fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Nuit blanche - DomBilly - PG-13

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gred
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1330
Date de naissance : 16/08/1981
Age : 35
Emploi : Chasseuse de doudoux

MessageSujet: Nuit blanche - DomBilly - PG-13   Lun 11 Fév - 22:46

Oui, vous n'avez pas la berlue, c'est bien une petite fic dombillienne! ^^

J'avais écrit cette fic pendant les vacances d'été, après le départ de KatSou et Half. En effet, entendre les deux louloutes et Titef discuter dans le noir, comme pour reculer le moment de la séparation, m'a donnée cette idée.

Half me l'a gentiment corrigée.
____________________________________________________________
Nuit blanche

La chambre était plongée dans le noir. Un chuchotement rompit le silence. Billy sourit. Dom lui racontait des bêtises au creux de l’oreille, des choses sans queue ni tête, des informations sans importance. Mais pour lui, tout était bon pour reculer.

Le départ. Billy repartait le lendemain. Il n’avait réussi à se libérer que pour une courte semaine. Retrouver Dom sur son île.

C’était maintenant la veille de son départ et, comme à chaque fois, Monaghan repoussait le sommeil.

Ils se couchaient tôt pour pouvoir se lever tôt, sans être trop pâteux et être à l’heure à l’aéroport. Et là, tout commençait.

Des caresses. Des baisers. Dom lui parlait, le convainquait de rester éveillé avec des mots, des gestes. Ils faisaient l’amour. Des baisers. Des caresses. Ils recommençaient.

Repus, ils s’enlaçaient, écoutant le rythme de leur respiration. Billy, les yeux fermés, s’apprêtait à s’endormir. Mais, alors, Dom recommençait. Des mots et des caresses. Tout pour ne pas s’endormir et ne pas se réveiller en ayant perdu des heures précieuses.

Billy souriait toujours. Il l’écoutait, prêt à s’assoupir. Il s’accrochait tout de même, son amant ne le laissant pas faire. Il avait pourtant très envie de fermer les yeux et de se laisser aller. Même s’il comprenait Dominic, il aurait voulu se reposer. Il soupira, pourtant toujours attentif aux paroles de son meilleur ami.

Ils riaient des blagues idiotes du blond, ils caressaient leurs peaux, provoquant des frissons, ils s’embrassaient lentement et longuement. Billy gémit en sentant les doigts de son compagnon effleurer un mamelon puis le torturer doucement. Ils s’embrassèrent plus passionnément, puis se séparèrent, tremblants.

L’Écossais, une oreille sur le torse de l’autre homme, ressentait les battements du cœur de Monaghan se mélangeant à ceux de son propre pouls et promenait le bout de ses doigts sur le bras de son amant. Il redressa la tête vers Dominic, posant son menton sur sa poitrine pour lui parler. Il fronça les sourcils. La respiration lente du blond et son immobilité lui indiquèrent qu’il s’était endormi.

Sans geste brusque, Billy se coucha correctement. Il se cala confortablement sous les draps. Enfin, il pourrait dormir. Il ferma les yeux, satisfait, prêt à se laisser aller dans une douce torpeur.

Quelques minutes après, il se retourna, changeant de position. Le quart d’heure qui suivit, il n’arrêta pas de bouger, n’arrivant pas à trouver une manière commode pour dormir.

Mécontent, il se redressa et s’assit en s’appuyant sur la tête du lit. À ses côtés, Dominic dormait, sans être gêné par tous ses mouvements.

Billy alluma la lampe de chevet près de lui. Il pourrait lire un peu pour s’aider à trouver le sommeil. Il ne savait pas vraiment si cela allait marcher. Il n’avait pas l’habitude de faire des insomnies.

Il ramena ses jambes près de son torse. Il observa son amant dont le bas du visage était éclairé. Il était triste, lui aussi. Plus ils se séparaient et plus cela devenait dur. Pourtant il aurait dû être habitué… Il sourit. Avait-il envie de s’habituer ? Il ne voulait pas qu’ils deviennent comme ces couples à qui cela ne faisait plus rien de se retrouver éloignés l’un de l’autre, vivant leur vie chacun de leur côté, ne se rejoignant plus qu’occasionnellement. Même s’il travaillait et s’il avait une vie occupée à Glasgow, il ressentait sa séparation avec le blond. Éprouver de la peine puis l’excitation de leurs retrouvailles le mettait en joie. Il ne voulait pas perdre les minutes qu’ils avaient l’un près de l’autre.

Il se pencha sur Dominic et déposa sur son visage des petits bisous puis il murmura son prénom à son oreille. Ses mains se perdaient sur son épiderme.

Les yeux du blond s’ouvrirent lentement. Il leva une main pour rapprocher son amant et, encore à moitié endormi, il l’embrassa.

Ils ne dormirent pas de la nuit.
Le lendemain, Dominic conduisit Boyd à l’aéroport. Ils attendirent ensemble l’heure d’embarquement dans un café.

Ils parlaient peu, fatigués. Pourtant l’Écossais ne pouvait s’empêcher de sourire, en repensant à tous les mots échangés. Ils s’étaient comportés, durant la nuit, comme de stupides adolescents romantiques qui aimaient pour la première fois. Dom rit à cette idée.

Jusqu’à l’heure de l’embarquement, peu de mots furet échangés. Ils se contentèrent de savourer la présence de l’autre à leurs côtés et la sensation de leurs jambes collées l’une à l’autre.

Dix minutes avant d’embarquer, Billy et Dominic se présentèrent devant les détecteurs de métaux. Il était l’heure de rejoindre sa porte d’embarquement. Ils se serrèrent dans une longue embrassade. Dom posa un baiser rapide sur l’épaule du châtain et lui murmura à l’oreille qu’il n’avait pas à être triste, qu’il viendrait le rejoindre trois semaines plus tard. Billy le fixa, étonné. Monaghan semblait heureux de sa surprise.

L’annonce de l’embarquement fut diffusée. À regret, les deux compagnons se séparèrent. Dominic observait son amant passer le détecteur puis reprendre ses affaires. L’Écossais se retourna et leva la main vers lui. Il lui rendit son geste.

Monaghan n’aimait pas voir son meilleur ami partir. Il faisait tout pour reculer l’échéance. Dès qu’il le vit disparaître dans le tunnel menant à l’avion, son cœur eut un mouvement qu’il reconnaissait. Il resta jusqu’à ce que l’avion décolle. Il n’avait pas toujours le loisir de le faire. Il en profitait quand c’était le cas.

Pour ne pas retrouver sa maison dépeuplée, il alla surfer, se vider la tête.

Il sourit, assis sur la planche, attendant la vague.

Plus que trois semaines et ils seraient à nouveau ensemble…
____________________________________________________________
Poutoux
Gred

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gredoune.livejournal.com/
 
Nuit blanche - DomBilly - PG-13
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Comment connaître la vitesse instantanée de nos bolides la nuit ?
» Prendre des photo de nuit avec Nikon D80
» Les métiers de la nuit
» Photos de nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 5 : Les fics...Parce que la catharsis des unes fait le rêve des autres! :: Les feux de la rampe :: Scènes coupées-
Sauter vers: