ce soit lors de la scène de Entre ou, avec un moindre enjeu, lors de celle-ci, je dois suivre Maytag sur le fil du rasoir. Lui tâte les limites et donne de petits coups insolents mais précautionneusement considérés dans la paroi. S'il n'offre pas de défi, il se trouve relégué au rang de mignon aussi inintéressant que les autres; s'il outrepasse trop ou mal les limites, en particulier en ne choisissant pas le bon moment, il s'en mange une sévère. Parallèlement moi je m'amuse à mettre en contact les deux personnages pour que l'interaction ait de l'intérêt sans sortir de la crédibilité. Si je ne laisse entrevoir aucune faiblesse, affleurer aucun attachement sous-jacent, alors on se retrouve avec les aventures d'un bourreau et d'un pauvre gamin impuissant émettant des petits "Seth" plaintifs, ce dont, à mon humble avis, on fait assez rapidement le tour et sans en tirer spécialement de plaisir (en tout cas en ce qui me concerne); si je me mets à les enrubanner dans du sirop, des étreintes câlines en plein milieu de la journée et des déclarations d'amour premier degré, j'espère bien me retrouver au gibet pour in-charactérisme caractérisé! Voilà pourquoi le personnage de Maytag me fait tellement prendre mon pied quand j'écris: on chemine tous les deux en parrallèle sur deux plans différents. Smile

Citation :
*n'ose pas dire qu'elle a tout d'abord ri en imaginant le petit mignon se faire éjecter sèchement de la couchette du haut pour avoir tenter une approche ronronnante, avant de s'apitoyer sur la petite moue de chaton perdu qu'il devait afficher une fois au sol*
Oh mon Dieu, Katsou, ta tendance au sadisme avec les persos que tu affectionnes ne s'arrange décidément pas! C'est honteux de m'avoir donné cette image de Tagounet se nichant douillettement contre la poitrine de T-bag en lançant un petit "Brrr brrr!" quémandeur avant de finir par terre avec un air de chaton étourdi. C'est trop pour le peu d'instinct maternel que je possède! *enveloppe Maytag dans une grande serviette chaude et lui colle un biberon de lait dans la bouche*

Sur ce, je t'envoie déjà ces quelques petits mots d'enthousiasme, et tâcherai de finir ma réponse demain soir.

Grosse léchouille la miss!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Réveil cotonneux ^^, T-bag/Maytag pour Katsou   Jeu 12 Juin - 13:47

Citation :
ooOooOOooooOooOOoOoOOooOO
Roooh joli et très expressif, je dois dire!

Citation :
Tu es insupportable!... D'ailleurs, c'est tout ce paragraphe qui est insupportable! Tant de douceurs alanguies au creux d'une cellule, c'est à vouloir courir nue dans les prairies en criant qu'il y a tant de beautés en ce monde que c'en est insupportable! Parfaitement!
Si tu voulais me culpabiliser, c'est raté! Une réaction pareille valait bien un peu de tendresse taularde contre-nature! Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green <= très fière d'elle

Citation :
C'est bon Teddy, arrête les pirouettes hiérarchiques, on le sait que toi aussi tu as besoin de câlins!
Ah ah! J'adore... Mr.Red On ne peut rien te cacher, ma Katsou! ^^

Citation :
*imagine le petit Jason débouler comme une furie sur la cohorte mafieuse, essayant d'attaquer avec rage le mur humain qui entoure Abruzzi à la petite cuiller, et le Condottiere de hausser vaguement un sourcil, en parfaite incompréhension*
Mouahaha, merci pour cette image que j'ai pu me figurer sans problème! Mr. Green

Citation :
Delectable irait mieux, surtout que notre cher Theodore ne cache pas son enthousiasme, et du coup, nous non plus.
Oui, je pense qu'intérieurement T-bag doit être flatté et content qu'on lui témoigne du désir, même s'il ne laisserait jamais la chose s'exprimer de manière trop libre. Comme le dit Knepper (maudit soit-il) "T-bag is all about: if you love me, I will love you back". C'est un des paradoxes du perso dont je voulais lui parler (grrrr rancoeur et amertume!). En tant que violeur on pourrait s'attendre à ce que T-bag tire du plaisir du fait d'imposer du sexe à des individus qui ne le désirent pas. Mais on se rend compte que les quelques personnes qui lui portaient de l'affection ont pris une importance extrême sinon excessive pour son équilibre: la mort de Maytag le bouleverse et le déplace jusqu'à l'infirmerie, celle de son cousin Jimmy le fait presque sangloter (étonnant quand même!), et la perte de Susan le réduit à l'état de petit garçon rejeté. Imposer sa paternité tordue aux jeunes détenus, c'est un peu une manière désespérée et consciemment aigrie de forcer un rapport... pas d'affection, mais de dépendance et d'acceptation du contact. Du reste, il est finalement si peu aimé sans rapport de contrainte que le peu qu'il a lui est une victoire précieuse.

... Hem. Toute cette tirade pour dire que même Teddy *attrape un micro et court dans le vent*
Il a besoin d'amûûûûr
Il a besoin d'amûûûûr
Besoin d'un amour XXeeeeel


*se fait écraser sous un polochon par son Pippin*

Laughing

Citation :
c'est le fil de tes mots et le chemin qu'il prend qui me surprend toujours.
Ooow, merci ma Kats ça me touche vraiment! Merci pour tous ces adorables compliments toujours aussi délectables venant de tes petites patounes.

Citation :
Il est vrai! Je confirme! Ce lèchement de museau ne devrait pas être!
Oooh! Lèchement de museau, c'est mimi! ^^

Citation :

Il en résulte un effet non attendu de la monade...
...Qui risque de se répercuter sur l'ensemble du monde...
... Et bouleverser tout l'entendement du commun des mortels.
Pour un bisou?
Tout à fait!
J'approuve!

Citation :
*arrive alors le petit Pippin en petite robe jaune et froufrouteuse, soigneusement plissée sur les rebords et sur le col, le sourire radieux*
[Shocked] [Shocked] [Shocked]
...

...

... Non, mais ça ne veut rien dire ça, il en portait parfois, quand il était gosse.
*pouffe de rire comme une petite souris caféïnomane* Ah la la j'ai tellement gloussé sur cette conclusion, et en particulier sur la phrase finale qui tombe comme la plus admirable chute qu'on ait jamais vue, que je l'ai racontée au Marc. J'ai très bien palpé ce silence embarassé, et le ton un peu ennuyé et légèrement de mauvaise foi de Merry. ;D Et que dire de la beauté de Pip en robe jaune? Je ne m'en sens plus d'admiration! Mr. Green

Ainsi, n'aies aucune crainte ma chère! J'ai largement profité de tes petits craquages culottés sans m'en trouver un seul instant "vexée", agacée ou quoi que ce soit d'autre qui ait pu traverser les circonvolutions tortueuses de ton cerveau malade.

Citation :
N'empêche que si Monade était un livre...
Non, non!
Aaarghl! Mr.Red

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réveil cotonneux ^^, T-bag/Maytag pour Katsou   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réveil cotonneux ^^, T-bag/Maytag pour Katsou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [INFO] Changer de sonnerie pour l'alarme (le réveil)
» [AIDE] [HD2] Comment mettre uen musique pour le réveil
» [TUTO ]Ajouter des sonneries pour les SMS et Réveil
» [SOFT] ROCKCLOCK : Un vrai réveil lumineux pour votre HTC (Portrait/Paysage) [Gratuit]
» [SOFT] G-ALARM : Excellent réveil venant de WM porté sous Android [Beta-Expire le 20 Janvier]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 5 : Les fics...Parce que la catharsis des unes fait le rêve des autres! :: L'effeuille-t-on ?-
Sauter vers: