fanfictions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les adieux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille
Lascive luciole
avatar

Nombre de messages : 68
Date de naissance : 22/08/1986
Age : 31
Localisation : A l'orée du petit bois
Emploi : Etudiante

MessageSujet: Les adieux.   Ven 29 Juin - 1:14

Un nouvel OS, j’ai vraiment des difficultés à écrire des textes plus longs. Ou au moins des textes plus longs qui me satisfassent un minimum.
Au départ je l’ai écrit comme étant une song fic sur la chanson Liberta, de Pep’s. Mais finalement, je n’y fais pas explicitement référence dans le texte. Il y a quand même le lien un peu plus bas, pour vous mettre la chanson en tête !
L’image de base, c’était donc le départ de Frodon et des Elfes sur le dernier bateau. Il n’y a pas vraiment d’histoire, j’espère que vous aimerez !

P.S : à un moment, il y a une petite note. Elle n’a aucune importance, s’il vous plait ne la lisez pas avant la fin parce qu’elle rompt toute l’atmosphère du texte.
Ce n’est qu’un truc débile, à lire à la fin, censé être drôle alors que la fic ne l’est pas, je n’ai pas pu m’en empêcher ^___^.

http://www.youtube.com/watch?v=UPcp4yNEJu4
Le lien vers la chanson qui a tout déclenché. Je vous mets les paroles du premier couplet, qui m’ont inspirée !

Tu sais qu’il y a un bateau qui mène au pays des rêves
Là-bas où il fait chaud, où le ciel n’a pas son pareil
Tu sais qu’au bout cette terre
Oh oui les gens sèment
Des milliers d’graines de joie comme pousse ici la haine
On m’avait dit p’tit gars
Là-bas on t’enlève tes chaînes
On te donne une vie
Sans t’jeter dans l’arène
Comme ici tout petit après neuf mois à peine
On te plonge dans une vie où tu perds vite haleine
Alors sans hésiter
J’ai sauté dans la mer
Pour rejoindre ce vaisseau
Et voir enfin cette terre
Là-bas trop de lumière
J’ai dû fermer les yeux
Mais rien que les odeurs
Remplissaient tous mes vœux
Refrain
I just wanna be free in this way
Just wanna be free in my world
Vivere per libertà
Vivere nella libertà








Les adieux



Je suis épuisé. C’est une lassitude permanente, une fatigue omniprésente qui engourdit mes membres, qui ralentit mes mouvements et qui refuse de céder. Je n’ai plus de goût à vivre, tout me parait triste et fade.

Et dire que quand je l’ai touché pour la première fois, j’ai cru que cet Anneau m’apporterait le bonheur ! Chimère...
Forgé par Sauron, comment aurait-il pu être bénéfique ?
Le Seigneur de Mordor est le Mal incarné. L’Anneau est sa plus belle création, fabriqué uniquement de ses mains : nul autre que lui ne l’a touché avant son achèvement. Sauron l’a totalement imprégné de sa malfaisance, à tel point que le malheur rayonne autour de lui, se propage en vagues infinies qui corrompent tout ce qu’il approche.

Mais Sauron était un serviteur des Valar, un puissant rusé et prêt à employer tous les moyens pour obtenir ce qu’il recherchait : le pouvoir. Aussi a-t-il doté l’Anneau d’une capacité de séduction incomparable et irrésistible.
Le porteur ressent une attraction telle qu’il ferait tout pour le conserver, ou le retrouver. C’est ainsi que même après l’avoir perdu des années, Gollum a pu retrouver sa trace. C’est ainsi que Sauron a pu suivre les avancées de la Communauté, puis du porteur et de son fidèle compagnon.
L’Anneau appelle ceux qui l’ont touché, et cherche à retrouver le plus puissant, son forgeron.

J’ai donc été séduit, je suis devenu le serviteur de l’Anneau pour le ramener vers le Seigneur Ténébreux. Tous, nous nous sommes trompés. Gandalf, Grands-Pas, la Communauté entière et moi-même avons simplement été les messagers qui ont permis à l’Anneau de se rapprocher de son créateur.
Et sur notre chemin, nous avons laissé l’Anneau répandre le malheur et la désolation : la Comté est tombée aux mains des milices de Saroumane.
Saroumane lui-même, par sa trahison, s’est rendu indigne de porter l’habit blanc du Conseil des Sages.
La Moria, au lieu de révéler les merveilles du temps de nains, s’est révélé un piège pour Gandalf qui dût affronter le Balrog au risque de ne jamais en revenir.
Fondcombe a été mise en péril à notre approche par la présence des Cavaliers Noirs de Mordor, les Neuf Esprits Servants de l’Anneau qui n’ont été défaits que pour reparaître, plus terribles encore.
Boromir a succombé au Mal sur les rives de l’Anduin, la chute nécessaire d’Isengard a entraîné la disparition des Ents, Sméagol a péri dans les crevasses enflammées du Mont du Destin, perdu à jamais.

Bien sûr, il a emmené l’Anneau Unique avec lui. Les tours de Barad-Dur ne sont plus que ruines, Sauron a définitivement disparu. Le Gondor a retrouvé son roi Elessar, et l’Arbre Blanc refleurit pour annoncer à tous la gloire nouvelle des Dunedains.

Mais à moi qui fus le Porteur, il ne reste que l’amertume, la fatigue, la maladie. Le besoin de l’Anneau me ronge, le mal est encore présent en moi et je redoute plus que tout de le laisser renaître.
Cette peur qui me ronge annonce le dernier grand malheur annoncé par la création de l’Anneau : le départ des derniers Eldar. Le temps des elfes est achevé, leurs chants vont s’éteindre sur la Terre du Milieu pour laisser place aux paroles des Hommes. Le monde n’est plus fait pour accueillir leur sagesse, leur immortalité. Je dois partir avec eux.
Le porteur de l’Anneau Unique doit partir avec les gardiens des trois Anneaux Elfiques, derniers témoins du Monde Ancien.

Mais les abandonner, tous ici... Quelle douleur ! Mes chers compagnons, fidèles dans leur amitié, dans leur soutien durant toutes les épreuves que nous avons traversées.

Je leur ai pourtant dit adieu. Et d’abord à Merry et Pippin.

« Comment ça, tu pars ? » s’offusqua Pippin. « Tu nous laisses ici, alors que nous sommes maintenant revenus dans la Comté et que la vie y est si belle ? »
« Frodon, »demanda Merry plus calmement, « pourquoi est-ce que tu pars ? C’est à cause de l’Anneau ? »
« Oui Merry, c’est pour ça. Je suis malade, le mal est en moi. En précipitant l’Anneau dans les Crevasses du Destin, j’ai gagné le droit d’accompagner les Elfes dans leur dernier voyage, et je compte le faire. Vous le savez comme moi, le porteur ne ressort pas indemne de sa tache. Partir est pour moi un aboutissement, une récompense. »
Merry et Pippin le regardaient, attristés. Bien sûr, ils comprenaient ce besoin de Frodon. Partir vers les Havres, il l’avait effectivement mérité, plus que nul autre. Mais devoir le quitter, quel déchirement !
Alors Pippin reprit, les larmes suspendues au bord des cils :
« D’accord Frodon, tu pars. Mais tu nous abandonnes, aussi. Et ça, vraiment, c’est difficile. Parce que nous avons également souffert pendant ce voyage, et notre seule récompense sera ton absence ... L’avons-nous mérité ? »
Contre toute attente, Frodon eut alors un large sourire et prit Pippin dans ses bras.
« Pippin, je vais sans doute vous manquer, mais je crois que vous trouverez un moyen de vous consoler ! Croyez-vous, petits cachottiers, que je n’ai jamais remarqué vos tendres apartés ? Je serais un prétexte de plus pour vous éloigner de vos obligations familiales. »
Il regarda Merry, qui avait pris une jolie couleur rouge, et Pippin dont le visage était dissimulé sous ses cheveux touffus.
« Allons, mes amis, rassurez-vous, nul autre que moi ne peut l’avoir deviné. Et je suis infiniment heureux pour vous. Vous êtes chacun la récompense de l’autre !
M’accompagnerez-vous jusqu’aux Havres, au moment de mon départ ? Ce sera notre dernier voyage ... »
Merry répondit, tandis que Pippin serait plus fort que jamais la taille de Frodon.
« Evidemment, nous viendrons ! Reprendre la route une dernière fois, voilà qui me tente ! Sam viendra-t-il également ? »
A ces mots, Frodon se libéra de l’étreinte de Pippin, qui trouva refuge auprès de son compagnon. Son visage perdit ses dernières traces de sourire, et il regarda douloureusement le couple enlacé.
« Je ne lui en ai pas encore parlé. Je crains sa réaction. Cette fois, il ne pourra pas venir avec moi... Et le quitter sera une torture. Le laisser seul... Je vais aller le voir. »

Sam, mon cher Sam, quelle peine ce fut de t’annoncer mon abandon ! Je me sens déchiré, comme si je laissais derrière moi la moitié de mon être. Car tu n’auras personne pour te soutenir ! Bien sûr, il y a Rose. Mais que sait-elle de ton courage, de ton héroïsme ? Que sait-elle des souffrances que tu as endurées pour me garder en vie ? Que sait-elle de cette loyauté indéfectible qui nous unis, au-delà de toute définition possible, à tel point que nous étions plus que des égaux, nous sommes deux parties d’une même personne ! A qui pourras-tu parler de nous, de ce qui est la part la plus importante de nos vies ?
Sam était la seule personne capable de me retenir. La seule pour qui j’aurai sacrifié ma santé, mon bonheur, s’il me l’avait demandé. Mais il ne l’a pas fait, parce qu’il veut plus que tout mon propre bonheur, et pour ça il est également capable de tout.

Ils étaient tous les deux face à face, les larmes roulant sur leurs joues, leurs doigts s’étreignant avec force.
« Si, Monsieur Frodon, il faut que vous partiez ! Je vois bien, moi, que vous êtes malheureux ici. Avec tout ce que vous avez fait pour nous, vous avez le droit de nous laisser, maintenant. »
« Mais Sam, tu seras seul ! »
« Non, Monsieur Frodon. Même si ce n’est pas pareil avec Rosie, elle sera là. Et tous mes chers enfants. Vous allez leur manquer, à eux aussi. Mais vous serez toujours avec moi, dans mon cœur, dans mes pensées. Vous allez entrer dans les chansons ! Soyez sûr que c’est moi qui écrirai les vôtres. Et imaginez : les Elfes vont partir, aussi. Mais ils seront toujours là, dans notre histoire. Il en va de même pour vous. »
« Sam, mon bon Sam, que tu vas me manquer ! Je vais partir. Viendras-tu avec moi jusqu’aux Havres ? En souvenir du temps où nous étions tous en marche, presque encore libres et innocents... Je me sens si vieux, à présent, ce temps est si loin ! »
Alors Sam osa étreindre son maître, il le prit dans ses bras et le serra doucement, tendrement. Une dernière fois, il soutenait et protégeait celui qui avait rendu sa vie si belle, après tant d’épreuves.
« Je viendrai. Avec vous, jusqu’au dernier moment. »


Et ils sont venus. Notre dernière marche ensemble. J’ai retrouvé un peu d’insouciance, un peu de légèreté le temps du voyage. Nous conversions tous les trois de choses et d’autres. Avec Sam, nous regardions tendrement les sentiments amoureux se développer entre Merry et Pippin. Et tous deux, nous profitions de nos derniers moments ensemble.
La nuit, nous dormions dans des arbres creux, blottis tous les quatre comme de petits animaux, profitant de notre chaleur. Je sentais l’odeur de Sam, mon Sam, douce et rassurante, je sentais ses bras autour de moi.
Mais peu à peu, une odeur différente imprégnait l’air. A mesure qu’elle devenait plus évidente, le silence nous gagnait. Une odeur salée, fraîche, rare. Et un bruit sourd, régulier, une respiration latente et profonde.
Au détour d’un chemin, nous nous sommes tous arrêtés brusquement. Ce son, cette odeur, c’étaient la mer. Elle était là, devant nous. Une telle immensité ! Même avec l’imagination le plus fertile, nul ne peut concevoir ce qu’est la mer. Cette couleur indéfinissable, ce mouvement perpétuel mais si doux, cette force dissimulée. Comment ne pas comprendre les Elfes ! Leurs chants prenaient soudain une autre dimension.
Mes derniers remords de quitter le Terre du Milieu se sont évanouis à cette vision. La mer ne pourrait que m’être bénéfique¹. Nous étions tous émerveillés, bouleversés. Ma main a trouvé celle de Sam, nos doigts se sont enlacés et étreints, cherchant à communiquer nos émotions. A côté de nous, Merry et Pippin semblaient aussi émus. C’est ce moment qui a donné à mes trois compagnons la force de me laisser partir.

Maintenant, je suis seul. La fatigue a repris ses droits, l’admiration face à la mer s’estompe.
Le bateau vogue sans heurt, et nous tous, passagers vers l’inconnu, sommes isolés dans notre monde.
Pourrais-je jamais imaginer quelles pensées agitent les porteurs des Anneaux Elfiques ? Galadriel, Elrond et Mithrandir me sont totalement inaccessibles, ils sont déjà au-delà de ce monde. Un jour, peut-être, j’atteindrai leur sagesse.
Bilbon est simplement endormi. C’est un vieillard, que l’Anneau a usé. Il a préservé son corps, mais son esprit cherche le repos. C’est ce qui m’attend, sans aucun doute possible.
Mais je voudrais tellement arriver à l’Ouest, voir la demeure des Valar. Sans doute y trouverai-je la paix, une terre accueillante et qui me laisse l’âme en paix.
Autant que possible loin de Sam.




___________________________________________________________


¹ Il a juste oublié le mal de mer ^^

___________________________________________________________

Voili voilou ! Pas très gai tout ça.
J'espère que vous avez aimé. De toutes façons, j'ai aimé l'écrire, c'est déjà ça de gagné ! Razz

Et je sais qu'en théorie ça se met au début, mais je préfère mettre ça à la fin parce que ça veut dire que vous avez tout lu et donc que vous avez un minimum aimé, au moins assez pour supporter tout le texte.
Comme ça, ça évite que vous la rendiez responsable si vous n'avez pas aimé : je dédicace donc cet OS à Latitefraisedesbois, qui a réussi avec force arguments convaincants, à me convertir au Frodon/Sam, pairing présent dans ce texte même si ça ne saute pas aux yeux Rolling Eyes .

Et maintenant je vais :sleep: ! Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Have nice dreams !


Dernière édition par le Dim 8 Juil - 0:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Latitefraisedesbois
Eblouissante jouisseuse
avatar

Nombre de messages : 349
Date de naissance : 16/05/1991
Age : 26
Localisation : Ici, ailleurs et autre part...

MessageSujet: Re: Les adieux.   Sam 30 Juin - 21:04

Petite note : je laisserais une review constructive plus tard, mais je te laisse déjà un petit commentaire... Parce que j'ai beaucoup aimé! ^-^

C'est très tendre, très frodon/samien! Razz Et je suis ravie de t'avoir convertie au Frodon/Sam... Quelle belle récompense, ce petit one-shot! ^-^ (enfin, je ne sais pas si récompense est le terme exact mais heu... Tu as saisi l'intention!)

Donc, j'aime. Je ne sais pas pour quand sera la review (je pars demain très tot en stage et ce soir mon frère fête son anniversaire), mais elle sera, ça, je le promets! ^^

A bientot et merci pour ce beau one-shot!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Les adieux.   Jeu 5 Juil - 14:20

...
T o T


Oh, eh bien pour un premier écrit sur le LOTR, tu as fait fort. Certains passages m'ont véritablement transmis un élan d'émotion, une idée d'inéluctabilité, de non-retour qui prend toujours à la gorge. Et tu as eu raison de mettre un lien vers la chanson, parce qu'elle est, à mon avis, très importante pour se laisser flotter sur le rythme du texte. Je l'ai écoutée une fois avant, et une fois après. Je ne peux pas lire une nouvelle fic avec une musique en parallèle, mais je gardais ainsi en tête le rythme, la voix, la couleur des paroles, et ça m'a fait comme une sorte de "tapis volant" (sans vouloir verser dans le lyrisme) où me jucher pour être portée par le souffle du texte. Et c'était vraiment réussi. ^^

Je vais m'attacher aux quelques passages importants pour moi, maintenant:

Citation :
Et dire que quand je l’ai touché pour la première fois, j’ai cru que cet Anneau m’apporterait le bonheur !
Bon, hélas, je commence avec le seul détail que j'aurais à critiquer dans l'histoire... Rolling Eyes Enfin, disons que ce sera fait. Je ne suis pas sûre que Frodon ait jamais espéré quoi que ce soit de l'anneau, et encore moins au début. Je ne crois pas me souvenir que l'unique a d'emblée un attrait particulier pour lui, et c'est justement ce qui fait sa force en tant que porteur. M'enfin, si tu as des éléments du livre qui tendent à me contredire, dis-moi.

Citation :
Tous, nous nous sommes trompés. Gandalf, Grands-Pas, la Communauté entière et moi-même avons simplement été les messagers qui ont permis à l’Anneau de se rapprocher de son créateur.
Vraiment? N'était-ce pas pourtant le seul moyen?

Citation :
Le temps des elfes est achevé, leurs chants vont s’éteindre sur la Terre du Milieu pour laisser place aux paroles des Hommes.
[...]
Mais les abandonner, tous ici... Quelle douleur ! Mes chers compagnons, fidèles dans leur amitié
Voilà un des passages qui a commencé à me "faire un coup". J'aime déjà la phrase qui oppose le chant des elfes aux paroles des hommes. Et puis, c'est comme si tu éclatais la phrase pour opposer les deux idées ensuite: les elfes sont nobles, sages, et immortels. Ils représentent tout l'aspect héroïque et supérieur qui doit quitter la terre du milieu. Mais quand Frodon pense à ses compagnons hobbits, il ne peut non-plus les reléguer à quelque chose de moins digne pour lui. Ils sont du monde concret, familier, simple, mais le dévouement dont ils ont fait preuve et les sentiments qu'ils portent à Frodon pourraient être dits comme plus importants encore pour lui.

Citation :
Alors Pippin repris, les larmes suspendues au bord des cils :
« D’accord Frodon, tu pars. Mais tu nous abandonnes, aussi. Et ça, vraiment, c’est difficile. Parce que nous avons également souffert pendant ce voyage, et notre seule récompense sera ton absence ... L’avons-nous mérité ? »
"Pippin reprit" (mais c'est là la seule petite erreur que j'ai trouvée au milieu de ce long texte à l'écriture très appliquée, aussi étais-je grandement impressionnée).
Et j'ai beaucoup aimé la rhétorique de Pippin. Smile

Citation :
Vous êtes chacun la récompense de l’autre !
Rhétorique pippinesque mise KO par le romantisme frodonien. ^^

Citation :
Sam était la seule personne capable de me retenir. La seule pour qui j’aurai sacrifié ma santé, mon bonheur, s’il me l’avait demandé. Mais il ne l’a pas fait, parce qu’il veut plus que tout mon propre bonheur, et pour ça il est également capable de tout.
Ah, intéressante perspective! Je n'avais moi-même pas du tout construit ma version du départ de Frodon sous cet angle-là, et j'aime bien voir une autre logique opérer.

Citation :
Et imaginez : les Elfes vont partir, aussi. Mais ils seront toujours là, dans notre histoire. Il en va de même pour vous.
Snif, c'est beau ce qu'il dit, le Sam, quand même. :(

Citation :
La nuit, nous dormions dans des arbres creux, blottis tous les quatre comme de petits animaux, profitant de notre chaleur. Je sentais l’odeur de Sam, mon Sam, douce et rassurante, je sentais ses bras autour de moi.
Mais peu à peu, une odeur différente imprégnait l’air. A mesure qu’elle devenait plus évidente, le silence nous gagnait. Une odeur salée, fraîche, rare. Et un bruit sourd, régulier, une respiration latente et profonde.
Et voilà le passage qui m'a achevée. C'est cette conjonction des changements d'odeurs, que j'essayais d'imaginer, et des sons superposés du souffle lointain de la grande mer et de la petite chanson écoutée avant de lire, qui m'ont véritablement fait flotter dans le moment de l'histoire. Je percevais tout en même temps, la chaleur du petit tas de Hobbits (^^), l'étreinte des bras endormis, et puis la marche qui reprenait dans les paysages, avec la petite musique pour rythmer les pas, et la présence de la mer qui s'annonçait peu à peu.
Frodon Sam Pippin Merry
Oui, j'ai été toute émue par ce passage... Angel

Bravo, vraiment! J'espère que tu nous referas d'autres fics LOTR!

frodo en cape frodo en cape frodo en cape

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille
Lascive luciole
avatar

Nombre de messages : 68
Date de naissance : 22/08/1986
Age : 31
Localisation : A l'orée du petit bois
Emploi : Etudiante

MessageSujet: Re: Les adieux.   Dim 8 Juil - 0:04

Titef a écrit:
Parce que j'ai beaucoup aimé! ^-^
Je suis bien contente !
Tu as pu constater que j'ai commencé doucement dans le Frodon/Sam, mais sûrement !

La Halfeline a écrit:
Et c'était vraiment réussi. ^^
Mici ! ;D Pour moi, cette petite fic n'existe pas sans la chanson. C'est elle qui m'a donné l'idée, c'est ce que j'écoutais en l'écrivant, et les émotions viennent de ce qu'elle me fait ressentir.
Donc je suis contente que tu ais accroché !

Citation :
M'enfin, si tu as des éléments du livre qui tendent à me contredire, dis-moi.
Embarassed Honte Une preuve de mon manque de rigueur dans l'écriture. Je me laisse emporter par ce que j'ai envie de dire, sans me soucier suffisement du texte original.
Tu as raison, évidemment !
Les seuls moments où Frodon n'est pas critique, il est seulement dubitatif, d'une réserve impressionnante.
Je n'ai retrouvé que ce passage :
- Juste après le départ de Bilbon, quand Frodon rentre dans la maison et retrouve Gandalf : "L'anneau ! s'écria Frodon. Il me l'a laissé ? Je me demande pourquoi. Enfin, il peut être utile." Pas franchement enthousiaste, hein...
Et aussitôt après, Gandalf lui raconte l'origine de l'anneau et le reste de l'histoire, ce qui refroidit définitivement Frodon.
Donc tu as totalement raison, que la honte s'abatte sur moi, pauvre amatrice en matière de respect des maîtres de la littérature ! Embarassed Wink

Citation :
Vraiment? N'était-ce pas pourtant le seul moyen?
Ici encore, je dramatise en jouant sur le fait que les Monts du Destin se trouvent sur les terres de Sauron. Pour le détruire, il fallait effectivement l'apporter à deux doigts de celui qui lui redonnerait toute sa puissance maléfique, ce qui fait tout l'intérêt de SDA !
Citation :

J'aime déjà la phrase qui oppose le chant des elfes aux paroles des hommes.
Ca, c'est l'influence du Silmarillion, que j'ai maintenant terminé. Pour tout ce qui est de la culture et de la vie des elfes, c'est une mine de renseignements, et ça donne vraiment envie d'en parler. Si je m'étais laissée allée, vous auriez eu droit à un condensé de la création des elfes !
Vraiment, le Silmarillion donne un éclairage impressionnant sur tout un pan laissé de côté par le SDA. on prend toute la mesure de Galadriel, notamment.
Citation :

Ils sont du monde concret, familier, simple, mais le dévouement dont ils ont fait preuve et les sentiments qu'ils portent à Frodon pourraient être dits comme plus importants encore pour lui.
J'aime beaucoup ta review, car elle me fait revenir sur ce que j'ai écrit et me le renvoie avec un autre regard, c'est très intéressant ! Je prends conscience de pas mal de petites choses ... Merci ! ;D
Pour ce passage en particulier, je crois que c'est un fait général : on est toujours beaucoup plus touché par ce qui nous est proche, même si c'est nettement moins important. Entre l'appareil photo en panne et la guerre au Darfour, qu'est-ce qui nous fait le plus râler ?
Pour Frodon, ses compagnons hobbits sont nettement plus importants que tout le reste, et les quitter sera de toute façon plus douloureux que d'abandonner la Terre du Milieu maintenant pacifée, même sans ses gardiens et ses guides spirituels que sont les elfes et Gandalf.
Et en passant, on en apprend aussi sur Gandalf, dans le Silmarillion ! Wink

Citation :
Rhétorique pippinesque mise KO par le romantisme frodonien. ^^
Ils sont mignons, tous les trois ! Razz

Citation :
"Pippin reprit"
Je vais corriger de ce pas !
Citation :

Je n'avais moi-même pas du tout construit ma version du départ de Frodon sous cet angle-là, et j'aime bien voir une autre logique opérer.
Tu voyais ça comment ?
Mais bon, cette version n'est valable que pour cette fic, je crois que je pourrais trouver autre chose ! Surtout le Sam/Frodon, que chacun voudrait sauver l'autre ... on pourrait également faire une version très égoïste.
Je reste seulement fidèle à l'idée que Frodon part pour retrouver le bonheur. J'en suis convaincue.

Citation :
Snif, c'est beau ce qu'il dit, le Sam, quand même.
Confused J'avais même un peu peur que ça le soit de trop, et que Sam soit complètement ooc. Mais les contes et les histoires ont une place tellement importante en Terre du Milieu qu'il fallait que j'en parle, à un moment ou à un autre !

Citation :
Oui, j'ai été toute émue par ce passage...
*sourire bête, toute contente*
Je suis heureuse d'avoir réussi ce passage, il était important pour moi. C'était le défi de parler de la mer, la sensation de la mer. Même moi qui vit à côté, je ne m'y habitue pas !
Et j'aimais bien que ce soit un truc léger comme une odeur qui marque le début de la séparation des hobbits, comme un adieu progressif, le temps de se faire à l'idée que Frondon va partir sur cette mer, et que les autres vont rester.

🎁 Merci pour ta review géniale !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Halfeline
Prophète de Lilith
avatar

Nombre de messages : 1973
Date de naissance : 28/08/1987
Age : 30
Localisation : La Comté-Franche

MessageSujet: Re: Les adieux.   Lun 9 Juil - 17:10

Citation :
Si je m'étais laissée allée, vous auriez eu droit à un condensé de la création des elfes !
Oh ben tu sais, si tu as l'occasion ne te gêne pas! Moi ça m'intéresserait!

Citation :
Tu voyais ça comment ?
Mais bon, cette version n'est valable que pour cette fic, je crois que je pourrais trouver autre chose ! Surtout le Sam/Frodon, que chacun voudrait sauver l'autre ... on pourrait également faire une version très égoïste.
Tout comme toi, il s'agit d'une version exclusivement personnelle! Et comme tu le dis, sachant qu'elle implique une grande importance du lien entre Frodon et Sam, elle tient vraiment une parti pris subjectif.

Enfin toujours est-il que, si tu veux creuser le sujet, je te renvoie à ma fic Liquide Sénescence, que tu pourras trouver ici:
http://lanterne.forumactif.com/Episode-5-Les-ficsParce-que-la-catharsis-des-unes-fait-le-reve-des-autres-c4/Du-lembas-de-la-biere-des-patates-et-des-galipettes-f8/Liquide-senescence-t132.htm

(Voilà, je me fais de la pub mais c'est sans obligation d'achat, hein! ^^ Sache juste que je considère celle-ci comme ma meilleure fic LOTR, donc si tu as envie de t'en lire une petite de moi à l'occasion, c'est celle-ci que je te conseillerais. Smile )

Citation :
Même moi qui vit à côté, je ne m'y habitue pas !
Quelle chance! Surprised

Citation :
Et j'aimais bien que ce soit un truc léger comme une odeur qui marque le début de la séparation des hobbits, comme un adieu progressif, le temps de se faire à l'idée que Frondon va partir sur cette mer, et que les autres vont rester.
Exactement.

Citation :
Merci pour ta review géniale !
Tout le plaisir a été pour moi. ^^ Et puis, ce n'est qu'un juste échange de bon procédés. Wink

Je te souhaite sincèrement une bonne continuation en matière de fics! cherry

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KatSou
Serpentine scintillante
avatar

Nombre de messages : 199
Date de naissance : 08/02/1985
Age : 32

MessageSujet: Re: Les adieux.   Mer 11 Juil - 1:05

OH-MY-GOD-SAINTE-LILITH-CROQUEUSE-DE-GNARDS-DIEU-MISERICORDIEUX-JESUS-DANS-LE-FETU !! Pincez-moi, j'ai la berlu! Un petit OS doux et chagrin Frodon-samien! ;D

Je n'en avais pas lu depuis belle lurette, et je dois dire que je t'attendais au tournant, chère amie! Et je suis moi aussi tombée sur le popotin! Enfin, j'ai lu ton premier OS, je flairais donc un certain bon coup de plume.
Ah! Oui! Ce petit OS est le premier d'une longue série très prometteuse! Oui parce que tu vas continuer, n'est-ce pas? Bien sûr, quelle question.
Je ne ferai pas encore de review constructive, comme il le devrait, ce soir. Je cours après un long retard sur ce forum que je ne parviendrai pas à rattraper avant mon départ, et comme je trouve très désappointant d'être limitée pour une affaire de temps, je n'ai pu me résoudre à disparaître sans tirer ma plus gracieuse révérence à ton élan du coeur. Je suis enchantée que tu aies posté ici, et j'espère encore te lire! Sache-le, jeune LOTRienne : la route est longue, mais la pente est droite! Salut
*sourire politique...encore*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Latitefraisedesbois
Eblouissante jouisseuse
avatar

Nombre de messages : 349
Date de naissance : 16/05/1991
Age : 26
Localisation : Ici, ailleurs et autre part...

MessageSujet: Re: Les adieux.   Lun 13 Aoû - 17:14

Hello! Je reviens pour la review promise car je suis une femme de parole... (enfin, parfois Rolling EyesLaughing)

Je le redis : j'ai beaucoup apprécié ton petit one-shot.
La fatigue de Frodon, sa lassitude est très bien rendue. Tu as fait tout ça très réaliste, chose que j'ai essayé à mainte reprise sans jamais trouver le ton de Frodon, pas vraiment du désespoir, plutôt de l'ennui et de la douleur...
Comme la Half, je ne dirait pas qu'il a espérer un jour un quelconque bonheur de l'anneau, cependant. Mais je comprends l'idée : il en avait besoin, il le voulait à cause de son pouvoir maléfique.(non?)
Mais en tout cas, j'adore ensuite la description de ce pouvoir terrible:

Citation :
Sauron l’a totalement imprégné de sa malfaisance, à tel point que le malheur rayonne autour de lui, se propage en vagues infinies qui corrompent tout ce qu’il approche.

Tu t'es bien attardée dessus, ça m'a fait plaisir. (parce que la grande qualité de cette fic c'est quand meme le réalisme... Tu rends tout à fait la terrible impression de nostalgie qu'on ressent à la fin du seigneur des anneaux. Parce que l'aventure est finie pour la terre du milieu et qu'elle ne le sera pourtant jamais pour Frodon... qui portera l'anneau toute sa vie, finalement)


Citation :
Fondcombe a été mise en péril à notre approche par la présence des Cavaliers Noirs de Mordor, les Neuf Esprits Servants de l’Anneau qui n’ont été défaits que pour reparaître, plus terribles encore.
Boromir a succombé au Mal sur les rives de l’Anduin, la chute nécessaire d’Isengard a entraîné la disparition des Ents, Sméagol a péri dans les crevasses enflammées du Mont du Destin, perdu à jamais.

C'est terrible, ce moment ou tu décris toutes les horreurs que l'Anneau a réussi à causer!!! Brrr, ça me rend toute triste... Mais c'est encore une fois tout à fait dans le ton, tout à fait juste. Et bien écrit!

et puis ensuite on a juste le passage contraire, celui qui justifie tous ces malheurs... J'aime beaucoup le contraste.

Citation :
Mais à moi qui fus le Porteur, il ne reste que l’amertume, la fatigue, la maladie. Le besoin de l’Anneau me ronge, le mal est encore présent en moi et je redoute plus que tout de le laisser renaître.

aaah, l'injustice... Je ne peux que répéter ce que dit plus haut, hein : tu as trouvé le ton du Frodon que j'ai en tête.

J'aime beaucoup aussi ce sentiment de... heu... fatalité, quelque part. Frodon doit partir. Et pourtant il est triste, mais il ne pourrait en être autrement.

J'adore le petit passage avec Merry et Pippin, évidemment... Very Happy... un peu de joie bienvenue aussi, étant donné que le texte est plutôt triste. et puis
Citation :
vous serez chacun la récompense l'un de l'autre
hé ben... anhyyyann!

On arrive à la partie la plus triste du texte : Sam et Frodon... *laisse une petite larme couler sur sa joue*
Citation :

Que sait-elle de cette loyauté indéfectible qui nous unis, au-delà de toute définition possible, à tel point que nous étions plus que des égaux, nous sommes deux parties d’une même personne ! A qui pourras-tu parler de nous, de ce qui est la part la plus importante de nos vies ?

*sanglote un peu*
Je ne sais pas très bien quoi ajouter... Je retrouve juste tout à fait la relation Frodon/Sam tel que je l'imagine, telle que je la voudrais!!

Citation :
Sam était la seule personne capable de me retenir. La seule pour qui j’aurai sacrifié ma santé, mon bonheur, s’il me l’avait demandé. Mais il ne l’a pas fait, parce qu’il veut plus que tout mon propre bonheur, et pour ça il est également capable de tout.

aaah, cet esprit de sacrifice mutuel! C'est encore une fois tout à fait comme ça que je les vois... ET j'imagine tellement bien Sam, le visage barbouillé de larmes, les lèvres tremblotantes, forçant presque Frodon à partir pour son propre bonheur... ahlala...

Citation :
Mais ils seront toujours là, dans notre histoire. Il en va de même pour vous. »

ah, on reconnaît bien là Sam! Avec ses histoires d'elfes et de chanson! ET c'est vrai : Frodon sera toujours dans leur histoire.

J'ai bien aimé la petite description de leur dernier voyage ensemble. Terriblement nostalgique, et puis comme on imagine Sam et Frodon blotti l'un contre l'autre, mais sans danger autour, pour une fois...

Citation :
Même avec l’imagination le plus fertile, nul ne peut concevoir ce qu’est la mer. Cette couleur indéfinissable, ce mouvement perpétuel mais si doux, cette force dissimulée.

aurais-tu toi aussi une fascination cachée pour le grand océan?...
Moi qui adore les vagues, la petite description m'a fait plaisir.

Citation :

Autant que possible loin de Sam.

... Bouhh!!!... *pleure*
C'est triste! Mais c'est juste et sensible et c'est comme doit être un Frodon/Sam (et je n'ai pas les idées très larges sur le sujet Laughing)

Encore une fois : bravo et merci!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille
Lascive luciole
avatar

Nombre de messages : 68
Date de naissance : 22/08/1986
Age : 31
Localisation : A l'orée du petit bois
Emploi : Etudiante

MessageSujet: Re: Les adieux.   Mer 15 Aoû - 13:25

*larme à l'oeil*
je suis toute émue par vos reviews ! Merci beaucoup ! Embarassed ;D

Citation :
OH-MY-GOD-SAINTE-LILITH-CROQUEUSE-DE-GNARDS-DIEU-MISERICORDIEUX-JESUS-DANS-LE-FETU !!
Shocked Tout ça ! Je ne pensais certainement pas déclencher un tel enthousiasme ... Mais ça fait chaud au coeur Razz

Citation :
Oui parce que tu vas continuer, n'est-ce pas? Bien sûr, quelle question.
Puisque tu me le demandes, je dois à la sincérité de te répondre que je suis plutôt dans une période HP pour le moment ...
Mais qui sait, un jour sans doute le fantôme de Tolkien viendra de nouveau me titiller !

Citation :
Sache-le, jeune LOTRienne : la route est longue, mais la pente est droite!
*sérieuse* Merci pour ce précieux enseignement, maitre. Je tacherais de m'en souvenir quand le temps viendra.

Mr. Green Merci pour ta review !!

Citation :
il en avait besoin, il le voulait à cause de son pouvoir maléfique.(non?)
En fait non, mon idée de départ était une totale erreur, mais je n'ai pas spécialement envie de corriger.
Je voulais dire qu'il pensais vraiment que par son pouvoir, l'anneau lui apporterait le bonheur, sans idée de Mal derrière. Et ensuite montrer la prise de conscience de son caractère maléfique.
Mais après la review de la Half', j'ai revérifié, et évidemment je me suis aperçue que cette version n'existe que dans mon esprit.
On dira que c'est un passage UA Rolling Eyes Wink

Citation :
C'est terrible, ce moment ou tu décris toutes les horreurs que l'Anneau a réussi à causer!!!
Citation :
et puis ensuite on a juste le passage contraire, celui qui justifie tous ces malheurs... J'aime beaucoup le contraste.
Contente que ça t'ai plu ! C'est génial de s'apercevoir que les effets qu'on voulait faire passer sont réussis.
Je crois même que pour les horreurs de l'anneau, j'en ai laissé de côtés^^ Je voulais qu'il y en ai pleins, pour que ce soit impressionnant, mais pas que ça fasse totalement une liste non plus ...

Citation :
hé ben... anhyyyann!
Laughing MDR !!

Citation :
Je retrouve juste tout à fait la relation Frodon/Sam tel que je l'imagine, telle que je la voudrais!!
Pour moi, c'est la seule valable ! Parce que je n'étais pas super motivée pour ce couple au départ, comme tu as pu t'en apercevoir ^^

Citation :
aurais-tu toi aussi une fascination cachée pour le grand océan?...
Même pas cachée Razz Enfin, chez moi c'est pas trop le Grand Océan, c'est la petite mer, mais c'est bien quand même !

Citation :
Encore une fois : bravo et merci!!!
Merci à toi ! Gnark vive les reviews, ça motive !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les adieux.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les adieux.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Kundera, Milan] La valse aux adieux
» DERNIERS ADIEUX de Lisa Gardner
» Adieux l'ami
» Chantal Thomas (Les adieux à la Reine et autres livres)
» Lettre d'adieux...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lanterne fringante :: Episode 5 : Les fics...Parce que la catharsis des unes fait le rêve des autres! :: Du lembas, de la bière, des patates et des galipettes !-
Sauter vers: